RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Info Métro, 1966-2008
Ajouté le 07/20/2008 06:59:47 par lisejolin

La STM, Société de Transport de Montréal, est une société publique qui administre les services d'autobus et de métro sur l'île de Montréal. L'ancêtre de la STM, la Commission de transport de Montréal, a été fondé en 1950. En 1970, lors de la fondation de la Communauté urbaine de Montréal, le nom de la commission est changé pour la Commission de transport de la Communauté urbaine de Montréal, puis pour la Société de transport de la Communauté urbaine de Montréal en 1985. Son nom actuel lui est attribué le 1er janvier 2002 lors de l'amalgamation de la CUM dans la Ville de Montréal. C'est le quatorzième employeur en importance au Québec.

 

Le métro, c’est le système de transport en commun de chemin de fer souterrain de Montréal, un des moyens de transport les plus importants de la métropole. Le mot métro vient de « chemin de fer métropolitain », terme attribué à l'origine au métro de Paris, premier métro de la Francophonie. Ce nom-ci tire son origine de la Metropolitan Line de Londres, aujourd'hui partie de l'Underground de cette ville, le premier métro du monde.  Les Montréalais anglophones l'appellent aussi « the metro » plutôt que « the subway ».

 

Terminologie française - En mai 1962, la ville de Montréal signait un accord technique avec la Régie autonome des transports parisiens (RATP) sur à la construction, l’équipement, l’aménagement et le matériel roulant de l’ensemble du réseau. C’est ce qui explique, entre autres, la terminologie française utilisée dans le métro de Montréal : rame, loge, changeur, édicule, etc.

 

Le métro de Montréal se différencie des autres systèmes de métro de trois façons :  1 - C'est le premier système entièrement sur pneus plutôt que sur des roues d'acier, ce qui assure un fonctionnement plus silencieux pour les passagers et pour les bâtiments avoisinants. Ceci facilite aussi de grimper des pentes; la technologie fer-sur-fer des années 1960 n'aurait pas été capable de négocier les pentes nécessaires pour franchir le Saint-Laurent.  2 - Le métro de Montréal est donc entièrement souterrain.  Des voies extérieures n'auraient pas été compatibles avec le climat de la ville, compte tenu de la technologie des pneus. 3 - Chaque station est planifiée et décorée de façon distincte, ce qui aide les passagers handicapés visuels à trouver leurs arrêts.

arrêts..

Les billets pour le transport (titres de transport) en métro, comme pour les autobus, sont vendus en lisière ou en des passes (CAM) illimitées mensuelles, hebdomadaires et journalières. Il y a tarif réduit pour les enfants, les aînés et les étudiants. En 2008, la carte à puce «OPUS» remplace peu à peu la CAM que l’on connaît actuellement.  Depuis le 28 avril 2008, le petit billet que l’on a toujours connu disparaît peu à peu. On retrouve maintenant des billets à la carte qui sert aussi de correspondance. 

 

 

Les stations de métro figurent sur toutes les cartes de la ville. Aussi, si un autobus dessert une station de métro, la station est nommée sur le panneau d'arrêt. Toutes les stations de métro sont

clairement identifiées par un enseigne.

 

 

 

Les lignes du réseau s'identifient par des couleurs : vert pour la ligne 1, orange pour la 2, jaune pour la 4 et bleu pour la 5.  Les deux directions d'une ligne sont indiquées par la station-terminus de la ligne.  Un plan du réseau est disponible gratuitement aux

guichets des stations et est affiché dans les stations et les trains.

 

 

 

Les stations de correspondances peuvent s’effectuer dans quatre différentes stations : entre les lignes verte, orange, et jaune, à Berri-UQAM; , entre les lignes verte et orange, à Lionel-Groulx; entre les lignes orange et bleue, à Snowdon ou à Jean-Talon.

 

 

 

Le tarif étant le même pour les autobus de la STM et le métro de Montréal,  il suffit d’avoir une correspondance pour faire le transfert de l’un à l’autre. On peut se procurer un billet de correspondance aux distributrices qui se trouvent à chaque station de métro juste passé les tourniquets où au chauffeur d’autobus.  Elles sont valides pendant 90 minutes, l'heure d'expiration étant indiquée sur la correspondance.  Pour effectuer la correspondance du métro à l'autobus, il faut prendre un billet de correspondance au moment d'entrer dans le métro. Les billets de correspondance ne sont pas valides aux arrêts qui desservent la station à laquelle ils sont distribués. Les billets de correspondances d'autobus sont valides sur d'autres autobus, mais pas sur les autobus effectuant le même trajet (même numéro de ligne). Si vous avez une passe touristique, hebdomadaire, ou mensuelle, vous n'avez pas besoin de billets de correspondance puisque les passes sont valides pour une quantité illimitée de voyages.  Ces renseignements sont valides seulement pour les autobus de la STM, c'est-à-dire les autobus de l'île de Montréal..  Pour effectuer une correspondance dans un train de banlieue, vous trouverez ci-dessous la liste des stations de métro y donnant accès : http://www.metrodemontreal.com/faq/basics-f.html#comtrain (#11)

 

 

 

Les heures d’opération du métro varient quelque peu. Par exemple, sur les lignes verte, orange et jaune, les premiers trains du matin quittent les terminus à 5h30. Les derniers trains du soir quittent la station Berri-UQAM à 1h00 pour permettre les correspondances, 10 minutes plus tard sur la ligne jaune. Les derniers trains des lignes Montmorency et Honoré-Beaugrand passent à la station Lionel-Groulx en même temps (0h46), tout comme les derniers trains des lignes Côte-Vertu et Angrignon (1h07), également pour permettre les correspondances. Les derniers trains sont 30 minutes plus tard le samedi soir. Toutes les stations de métro affichent les heures de passage des derniers trains sur leurs portes.  Le dernier train du soir utilise de petites lumières clignotantes à la tête et à la queue. Si vous ratez le dernier métro, il faut quitter la station et emprunter les transports de surface. – Sur la ligne bleue, les  premiers trains du matin quittent les terminus à 6h00 et les derniers trains du soir quittent les terminus à 0h15 tous les soirs

 

 

 

L’utilisation du métro - Beau temps, mauvais temps, des milliers de personnes s’assurent d’un trans­port rapide en évitant des heures passer dans le trafic ou à chercher des places de stationnement. On peut se rendre de la station Henri-Bourassa jusqu’au centre-ville en 25 minutes. Le transport en commun est aussi un choix écologique et  économique parce que la traction hydroélectrique du métro est bien moins polluante que les carburants utilisés par les automobiles et parce que partager les ressources réduit la consommation individuelle. C’est un plaisir de prendre le métro, on peut se détendre, écouter de la musique, étudier ou lire tout simplement. Prendre le métro, c’est aussi sécuritaire.  Une rame de métro est conduite par un chauffeur ayant suivi une solide formation.  Depuis son ouverture, en 1966, le métro a transporté plus de 4 milliards de voyageurs. 98 % des usagers arrivent à leur destination à l'heure ou avec moins de 5 minutes de retard.

 

 

 

On se plaint parfois de la chaleur et du vent dans le métro l'hiver. Le métro n'est pas climatisé à part les aires de personnel et quelques édicules. La chaleur dans le réseau est produite par le mouvement des trains, la chaleur corporelle des passagers, et celle des bâtiments avoisinants. Puisque le système de métro est entièrement souterrain, il est plus difficile pour la chaleur de se dissiper.  Le vent qui rend les portes des stations parfois si difficiles à ouvrir est causé par les courants d'air résultant du mouvement des trains. Cette situation a été récemment améliorée par l'installation de portes-papillons à plusieurs stations au cours du programme Réno-Métro 1999-2000.

 

 

 

Le Centre de contrôle est le centre névralgique du métro de Montréal. Il  regroupe la Gestion du trafic, la Gestion des systèmes et des communications et le Centre opérationnel de la Surveillance.  Autrefois, on le nommait le Centre Providence par ce qu'il se situe sur l'ancien terrain des Sœurs de la Providence.

 

 

 

Les musiciens peuvent se produire dans des aires définies, démarquées par un symbole de lyre sur fond bleu, entre 6h00 et 23h00 dans quelques 44 stations. Ils doivent s’inscrire en ligne et leur musique ne doit pas excéder 80 décibels.

 

 

 

S’il y a urgence ou que votre sécurité ou celle d’autrui est menacée dans le métro, trouvez un des pointes d’assistance, indiqués par un panneau bleu illuminé à symbole de main. Ces aires d'assistance incluent un téléphone pour communiquer avec le personnel de la STM, un extincteur de feu, et un interrupteur pour couper l’alimentation électrique aux rails. Si un incident survient à bord d’un train, il y a des interphones qui permettent de communiquer avec le conducteur, ainsi que des freins d’urgence qui immobilisent le train en station ou à la prochaine station s’il est en marche. S’il est nécessaire d’évacuer, suivez les instructions du personnel de la STM. L’utilisation abusive des équipements de sécurité contrevient à la loi et peut attirer des amendes sévères.

 

 

 

Le suicide dans le métro est un problème tragique. Si vous voyez quelqu'un qui semble être en détresse; hésite sur le quai ou ne prend pas le premier train, veuillez avertir le personnel STM en utilisant le téléphone d'un des postes de sécurité sur le quai. Des officiers de sécurité seront envoyés et les trains seront mis sous contrôle manuel. Vous n'avez pas besoin de vous impliquer directement et vous pouvez sauver une vie. Si vous ou l’un de vos proches pense au suicide, vous pouvez obtenir de l’aide à : Suicide Action Montréal, (514) 723-4000  - Tel-Aide, (514) 935-1101  - Jeunesse J'Écoute, (800) 668-6868

 

 

 

Les seules toilettes conçues pour être utilisées par les usagers se trouvent à la station Jean-Drapeau. La tenue de l'Expo 67 avait motivé cette décision, en raison de l'importance affluence prévue pour l'événement.

 

 

 

La STM permet la prise de photos dans le métro mais à certaines conditions. Toute personne ayant un projet précis doit d'abord contacter l'équipe des Affaires publiques par téléphone au 514-280-4941 ou par télécopieur au 514-280-5658. Tout comportement susceptible à entraver la circulation des passagers est interdit.

 

 

 

Si vous entendez « CENT-TRENTE-ET-UN-DIX, CENT-TRENTE-ET-UN-DIX, COMMUNIQUEZ » ? Il s'agit seulement d'une demande du centre de contrôle à l'employé(e) dont le numéro d'identification est 131-10 de communiquer avec la centrale.

 

 

 

Le métro a fonctionné toute la nuit deux fois seulement au cours de son existence : le 3 mars 1971, à cause de la Tempête du siècle et le 31 décembre 1999, pour desservir les fêtes de la fin du millénaire. Après le verglas, Hydro-Québec est contraint de faire du délestage, mardi 20 janvier 1998, vers 15h30 et  métro s’arrête. La panne a forcé l’arrêt du service de 23 des 65 stations. Coincés au centre-ville par l’interruption de service dans le métro et malgré les navettes de surface instaurées à la hâte par la STCUM, des milliers de citadins ont dû opter pour les navettes de surface ou se résoudre à une marche forcée. En ville, les gens ne savaient plus vers où aller. Les autobus ne suffisaient plus à la demande. Tard en soirée, on rétablissait cependant le courant à Montréal.  Le Ticket de courtoisie remis par la STM lors d’un arrêt de service, est valide seulement pour un seul passage.

 

 

Les gens ont pris le métro en plus grand nombre : deux millions de personnes ont voyagé en métro pour aller voir le Pape Jean-Paul II au parc Jarry le 11 septembre 1984.

Deux nouveaux outils d’informations (2002) sont installés dans les stations pour aider les voyageurs. «Métro et principales destinations » – permet aux voyageurs de visualiser l’ensemble du réseau du métro tout en consultant une liste des  principales destinations (hôpitaux, parcs, musées, etc.) avec les indications pour y accéder par métro ou par autobus. Dans la plupart des cas, ces plans  se trouvent près des loges des changeurs et sur les quais du métro, près du plan du réseau.  «Diagramme de ligne» présente le réseau du métro tel que l’on est habitué de le voir sur les autres outils d’information. Il met l’accent sur la direction empruntée et sur le temps de parcours pour chacune des stations croisées en chemin.

 

 

 

 

La voix dans le métro - Le système Télécité, qui annonce les noms des stations de métro, utilise la voix de l'actrice Michèle Deslauriers. La première voix était celle de l'actrice Judith Ouimet. (http://www.metrodemontreal.com/history/ouimet-f.html )

 

 

Si vous voulez trouver un renseignement, faire part d’un incendient ou retrouver un objet perdu, le centre de service à la clientèle Station-Service Berri-UQAM est à votre disposition. Il se situe au niveau mezzanine de la station Berri-UQAM. En plus de la billetterie, il comprend entre autres un poste de sécurité, un bureau d’objets trouvés, et des rayons où sont offerts tous les horaires d’autobus.

 

 

 

Bonne route,

Lise Jolin

 

 

 

Sources :

 

http://www.metrodemontreal.com/index-f.html 

et plusieurs autres sites.

 

Mots-clés: Métro Information Montréal



signets:






*** Planète Généalogie ***