RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Lac de La Sicotière – Léon de La Sicotière
Ajouté le 04/30/2008 12:41:17 par CGagnon

Lac de La Sicotière – Léon de La Sicotière

 

J’ai pour toi un lac… qui porte ce nom, dans le bassin hydrographique de la Baie James, entre la rivière Nemiscau  et la rivière Rupert.  C’est certainement en l’honneur de Léon Duchesne de La Sicotière qu’il l’a reçu.

 

Né à Valframbert le 3 février 1812 et mort le 28 février 1895 à Alençon, Pierre François Léon Duchesne de La Sicotière fut avocat, homme politique et historien.

 

Après ses études de droit à l’Université de Caen, il devient avocat au barreau d’Alençon en 1835.  Il fut député de l'Orne de 1871 à 1876 et sénateur de 1876 à 1896.

 

Il fonde la Société d'horticulture en 1847, le Musée des beaux-arts et de la dentelle d'Alençon en 1857, la Société historique et archéologique de l'Orne en 1882 et la Société d'histoire contemporaine en 1890.  Bibliophile et collectionneur, il rédige de nombreux ouvrages dont un discours sur L’Émigration percheronne au Canada pendant le XVIIe siècle pour la Société Historique et Archéologique, publié chez E. Renaut-de Broise en 1887.

 

Parmi ses ouvrages, je nomme encore :

Louis de Frotté et les insurrections normandes, 1793-1832, Paris, Plon, 1889.

La mort de Jean Chouan et sa prétendue postérité, Mamers, G. Fleury et A. Dangin, 1877, 38 p. (tiré-à-part de la Revue historique et archéologique du Maine).

René Chouan et sa prétendue postérité, Mamers, G. Fleury et A. Dangin, 1880, 18 p., (tiré-à-part de la Revue historique et archéologique du Maine).

 

Léon de La Sicotière est cité dans le Livre-Souvenir des Fêtes du troisième centenaire des Gagnon – 1640-1940 par l’Honorable Onésime Gagnon, alors député de Matane à l’Assemblée Législative. Dans une causerie radiophonique au poste C.H.R.C. de Québec, le 15 août 1940, il dit que « Monsieur de La Sicotière a fait un portrait véridique, en 1687, à la Société Historique et Archéologique de l’Orne, des immigrants venus de la Province du Perche.  ‘Beaucoup, dit-il, étaient cultivateurs dans leur pays; et d’autres étaient maçons, charpentiers ou taillandiers; tous avaient des bras vigoureux, des outils, un bien petit capital toutefois et quelques meubles.  La plupart ont montré qu’ils avaient l’amour du travail, de bonnes mœurs et une piété fervente’. » (p. 71).

 

Le même livre-souvenir rapporte une opinion de La Sicotière parue dans un article sur Tourouvre et Ventrouze, par J.-D. R., in L’Action Catholique, dimanche le 21 janvier 1940.  La voici :  « On trouvera dans l’histoire des provinces plus importantes, et dans celle du Perche lui-même, des aventures plus éclatantes que l’émigration au Canada, on n’y saurait lire une conquête plus honorable dans son but et dans ses moyens d’exécution, plus utile à la civilisation et plus durable dans ses résultats. » (p. 129).

 

Il semble bien que l’intérêt de l’historien français pour l’émigration percheronne en Nouvelle-France lui a valu qu’un lac d’ici porte son nom.

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_de_La_Sicoti%C3%A8re 

 

 

CGagnon

 

Mots-clés: LaSicotière Hydrographie Perche Québec Immigration



signets:






*** Planète Généalogie ***