RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Robert Rivard
Ajouté le 08/28/2009 14:38:43 par Pilote_Qc

Robert Rivard, artiste

 

Durant ma carrière de comptable j'ai eu l'occasion de rencontrer de nombreuses personnes... . Parmi eux, un grand bonhomme, un homme vraiment gentil, Monsieur Robert Rivard. Lorsque dans le début des années cinquante nous tassions la neige de notre poste de télévision  ;-)  pour mieux voir les personnages de Pépinot et Capucine, je ne pensais pas qu'un jour je verrais la personne qui prêtait sa voix au personnage de Monsieur Blanc.

 

Bonne lecture,

 

Cordialement,

Pilote_Qc

 

________

 

Monsieur Robert Rivard (1927-1989)

 

Courte biographie forcément incomplète de Robert Rivard:

 

Robert Rivard est un acteur québécois né en 1927 et décédé le 8 octobre 1989 à l'âge de 62 ans des suites d'un cancer du

poumon. Après avoir suivi des cours privés avec Sita Riddez, puis avec René Simon à Paris, il débute au théâtre en 1946 avec les Compagnons du St-Laurent et à la télévision à l'époque des grands télé-théâtres. Acteur de composition, il a grandement servi les auteurs québécois en jouant entre autres les rôles de Beau-

Blanc dans Le Survenant [feuilleton télévisé] de Germaine Guèvremont, d'Émile dans Un simple soldat et de Passe-Partout dans Zone de Marcel Dubé.

 

Il a aussi participé à de nombreuses émissions de télévision, dont Le Marcheur d'Yves Therriault, Pour cinq sous d'amour de

Louis-Georges Carrier et La Pension Velder de Robert Choquette. On se souviendra également de lui pour son personnage

d'Hector Milot dans Rue des Pignons de Louis Morisset et Mia Riddez. Il a été président de l'union des artistes de 1972 à

1974 et de 1975 à 1978. Son dernier rôle aura été celui de Delphis dans le téléroman L'Héritage [feuilleton télévisé] de

Victor-Lévy Beaulieu.

 

Biographie Filmographie et plus:

 

1952 : Pépinot et Capucine (série TV) : Monsieur Blanc (1952-1954)
1953 : Temps à tuer, Le (1953-1953) 
1954 : Pépinot (série TV) : (Voice of Monsieur Blanc) (1954-1957)
       L'Esprit du mal : Johnny MacDonald
       Anne-Marie (1954-1954)
       Chat piano (1954-1954)
       Survenant, Le (1954-1960)  
1955 : Je me souviens (1955-1956)
1956 : Mille et une nuits, Les (1956-1956)
1957 : Un simple soldat (TV)
       Le Survenant (série TV) : Beau-Blanc
       Au chenal du moine (série TV) : Beau-Blanc (1957-1958)
       Pension Velder, La (1957-1961)
1958 : Pépé le cowboy (série TV) : Compère Tortillard (1958-1959) 
       Le Courrier du roy (série TV) : Michaud (1958-1961)
1959 : Joie de vivre (1959-1963)
1960 : Force de l'âge, La (1960-1961) 
1961 : Nikki, Wild Dog of the North : Durante
1964 : Monsieur Lecoq (1964-1965) 
1966 : Rue des Pignons (série TV) : Hector Milot (1966-1977)
1967 : D'Iberville (1967-1968)
1968 : Médée (1968-1968)
1970 : O.K. Shérif (1970-1970) 
1971 : Mon enfance à Montréal
1972 : La Vraie nature de Bernadette : Felicien, le maire
1973 : And I Love You Dearly : Roger
1973 : La Maîtresse : Roger
1974 : Why Rock the Boat : Saint-Onge
1975 : Une nuit en Amérique : Lemieux
1977 : Les As (série TV) : Lucien Bédard (1977-1978)
1978 : Race de monde (série TV) (1978-1981)
       Mémoire cassée, La (1978-1978)
1982 : Aventures de Virulysse, Les (1982-1984) 
1983 : Poivre et sel (série TV) : Bertrand (1983-1987)
1985 : Clémence Aletti (série TV) : Lafleur (1986-1986) 
1987 : L'Héritage (série TV) : Delphis Cayouette (1987-1990) ... .

________

 

L'ancêtre

 

Voir aussi Robert Rivard dit Loranger, le frère de Nicolas Rivard dit Lavigne, l'ancêtre migrant canadien de Robert Rivard:

 

Quatorze ans après son arrivée en Nouvelle-France, Nicolas RIVARD dit Lavigne, bien établi au Cap-de-la-Madeleine et déjà

père de cinq enfants, aura l'immense joie d'y accueillir son jeune frère Robert dit La Rangée ou Loranger. Celui-ci se fera

défricheur et cultivera la terre durant plus d'un quart de siècle. Puis, subitement, alors qu'il aura franchi le seuil de la

cinquantaine, il se mettra à courir les bois, se rendant jusqu'aux lacs Abitibi et Témiscaminque pour y faire la traite des

fourrures avec les nations outaouaises.

 

Fils de Pierre RIVARD et de Jeanne Mullard, Robert a été baptisé à Tourouvre le 10 juillet 1638. Lors du départ de Nicolas en

1648, il n'est encore qu'un enfant. En 1660, ou vers cette année-là, l'aîné retrouvera en son cadet un jeune rempli

d'enthousiasme et déjà prêt à se mettre à l'oeuvre. Travailleur acharné, Robert réussira à abattre deux arpents de forêt par

année pour les convertir en autant d'arpents de terre cultivable, ce qui n'est pas banal pour l'époque.

 

La date d'arrivée de la plupart de nos pionniers constitue une énigme de taille pour les généalogistes, si compétents soient

-ils. Les réponses, s'il y en a encore à découvrir, se trouvent peut-être outre-atlantique dans ces contrats notariés qu'on

n'a pas fini de dépouiller.

 

L'historienne de Robert RIVARD. madame J. Loranger-Paquette (1), n'a pas réussi, elle non plus, à

élucider ce détail. Elle fait allusion aux 200 personnes qui se sont embarquées à La Rochelle en 1659, aussi â la centaine

d'hommes qu'a recrutés Pierre Boucher en 1662, et dont seulement 67 ont réussi à atteindre nos rivages sains et saufs.

D'autres groupes plus restreints sont arrivés en 1661 et 1663.
Les recherches menées par le notaire André Dufresne prouvent la présence de Robert Rivard au Cap-de-la-Madeleine le 28

décembre 1662. Me Dufresne croit que Robert est arrivé le 28 octobre 1662, recruté par Pierre Boucher.

 

Première concession au Cap-de-la-Madeleine

 

Ce qu'il y a de certain, c'est que le 28 décembre 1662, Robert Rivard est rendu chez nous,
puisqu'il est témoin du testament que fit Jeanne Sauvaget, épouse d' Élie Bourbeau, ce jour-là devant le notaire Louis

Laurent du Portail.Puis devant le notaire Claude Herlin, cet ancêtre reçoit le 28 juillet 1663 une concession du Père C.

Allouez, agissant au nom des seigneurs Jésuites. Le lopin de terre est situé dans les limites du Cap-de-la-Madeleine. Le 16

février 1664, Robert signe avec François Brunet un bail à ferme pour une terre faisant front sur le fleuve et appartenant à

Claude Houssart, le second mari de Madeleine Couteau, belle-mère de Nicolas Rivard dit Lavigne. Le 1er mai suivant, Mgr de

Laval passe au Cap-de-la-Madeleine et Robert en profite pour se faire confirmer.

 

Robert épouse Madeleine

 

Les événements se précipitent. Le 28 octobre de la même année, le notaire Jacques de la Tousche rédige les clauses du contrat

de mariage de Robert et de Madeleine Guillet, âgée de quatorze ans, fille de Pierre Guillet dit Lajeunesse et de Jeanne

Saint-Père. Sont présents â ce contrat Nicolas Rivard et Catherine Saint-Père, oncle et tante de la future épouse, Claude

Houssart et Madeleine Couteau, sa grand-mère, de même que Mathurin Guillet, frère de Madeleine. La cérémonie religieuse dut

avoir lieu au Cap-de-la-Madeleine, dans la petite chapelle qu'avait fait construire Pierre Boucher en 1659, mais les

registres antérieurs à 1673 sont malheureusement perdus. Il est à peu près certain que le jeune ménage demeura un certain

temps au Cap.

 

Il s'établit à Batiscan

 

Le 8 février 1666 (2), Robert vend à Pierre Prou sa concession de la côte Saint-Marc (3). Le 22 mars suivant (4). le Père

Jacques Fremin, procureur des Jésuites au Cap-de-la-madeleine, lui donne deux habitations de deux arpents de front chacune à

Batiscan et à la côte Saint-Eloy, presque en même temps que celles qu'obtiendront Claude Houssard et Nicolas Rivard. Quinze

ans plus tard, Robert aura réussi à défricher et à rendre cultivables une trentaine d'arpents: il aura donc mis les bouchées

doubles.

Dans l'Aveu et dénombrement de 1677 (5), il est dit que l'ancêtre possède 160 arpents de terre à Batiscan, soit quatre

arpents de front sur quarante de profondeur, à la charge de payer par chacun an audict domaine, un boisseau de blé français

et deux chapons de rente seigneurialle avec quatre deniers de cens, portant lods et rentes, saisines et amendes suivant la

dite coutume, et d'exécuter les autres clauses et conditions portées par le contrat de concession quy luy en a esté donné,

passé par devant le dict notaire La Tousche le vingt deuxième jour de mars mil six cent soixante et six. En 1681. le recenseur affirme que Robert a 43 ans et que Madeleine compte 31 printemps: leurs enfants sont alors Claude. 16 ans; Mathurin, 11 ans: Madeleine, 9 ans; Marie, 7 ans: François. 4 ans, et Charlotte, 18 mois; les Rivard possèdent deux fusils et cinq bêtes à cornes (6).

 

Aux Lacs Abitibi et Témiscamingue

 

C'est le 22 janvier 1689 que Robert décide de tenter la grande aventure de la traite des fourrures. Chez le notaire Gilles

Rageot, il signe un bail avec la Compagnie du Nord, pour se rendre aux lacs Abitibi et Témiscamingue, pour trois années

consécutives. Les profits de cette traite seront partagés entre la compagnie pour une moitié, le sieur Loranger et le notaire

Michel Roy dit Châtellerault pour l'autre moitié. Ces deux derniers devront payer en plus Alexandre-René Lemoyne, un autre

membre de l'équipe.

Tel père, tels fils: le 31 août 1691, Mathurin et Nicolas s'engageront pour les Illinois devant le notaire Antoine Adhémar,

pour le compte du capitaine François de la Forest. En 1692, le fils aîné, Claude, organisera son propre voyage avec François

Mercure dit Villeneuve, dans le pays des Outaouais.

 

Entreprises de la Compagnie Royale

 

Le 13 juin 1695 (7), Robert signe un nouveau contrat de traite d'une durée de trois ans, s'étant associé cette fois-ci avec

quelques parents et amis: Jean Crevier, Louis Guillet, Jean Trottier, Jean Baribeau et Jean Desrosiers. Cette société sera

connue sous le nom de Compagnie Royale et l'acte sera paraphé par les notaires Bénigne Basset et Claude Maugue, de Montréal.

Plusieurs voyages seront ainsi organisés, et ce jusqu'en 1707.

[Les engagements se continueront encore de nombreuses années dans la famille Rivard, écrit madame Loranger-Paquette (8).

Tantôt c'est Nicolas qui s'engage pour le voyage au pays des Illinois (1701), alors que Claude et Mathurin Rivard, de

compagnie avec François Frigon dit l'Espagnol. Jacques et Alexis Lemoyne, Jean-Baptiste et Louis Gatineau, tous voyageurs,

s'engagent pour le voyage du Détroit. Nouveau voyage au Détroit, l'année suivante (1702) de Mathurin Rivard et de son ami

François Frigon. En 1703, c'est François Dumontier, gendre de Robert Rivard, qui organise son propre voyage au Fort Frontenac

alors que Mathurin Rivard, Etienne Volant, sieur de Radisson, plus 42 autres compagnons iront au lac Erié pour les Messieurs

de la Colonie du Canada. Robert Rivard, fils, attendra au 23 avril 1704 pour entrer dans la ronde. A cette date, Il s'engage

à son beau-frère François Dumontier pour le voyage au Fort Pontchartrain du lac Erié. Il fit au moins quatre voyages, dont

celui de 1705, avec Joseph Moreau, gendre de François Frigon.]


Madeleine meurt 37 ans après son époux

 

Sans doute usé par le trop lourd labeur qu'il s'était imposé durant ses quarante années en terre canadienne, Robert Rivard ne

sera plus là à l'orée du prometteur XVIII e siècle. Il sera inhumé à Batiscan le 11 mai 1699, à l'âge de 61 ans. Madeleine

Guillet lui survivra près de 37 ans, étant mise en terre à son tour le 27 avril 1736, à l'âge respectable de 86 ans.

Exactement deux mois plus tard (9), ses héritiers se partageront le reste de ses biens.

 

Six fils ont été voyageurs

 

Le couple Rivard-Guillet avait élevé une belle famille de treize enfants, dont tous les fils, sauf René-Alexis ont été

voyageurs comme leur père:
Claude dit Loranger (1665-1736), marié en 1696 à Catherine Roy dit Châtellerault. Claude a habité chez son beau-père après

son mariage; Il a voyagé aux Outaouais et au Détroit. Il a été inhumé dans la nouvelle paroisse de Sainte-Geneviève, voisine

de celle de Batiscan;
Mathurin dit Feuilleverte (1667-1737), marié successivement à Françoise Trottier (1700) et à Jeanne Frigon (1710). Il a

voyagé aux Illinois, au Détroit et au lac Erié. Il est décédé à Batiscan;
Nicolas (1670-1733), marié en 1721 à Anne Desrosiers. Il a effectué au moins deux voyages aux Illinois. Ce couple de Batiscan

n'a pas eu d'enfants;
Marie-Madeleine (1671-1744), mariée en 1698 à Jean Trottier; décédée à Grondines où cette famille était établie;
Marie-Anne (1674-1750), mariée en 1696 au sergent François Dumontier. Ce dernier faisait partie de la compagnie de Vaudreuil

et avait abjuré le protestantisme en 1691. Après son mariage, François a habité chez son beau-père. En 1703, il se rendit au

Fort Frontenac. En 1708, Vaudreuil et l'intendant Raudot lui accordèrent un important fief d'une lieue et demie de front sur

trois de profondeur à Yamachiche. Marie-Anne rendit foi et hommage pour ce fief en 1723; elle fut inhumée à Grondines;
François, né en 1677; marié à Marie-Jeanne Hamelin 1710 ;
Marie-Charlotte (1681-1744), mariée en 1700 à Charles-Julien Lesieur dit Duchaine. Celui-ci fut seigneur d'Yamaska et d'

Yamachiche. Marie-Charlotte a été inhumée dans cette dernière paroisse;
Robert (1682-1709) demeura célibataire. Il a fait trois voyages au Fort Pontchartrain du lac Erié en 1704, 1705 et 1707. Il a

été inhumé à Batiscan;
François dit Montendre (1684-1756), engageur pour l'ouest, marié en 1710 à Marie-Joseph Hamelin. Cette famille était établie

à Grondines;
Louis-Joseph dit Bellefeuille (1685-1740), marié en 1717 à Françoise Lesieur. Cette famille est considérée comme l'une des

plus anciennes d'Yamachiche;
Marie-Catherine (1689-1716), mariée en 1715 au marchand Pierre Lefebvre de Québec. Ce couple, dont la vie commune n'a duré

que quelques mois, n'a pas eu d'enfants;
René-Alexis dit Loranger-Maisonville (1691-1757), marié en 1727 à Marie-Charlotte Lafond. Cette famille vivait à Batiscan;

Marie-Françoise, née en 1694 et mariée en 1716 à Jean Lafond dit Mongrain, procureur fiscal à Sainte Geneviève de Batiscan.

 

Les descendants de Robert Rivard et de Madeleine Guillet se sont dispersés à travers tout le pays et même aux Etats-Unis, où

se sont fixés un grand nombre de rejetons de René-Alexis.

 

Références bibliographiques

 

(1) Le 10 juin 1959. madame Loranger-Paquette prononçait une conférence sur son ancêtre Robert Rivard, sieur de Loranger, â

l'occasion de la 16e assemblée générale annuelle de la Société généalogique canadienne-française. Son texte a été publié dans

les Mémoires de cette société (volume X. 1959. pages 116 â 128).
(2) Idem. page 121.
(3) La côte Saint-Marc était située dans la seigneurie des
Jésuites, tout près de Champlain.
(4) Greffe de Jacques de la Tousche.
(5) Mémoires de la S.G.C.F., volume X, page 121.
(6) Benjamin Suite, Histoire des Canadiens français, volume V, p. 61c.
(7) Acte de Bénigne Basset.
(8) Livre cité. page 124.
(9) Greffe d'Arnould-Balthazar Pollet, 27 Juin 1736.

________

 

L'Union Des Artistes Robert Rivard (1972-1974 et 1975-1980)

Robert Rivard (1972-1974), président

Robert Rivard (1975-1980), président


Robert Rivard est la seule personnalité à avoir occupé le poste

de président de l’Union des Artistes à deux reprises. En fait son

règne n’a été entrecoupé que d’un court passage de Jean

Brousseau à la tête de l’UDA. Comédien reconnu pour son

rôle de Beau-Blanc dans [Le survenant], Robert Rivard a

laissé sa marque à la télévision dans [Race de monde],

[L’héritage] et [Poivre et sel]. En plus d’avoir joué au

cinéma dans [La vraie nature de Bernadette], il est le père du

chanteur Michel Rivard. Comme président de l’UDA, il a eu de

nombreux dossiers à régler, dont des conflits de travail à

Radio-Québec et Télé-Métropole. Il a fait des pression pour

que le Code du Travail reconnaisse le statut d’artistes pigistes,

mais sa plus grande réalisation demeure la signature d’une

entente avec l’Association des Directeurs de Théâtre [ADT].

Il fut victime d’un cancer du poumon et fut emporté par la

maladie le 8 octobre 1989. Il avait 62 ans.

________

 

L'Association Les Fusiliers Mont-Royal 1961 inc., a écrit le 12 mai 2009:

 

Le Régiment Les Fusiliers Mont-Royal et la Société Québécoise

Le manège militaire des Fusiliers Mont-Royal situé avenue des Pins fêtera en 2010 son centième anniversaire. Ce régiment est

le plus ancien régiment francophone de Montréal.

Sir Rodolphe Forget, éminent homme d’affaires en fut l’un des fondateurs en 1910. Son vaste domaine dans Charlevoix fut

utilisé durant la deuxième guerre mondiale comme terrain d’exercice des soldats. Ce domaine est aujourd’hui mieux connu sous le nom Camp Musical de Charlevoix. Saviez-vous que le célèbre musicien Wilfrid Pelletier au début de sa carrière en 1910

était membre de la fanfare des Fusiliers Mont-Royal.

 

Les Fusiliers Mont-Royal ont eu un rayonnement considérable dans la société Québécoise. Plusieurs autres personnages

importants et bien connus ont été membres de ce régiment avant et après les deux guerres mondiales. Citons d’abord le Premier

ministre du Québec l’honorable Paul Sauvé qui a été commandant du régiment. L’hon. Paul Sauvé est le seul politicien à avoir

été réélu dans sa circonscription de Deux-Montagnes alors qu’il était à combattre les allemands durant la deuxième guerre

mondiale. C’est son épouse qui a fait la campagne électorale de son mari, trop occupé à combattre les nazis en Belgique et en

Hollande. Parmi les autres commandants de ce régiment, mentionnons le colonel Paul Langlais, fondateur de Télé-Métropole

(aujourd’hui TVA); et le colonel Yves Bourasssa, l’un des premiers francophones à diriger une agence de publicité en plus d’

avoir été le mari de la célèbre comédienne et animatrice Nicole Germain. De plus, le brigadier-général Guy Gauvreau a été l’

un des plus jeune à accéder à ce grade dans tout le Commonwealth britannique. Il avait seulement 29 ans. Guy Gauvreau après la guerre a été vice-président de la brasserie Dow, président de la Commission de Transport de Montréal et président de la Place Bonaventure. Un jeune officier des Fusiliers Mont-Royal, Erskine Eaton, mort durant le raid sur Dieppe en 1942, était l’un des fils héritiers de la célèbre famille propriétaire des grands magasins Eaton de Montréal et Toronto. Un autre

commandant, le général Richard Genin, aujourd’hui retraité a été pendant plusieurs années l’un des principaux directeur de

TVA. Les Fusiliers Mont-Royal (FMR) ont eu comme colonel honoraire récemment Roger D. Landry, ex-éditeur du grand quotidien français d’Amérique La Presse. Ce régiment compte même parmi les artistes, le comédien Robert Rivard, père du chanteur-compositeur Michel Rivard. Et le célèbre champion lutteur Yvon Robert porta l’uniforme de sergent du régiment durant les

années quarante et cinquante.

 

Récemment, le colonel Henry Moïse, d’origine haïtienne fut le premier noir à accéder au poste de commandant d’un régiment au

Canada, Les Fusiliers Mont-Royal.

 

Plus récemment Le FMR a contribué à l’envoi de soldats qui ont servis, en Bosnie, en Haïti, en Afghanistan et dans plusieurs

autres missions de paix dans le monde.

 

Les montréalais et les québécois ont raison d’être fiers de fêter le 100e anniversaire du manège militaire des Fusiliers

Mont-Royal en 2010.

[André Vézina, ex animateur à CKAC et à Rock Détente FM]

________

 

On dit que Michel a chanté cette chanson pour son père:

 

[TU PEUX DORMIR ( Michel Rivard)

 

On parle de toi à la radio
Sur le journal y'a ta photo
J'me sens tout p'tit
J'voudrais grimper sur tes genoux
Sentir ta barbe piquer ma joue
Te dire bonne nuit

Te faire parler quelques moments
R'garder bouger ta pomme d'Adam
Ça m'faisait rire
Le temps qui passe est un méchant
Papa le temps est un méchant
Tu peux dormir
Tu peux dormir

Le cabaret du soir qui penche
Et moi qui guette une auto blanche
Demain lundi
J'fouille tes tiroirs où ça sent l'cuir
Le parfum d'homme et les souvenirs
D'avant ma vie

J'voudrais m'glisser dans tes silences
Savoir enfin à quoi tu penses
Quand tu souris
Le temps qui passe est un méchant
Papa le temps est un méchant
Tu peux dormir
Tu peux dormir

Tu peux dormir
Tu peux dormir]

________

 

Source: http://www.quebecweb-creation.com/memoriam/liste_R/robert_rivard.htm
        http://www.facebook.com/topic.php?uid=80233028371&topic=9008
        http://www.biographie.tv/Robert-Rivard.htm
        http://archives.emissions.ca/artisan_2727.html
        http://familles-rivard.blogspot.com/2006/01/brve-bibliographie-de-robert-rivard.html
        http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/liste.jsp?titreListe=60
        http://starquebec.ifrance.com/dossier/presidents.html
        http://insomnieschroniques.free.fr/2002_04_14_ic1_archive.php
        l'encyclopédie libre et collaborative Wikipedia.
        CARON, Louis, [La vie d’artiste], Les Éditions du Boréal, 1987, 217 pages.
        Site web de l’Union des Artistes, http://www.uniondesartistes.com/
        RÉMY, Edward et Marie-Odile Vézina, [Têtes d’affiche], Éditions du Printemps, 1983,
        430 pages.
        BEAUCHEMIN, Jean-François, [Ici Radio-Canada – 50 ans de télévision française],
        Les Éditions de l’Homme, 2002, 255 pages.

Mots-clés: Robert Rivard Artiste Acteur Comédien



signets:






*** Planète Généalogie ***