RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Mon ancètre ANDRÉ CYR
Ajouté le 09/02/2009 18:26:21 par Claudette46

M O N    A N C Ê T R E

 

A  n  d  r  é     C  Y  R

 

 

Les calligraphies que j’ai rencontrées:  Lesire, Cir, Cire, Le Cire,  Cyr, Cyre, Lecyre. Sire,  Sirre, Seers, Syre, Le Sire,

 

Les premières années d’André Sire au Canada.

 

Nous savons par le notaire Teuleron qui pratiquait à La Rochelle, en France, que le 6 avril 1668, Sire passait un acte d’engagement avec Pierre Gaigneur, marchand de cette ville.  Dans l’acte notarié, il est dit que “André Sire est journalier et couvreur d’ardoise.  De plus, il s’embarquera cette année-là, pour venir travailler en Nouvelle-France, pour le compte de la Compagnie des Indes Occidentales.  Ses gages seront de 70 livres par année ”.  Ce contrat d’engagement nous apprend également qu’André Sire est originaire de Fontenay-Le-Comte, en Vendée. 

 

Le monopole de la Compagnie des Indes Occidentales prenait fin en 1674, dans la Nouvelle-France.  Toutefois, nous n’avons pu consulter leurs archives, pour connaître, si possible, la carrière d’André Sire durant ses premières années au Canada.  Par contre, nous avons examiné d’autres documents afin d’avoir une idée de ce qu’André a fait dans sa nouvelle patrie. 

 

Nous le retrouverons, en 1671, installé sur le bord du St-Laurent dans la seigneurie de St-Ours, sur une terre de deux arpents de front par 40 arpents de profondeur.  Cette concession, Sire l’avait acquise de Jean Lecaut dit La Rivière, mais le 2 août 1671, par acte passé sous seing privé devant Christophe Richard, commis de M. de St-Ours, il décide de l’échanger contre celle qui appartenait à André Morigny dit Léveillé.  La terre de ce dernier était située aussi à la côte St-Ours, dans la même seigneurie.  Elle en avait les  mêmes dimensions, sauf qu’un hangar y était bâti.  Dans cet échange, Sire devait payer en plus la somme de 80 livres, soit la moitié en 1672, à la fête de la St-Martin et le solde à la même date, l’année suivante.

 

André Sire ne semble pas avoir été satisfait de cet échange, à moins que la vérité se trouve ailleurs, car le 5 janvier 1672, toujours devant Christophe Richard, l’échange avec Léveillé est  ``annulé, résilié et cassé¨.  Mais Sire doit quand même dédommager Léveillé en payant à ce dernier 24 livres, soit les 10 livres que Léveillé reconnait avoir reçues et le solde de 14 livres payable à la St-Martin d’hiver (11 novembre) prochain.  Sire devra acquitter également les droits seigneuriaux sur cette transaction.

 

A l’automne de 1673, le notaire Antoine Adhémar, qui pratiquait dans la région de Sorel a consigné dans un cahier que nous avons pu lire, un grand nombre d’actes pour quelques seigneurs, dont M. de Chambly et M. de St-Ours.  Celui-ci, le 7 novembre, donna une concession de terre à André Sire résidant de St-Ours.  Celle-ci porte le numéro 84 dans le cahier d’Adhémar, qui en donne les dimensions soit 60 arpents en superficie, à savoir deux arpents de front par trente arpents de profondeur.  Cette concession était bornée du côté sud-ouest par la terre de Jean Duval et du côté nord-est par celle de Charles Desmarest.  Ce dernier, le 1er juillet 1674, par acte devant Bénigne Basset, notaire à Montréal vend à Mathurin Collin une terre de 60 arpents dans la seigneurie de St-Ours, bornée d’un côté par une terre, propriété de l’acheteur et de l’autre par celle d’André Sire. 

 

Il ne faut donc pas se surprendre si dans les registres d’état civil de cette région, nous voyons apparaître le nom d’André Sire, le 3 février 1675, à Sorel, au baptême d’André Collin fils de Mathurin et de Jacqueline Labbé, en tant que parrain, puisqu’il habite la terre voisine de Mathurin.  Mais ce qui est plus surprenant, c’est de voir l’année suivante, en mai, André Sire confirmé par Mgr de Laval, à Laprairie.  Que faisait  Sire à cet endroit?  Travaillait-il de son métier pour les Jésuites, seigneur de Laprairie?  Pour l’instant, nous l’ignorons.  De même nous ne savons pas encore ce que Sire a fait de ses propriétés à St-Ours.  D’autres documents nous le révèleront peut-être.

 

Mais déjà nous pouvons dire que Sire est connu, car il est de nouveau parrain à la Pointe-aux-Trembles de Montréal, le 6 mars 1678, au baptême d’André Ethier fils de Léonard et d’Isabelle Godion.  Au même endroit le 5 septembre suivant, il est témoin au mariage de Jacques Chevalier et de Jeanne Vilair.

 

Nous croyons que c’est à l’occasion de ces deux événements qu’André  Sire a connu Élizabeth Charbonneau alors âgée de 14 ans.  Les fréquentations, à cette époque, n’étaient pas longues.  Il ne faut donc pas s’étonner de constater qu’ils sont mariés en 1679.   En effet, le 18 décembre 1679, à Repentigny, Élizabeth Charbonneau est marraine au baptême  de Charles Labelle, fils de Guillaume et d’Anne Charbonneau.  Dans cet acte, Élizabeth est dite femme d’André Sire : donc nous sommes certains qu’à cette date André et Elizabeth sont mariés.

 

Quand se sont-ils mariés?  Nous savons à cause de l’inventaire des biens d’André Sire fait par le notaire Senet, qu’il n’existe pas de contrat de mariage de ce couple.  En outre, bien des chercheurs ont constaté, comme nous l’avons fait, que les registres des paroisses où ce mariage aurait dû normalement être inscrit, souffrent de plusieurs lacunes spécialement le registre de Repentigny de 1669 à1680.

 

Comme en 1679, ils étaient mariés, nous avons voulu savoir où ils habitaient puisque André Sire n’avait pas encore de concession dans l’île Jésus.  Nous sommes portés à croire qu’au début de leur mariage, André Sire avec sa femme demeurait chez son beau-père Olivier Charbonneau, d’autant plus que ce dernier travaillait avec un autre de ses gendres, Guillaume Labelle, pour les Seigneurs de cette île depuis un certain temps, sous les ordres d’Anthoine Gaillon, contre-maître à l’île Jésus

 

Source :  Cahiers Gen-Histo

 

 

Claudette46

 

 

Mots-clés: Ancètre Cyr Biographie



signets:



Visionner 1 - 2 de 2 Commentaires

De: Pilote_Qc
09/04/2009 01:39:43

Claudette46, c'est un réel plaisir de vous voir travailler sur l'histoire de votre ancêtre migrant canadien Cyr. Nous sentons votre passion pour la découverte de nouveaux renseignements concernant ce personnage et ses proches. Merci de partager cette passion avec nous!


 


Cordialement,


Pilote_Qc


 


 



De: pierrebernier
09/02/2009 19:49:44

Bravo, Claudette et merci de partager avec nous l'histoire de tes ancêtres.


 


De bon texe aussi pour notre société de généalogie.


 


 


Pierre







*** Planète Généalogie ***