RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Aristide Beaugrand-Champagne et le chalet du Mont-Royal
Ajouté le 01/19/2010 06:53:11 par lisejolin

Architecte, artiste, décorateur, auteur de livres, Aristide Beaugrand-Champagne signe de nombreux articles tant sur l'histoire des Amérindiens que  de l'architecture de Montréal.  Vice-président de la Société historique de Montréal durant plus de vingt-ans, la Société lui doit d’avoir dessiné sa médaille d’honneur. Il a été membre de la Société d’archéologie et de numismatique de Montréal depuis 1916, puis le président de 1941 à 1949.

 

Il a été aussi un des fondateurs de la « Société des Dix » en 1935 où il occupait le fauteuil numéro 9.  Cette société  était composée originalement de professionnels tels Gérard Malchelosse, comptable; Victor Morin, notaire; Aegidieus Fauteux, bibliothécaire; Édouard-Zotique Massicotte, archiviste; Francis-J. Audet, archiviste; Olivier Maurault, universitaire; Pierre-Georges Roy, archiviste; Mgr Albert Tessier, professeur de collège; Aristide Beaugrand-Champagne, architecte, et Montarville Boucher de la Bruère, archiviste. Les membres s'engageaient autant que possible à publier annuellement un article dans «Les cahiers des Dix».

 

 

Monsieur Aristide Beaugrand-Champagne

 

Dernièrement alors que je cherchais des informations sur le grand chalet de la montagne, j’ai appris que vous en étiez le concepteur et c’est pourquoi j’ai cherché à vous connaître un peu plus. Pardonnez-moi si j’ai fouillé dans votre vie privée mais il fallait que je sache…

 

Fils d’Aristide Beaugrand-Champagne, médecin et de Marie-Anne Zélisca Pelletier, vous êtes né le 27 novembre 1876.  Vous avez été ondoyé à la maison puis baptisé le lendemain 28 novembre 1876, à St-Anicet, Co Huntingdon.  Votre parrain et votre marraine ont été  vos grands parents maternels Jean-Baptiste Pelletier et Mathilde Lamontagne, de Montréal. 

 

Lors de votre première union avec Andrea Alma Léger (feu Michel Léger, en son vivant hôtellier et Séraphine Leroux) le 19 octobre 1905, à la paroisse Les Saints-Anges-Gardiens de Lachine, vous étiez architecte de jardins. Était-ce à cette époque que vous avez créé les Jardins d’Outremont?  

 

Une première naissance survient dans votre famille avec l’arrivée de Joseph Aristide André ‘Gilles’  le 1er septembre 1906. Il est baptisé le lendemain 2 septembre, à la paroisse St-Jacques-le-Mineur, à Montréal.  Vos parents, de la paroisse St-Louis-de-France, sont le parrain et la marraine  de l’enfant.  Devenu orfèvre de St-Viateur, Gilles épouse  Marie ‘Thérèse’ Gabrielle Charest (Napoléon Charest et Berthilde Joubert) le 15 juillet 1940, à la paroisse St-Viateur d’Outremont. Il épouse ensuite Marie Robillard (Tancrède Robillard et Adrienne Lamalice) le 6 avril 1957, à la paroisse Notre-Dame de Montréal.

 

Andréa vous donne ensuite une fille Marthe, née le 10 juin 1908. Elle est baptisée le 12 juin suivant à la paroisse les Saints-Anges-Gardiens de Lachine. Son parrain est Ovide Tessier, hôtelier et son épouse Séraphine Léger, sœur de votre femme, est sa marraine.  

 

Votre première épouse décède à l’âge de 32 ans, le 10 octobre 1910 et elle est inhumée le 13 du mois courant. À peine un an et demi après son décès,  vous épousez Alice Cousineau (Noé Cousineau et Mathilde Deslauriers), le 23 mai 1912, à Marie-Reine-du-Monde, Montréal. 

 

Le 9 mai 1917, vous faites baptiser Joseph Aristide ‘Jacques’ Beaugrand-Champagne, fils de votre seconde épouse.  Vous lui avez choisi comme parrain et marraine,  son frère et sa sœur aînés, Gilles et Marthe.  

 

Cinq and plus tard,  le 20 mars 1922, Alice vous donne un autre fils Joseph Odilon Gustave Claude que vous faites baptiser le 24 mars suivant. Son parrain est Odilon Piché de St-Basile de Portneuf.  Sa marraine est Béatrice Cousineau. Y a-t-il un lien qui unit Béatrice à votre femme?  

 

Lors de votre décès en décembre 1950, vous aviez 74 ans et vos funérailles ont été célébrées en l'église Saint-Viateur d'Outremont, paroisse où vous résidiez.  Vous avez été inhumé le 20 décembre de la même année dans la Section U, lot 01496, au cimetière Notre-Dame-des-Neiges. 

 

Très intelligent, vous l’étiez sans aucun doute car vous étiez professeur de construction à l’école Polytechnique de Montréal de 1908 à 1922 et à l'École des Beaux Arts. Cette dernière année, vous avez été l’architecte concepteur d’une très belle résidence à trois étages, au 345 avenue Bloomfield, à Outremont. Cette magnifique maison de stuc blanc, avec son toit obtus en façade et sa toiture élancée lui donnait un aspect très personnel comparée à celles qui l’entouraient. Vous avez sûrement été très fier de l’habiter car il semble que vous y avez demeuré assez longtemps.

 

En 1915, vous avez conçu les plans de l’église St-Michael Archange, au 105 rue St-Viateur Ouest, près de la rue St-Urbain à Montréal.  D’après tous, c’est une pure petite merveille.  C’était une des premières églises en béton et vous êtes devenu un pionnier dans l’utilisation de ce matériau. Pour ce qui est de l’église Sainte-Thérèse d’Avila à Amos, érigé en 1923, vous devez savoir certainement, que cette dernière a été élevée au nom de cathédral en 1939. Ce n’est que quelques-unes de vos réalisations et je vous fais grâce de toutes les autres car vous les connaissez déjà.

  

Le grand chalet…

Le grand chalet du Mont-Royal vu du belvédère Kondiaronk (photo Lise Jolin, 2008)

 

Monsieur Beaugrand-Champagne, il faut vraiment que je vous reparle du grand chalet du Mont-Royal.  Il est difficile de le passer sous silence avec toutes ses œuvres d’art qui y sont rattachés.  Vers la fin des années 1920, la grande dépression sévit déjà à Montréal, comme au Canada et partout ailleurs.  Pour contrer ce grand fléau, les gouvernements et la Ville de Montréal  mettent à l’avant des projets visant à faire travailler le plus de chômeurs possible.   Vous étiez alors président de la Commission d’urbanisme de Montréal  lorsque vous avez tracé les plans du grand chalet et de sa décoration intérieure afin de remplacer les trois pavillons érigés en 1906 par les frères Maxwell. 

 

Dans un cadre enchanteur, au centre du parc du Mont-Royal, c’est la St. George Construction Co. Ltd qui, selon vos plans, a construit le chalet entre 1928 et 1932. Il porte le numéro civique du 1196 Camillien-Houde,  dans le quartier  Ville-Marie. Permettez ici, que je décrive quelque peu ce bâtiment faisant parti de ce lieu historique qu’est le Mont-Royal…

 

De style Beaux-Arts français, la façade du grand chalet mesure 49,5 mètres de large.  Du côté du belvédère, un grand escalier nous mène jusqu’à ses monumentales portes vitrées. Son toit à pignons est recouvert de tuiles et une large corniche s’avance majestueusement sur le parvis tandis que différents sentiers gravitent autour du chalet.  Les arbres qui les bordent sont d’une beauté incomparable.

 

À l’intérieur, un imposant foyer à revêtement de marbre fait face à la porte d’entrée centrale.  À hauteur des blasons du foyer, deux petites galeries encadrent ce dernier.  À l’arrière, un petit bistrot offre de quoi s’alimenter et pour accommoder les visiteurs, des petites tables sont aménagées dans la grande salle.  Près de la porte allant au sous-sol, un tableau historique représente la position des toiles dans le chalet et leur auteur, suivi d’un plan d’évacuation du chalet.

 

De grandes portes s’ouvrent sur trois côtés du chalet, dont sept sur la face principale. Même de l’intérieur, les portes nous laissent voir Montréal et ses environs. En haut de chaque porte se trouve une des toiles de nos artistes canadiens de l’époque. Un plafond cathédral surplombe la vaste salle pendant que des figures d’écureuils, symboles du parc du Mont-Royal, reposent sur une structure en bois. La sobriété de la charpente révèle son usage naturel d’abri pour les promeneurs et les skieurs.

 

Doté de chauffage, la construction mesure plus de 3000 mètres carrés.  Ce magnifique bâtiment peut aisément accueillir de 300 à 700 convives.  Le chalet n’a cependant jamais eu d’occupants réguliers.  Il se loue tout simplement.  Il est l’endroit rêvé  pour des cérémonies, des soirées de gala ou pour tout autre événement à grands caractères.  Dernièrement, si vous avez regardé « Les 40 ans de Patrick Huard » à la télévision, j’espère que vous avez remarqué le décor car cette fête était justement au grand chalet.

 

Sur le côté près de l’escalier allant au bois, se trouve une grande plaque soulignant la venue du roi Georges VI, en 1939.  Elle dit ceci : « Pour commémorer la Bienvenue des citoyens de Montréal à sa majesté le roi Georges VI monarque de ce pays et à sa majesté la reine Élizabeth le seize mai 1939, lors de la première visite au Canada du souverain. »  (Camillien Houde, maire)

  

Les 17 toiles du grand chalet…

 

Les plans terminées, quelle merveilleuse idée vous avez eu de faire peindre ces dix-sept toiles historiques mesurant chacune quatre pieds par huit pieds, qui agrémentent toujours le chalet en 2010. Il faut dire que pour ceux qui ne vous connaissent pas, vous êtes aussi un passionné d’histoire et d’archéologie. Oui Monsieur Beaugrand-Champagne, vous pouvez être fier de votre initiative.   

 

En allant cherché Paul-Émile Borduas malgré qu’il n’était pas encore très connu, laissez-moi vous dire que vous avez eu du « pif » comme on dit par chez nous.  Borduas a peint les six toiles qui vous tenaient le plus à cœur, soient les cartes géographiques.  Elles  représentent : « L’Entrée de la France dans les Indes occidentales » ; « Le plan de la bourgade Hochelaga produit par Venise en 1556 » ; « L’île du Mont Royal et le fleuve Saint-Laurent produit par Samuel de Champlain en 1611 »; «  La carte de Ville-Marie en 1672 »;  « La carte des possessions de la Nouvelle-France avant le traité de Paris de 1763 » et « La carte de Montréal en 1760 » 

 

Pour les onze toiles restantes, il a su s’entourer magnifiquement par des  artistes résidant ici au Canada. Selon votre désir et par leur talent respectif, ils ont reproduit « l’Histoire des Débuts du Canada.» Edwin H. Holgate est choisi pour la scène du « Départ de Cavelier de LaSalle vers la Chine et les Indes »; Adrien Hébert (1890-1967) peint « l’entrée de Jacques Cartier à Hochelaga »; Boudot et Cerceau sont chargés de la scène de la « Rencontre de Jacques Cartier avec le chef autochtone Agouhanna » ; Le belge, Alfred Faniel, se voit confié  « La venue de Jacques Cartier sur une montagne sise à proximité que Jacques Cartier nomma Mont Royal »;Raymond Pellus nous offre  « le serment de Dollard des Ormeaux » ; Robert Pilot peint  « L’implantation d’une croix sur le Mont Royal »; Georges Delfosse  nous montre « La première messe dite à la fondation de Ville-Marie en 1642 »; W.H. Taylor se voit confier la scène de « La fondation de la colonie Ville-Marie à Paris »  ;   Thurstan Topham reproduit « Le  Combat de Dollard des Ormeaux au Long-Sault »; et avec « La venue en 1603 de Samuel de Champlain à la rivière des Prairies », Marc-Aurèle Fortin montre François Gravé du Pont en compagnie de Samuel de Champlain visitant l’île du Mont Royal. Enfin, le dernier mais non le moindre, Octave Bélanger réalise la scène de « Samuel de Champlain à Place Royale, site du Musée de Pointe-à-Callière ». 

 

Ces immenses tableaux ont été restaurés à l’automne 2003, par les entreprises Legris Conservation et Artrope, Services muséologiques, sous la direction de l’historien de l’art Laurier Lacroix, de l’UQAM.  Je peux vous affirmer Monsieur Beaugrand-Champagne qu’ils ont fait un travail magnifique en éliminant les souillures accumulées par le temps.

 

Le Belvédère Kondiaronk

 

Vers 1932 Monsieur B-Champagne, étiez-vous présent quand la troupe française du Montreal Repertory Theatre donna sur le parvis le « Cyrano de Bergerac » d’Edmond Rostand et que la foule emplissait complètement l’esplanade du belvédère?  Il paraît que quelques années plus tard, les « big bands » donnaient des concerts à la belle étoile sur les marches de l'édifice. On dit aussi que c’est dans les mêmes années que la jeune  l’Orchestre Symphonique de Montréal a commencé à donner des concerts semi-classiques, sous les étoiles, sur ce même parvis. Les foules se blottissaient même à l’extérieur de la barrière et pouvaient atteindre les 15 ou 20 000 personnes.

 

Monsieur Aristide, devant votre grand chalet, la grande terrasse d’observation surplombe toujours la ville de Montréal.  Sa construction avait été réalisée en 1906 par les architectes Maxwell, Marchand et Haskell en même temps que les trois pavillons d’été qui existaient autrefois et qui étaient reliés par des galeries couvertes. Restaurée et réaménagée en 1992, la terrasse observatoire a pris le nom de « Kondiaronk » en 1998, du nom d'un grand chef amérindien qui a contribué au traité de la Grande paix en 1701.

 

Tout au bout de l’observatoire, une plaque de Jacques-Cartier fait maintenant face au grand chalet. À chaque pilier  de ciment, une flèche en bronze nous donne une direction à suivre du regard, tout en indiquant son nom.

Montréal et le St-Laurent, vus de l'observatoire Kondiaronk

(photo Lise Jolin, automne 2008)

 

Que l’on regarde à gauche du côté du pont Jacques-Cartier, de la tour olympique, du mont St-Bruno ou du mont St-Hilaire, ou que l’on regarde à droite vers les ponts Victoria ou Champlain, notre regard s’arrête  obligatoirement sur Montréal, ville pittoresque.  Son majestueux fleuve St-Laurent sert de trait d’union entre la grande ville et la rive Sud. 

 

Monsieur Beaugrand-Champagne, si vous faisiez encore parti de ce monde, vous seriez très fier de voir l’ensemble que forment votre chalet et l’observatoire.  Je suggère même aux gens d’aller sur notre belle montagne et de passer par là pour admirer Montréal et ses alentours. Pour ma part j’ai toujours apprécié cet endroit à l’été et à l’automne mais ce doit être aussi fantastique à ce temps-ci de l’année.

 

 

Lise Jolin

 

Les artistes peintres…

 

Bélanger, Octave – (peintre, graveur, illustrateur, photographe, né et baptisé le 20 juin 1886, Ste-Brigide, Montréal –  4 déc.  1972) - Fils d’un fondeur Octave Bélanger  et de Marie-Joséphine Richard, il épouse Marie-Marguerite Alphonsine Juliette Guillemette (Edmond Guillemette et Valérie Rochon) le 5 avril 1910 St-Jacques-le-Mineur, Montréal, Qc

 

Borduas, Paul-Émile  (St-Hilaire, 1er novembre 1905 – 22 fév. 1960, Paris, France) -  Fils de Magloire Borduas, voiturier et d’Eva Choquette. Le parrain et la marraine sont  :  Adolphe Choquette, oncle de l’enfant et Emelia Perreault, son épouse.  Il épouse Gabrielle Goyette (Diondonné Goyette, médecin et Lucia Lasnier), le 11 juin 1935, Notre-Dame, Granby, Shefford, Qc. Il publie le manifeste « Le Refus Global » en 1948.

 

Boudot, Lucien – (France ?, 1888 – 1945 Montréal) – À son décès, on décrit  Marguerite Langlois (1907-1978) comme étant sa veuve.

 

Cerceau, Fernand (Poitiers, France 1898 – v. 1962, St-Sauveur, Qc) – Fils de Charles Cerceau et d’Arsène Berthelot, il épouse le 6 novembre 1926, à l’église St-Stanislas-de-Kostka, à Montréal, Berthe Pony (Aristine Pony et Adolphine Delamaire), veuve Joseph Jérôme Robillard.

 

Delfosse, Marie-Joseph Georges (St-Henri, Mascouche, 8 déc. 1869 -22 déc. 1939 Montréal) - Fils de Mélaine Delfosse et de Joséphine Mount, il a épousé Marie-Malvina Aline Contant (Alexis Contant, organiste et d’Étudienne  Durand), le 14 mai 1908, St-Jacques-le-Mineur, Montréal.

 

Faniel, Alfred – (Verviers, Belgique 1879 – 1950 Montréal) – Fils de Jean-Jacques Faniel et Marie Paris, il épouse Marie-Rose-Blanche Beaudry (feu Georges-Olivier Beaudry, médecin et Lidivina Leblanc), le 21 août 1908, à la paroisse Ste-Brigide, Montréal, Qc.

 

Fortin, Marc-Aurèle - (Sainte-Rose, 14 mars 1888 - 2 mars 1970 Macamic) - Fils de Thomas Fortin, avocat et de Marie Félicité Armanda Fortin, Marc-Aurèle a pour parrain Louis Étienne Napoléon Pratte, marchand et sa marraine est Marie Zoé Cécile Boucher, son épouse.

 

Hébert, Adrien (Paris, 12 avril 1890 – Montréal, 26 juin 1961) - Fils du sculpteur Louis-Philippe Hébert (1850-1917)et de Maria-Emma-Cordélia Roy (1856-1942)

 

Holgate, Edwin H.  (Allandale, Ontario 19 août  1892  - 21 mai 1977 Montréal, Qc) – Il a été considéré comme le huitième membre du Groupe des Sept, pendant une très brève période en 1931.

 

Pellus, Raymond – fils de Guillaume Ernest Pellus, verrier et décorateur et de Juliette Verneau, il épouse Yvette Roy (Henri Roy et feue Eva Beauchamp, le 26 juin 1937, à la cathédrale St-Jacques-le-Majeur de Montréal.

 

Pilot, Robert Wakeham – (St-Jean, Terre-Neuve,  9 oct. 1898  - 17 déc. 1967 ou 68)

 

Taylor, William Hugues - Né en 1891 à Port Stanley aux Iles Faklands) -  Fils de Thomas Carles Hughes Taylor et Sarah ……. Sutherland, Taylor épouse Gladys Mary Chambers (Samuel Chambers et Sarah C…….), le 4 septembre 1916,  Congregational Emmanuel, Montréal, Qc

 

Topham, William Thurston (Angleterre 1888-1966 Montréal) - Fils de William Topham et de Luncinda Mary Dale, il épouse Adelaïde Louise Burcombe (William George Burcombe et Bessie Richardson) à l’église Méthodiste de Montréal, en Août 1912.

 

*** À surveiller : une vidéo sur le "Chalet du Mont-Royal" est en attente d'acceptation.

 

SOURCES  :

 

Ancestry.ca

BMS2000v9

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Dossiers personnels

Journal de Montréal

Journal La Presse

http://fr.wikipedia.org/wiki/Toiles_du_Mont_Royal http://genealogie.planete.qc.ca/blog/view/id_3197/name_lisejolin/title_Kondiaronk-et-le-Trait-de-Paix-de -1701/

http://grandquebec.com/abitibi-temiscamingue/cathedrale-sainte-therese/  (cathédrale Sainte-Thérèse d’Avila, Amos, Qc.)

http://jacquescartier.org/toiles/faits-histoire.html

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=1560,11245605&_dad=portal&_schema=PORTAL 

http://www.guidesulysse.com/mel/description-attraits.aspx?PK_ATT_ID=1909 http://www.imtl.org/edifices/Chalet_du_Mont_Royal.php

http://www.lemontroyal.qc.ca/carte/fr/html/Le-Chalet--71.html

http://www.mta.ca/faculty/arts/canadian_studies/francais/realites/guide/artistique/refus_g lobal.html  (Refus Global)

http://www.planeteye.com/FullMediaView.aspx?id=1072131 (parc Aristide Beaugrand Champagne)

Mots-clés: Montréal Mont-Royal Architecte Société-des-Dix



signets:



Visionner 1 - 4 de 4 Commentaires

De: lisejolin
03/26/2010 07:24:21
Bonjour Michel,

 


Il se pourrait bien que ce soit le même mais je n’ai aucune preuve.  Lors de son mariage, avec Denise Guimond, Claude Robillard (Tancrède Robillard et Adrienne Lamalice), est ingénieur de St-Louis-de-France (Terrebonne). http://search.ancestry.ca/iexec/?htx=View&r=5543&dbid=1091&iid=d13p_11950082&fn=Cl aude&ln=Robillard&st=d&ssrc=&pid=10476460

 



 


Je ne retrouve pas le scan de son baptême qui aurait pu confirmer la date de la naissance.  Il serait peut-être bon de faire appel à tous sur le forum de questions si ça n’a pas déjà été fait…


 


Lise

 



De: mlemire
03/25/2010 23:36:01

Bonjour Mme Jolin,


 


pourriez-vous me dire si Marie Robillard, épouse de Gilles Beaugrand-Champagne, était bien la soeur du Claude Robillard qui fut directeur à la Ville de Montréal et dont le Complexe sportif Claude-Robillard porte le nom de nos jours ? Votre Marie a bien un frère du nom de Claude, marié en 1938 à Montréal à Denise Guimont. Je sais que le Claude Robillard dont je recherche l'identité des parents est né le 30 juin 1911 à Montréal.


 


Merci bien !


 


Michel Lemire.



De: marcopolo
02/01/2010 13:27:16

Bravo! Madame Jolin!


 


Fréquentant assez souvent ce bel endroit, j'ignorais qui en était le concepteur. Aussi, j'en apprends un peu plus sur l'histoire de Montréal. C'est un très beau momument et nous pouvons être fier de sa réalisation.


Je suis très sensible au fait que vous avec mentionné l'apport des artistes-peintres de chez nous qui ont contribué à l'apport artistique à l'intérieur du chalet. L'intérêt et la contribution de ces artistes est notoire car eux-aussi ont traversé cette période difficile de la Grande Crise à Montréal.


 


Lorsque j'y fait une visite régulière , je ne peux manquer d'avoir une pensée pour ces artistes qui nous ont légué un peu de leur art dans le rappel historique sur Montréal au plafond du chalet.


 


C'est pourquoi je vous félicite d'avoir contribué à améliorer ma connaissance de l'histoire, notamment un architecte-concepteur de la Ville de Montréal qui a laissé sa marque . Aussi, bravo pour votre recherche portant sur ce beau lieu de repos et très prisé par nos touristes..Je les comprend la vue est imprenable. Ça vaut le coup de s'y arrêter..


 


Bravo encore une fois.



De: Pilote_Qc
01/20/2010 14:42:48

Votre article [missive à monsieur Aristide Beaugrand] révèle une quantité impressionnante de renseignements très intéressants concernant Montréal et le magnifique Mont-Royal. 


 


Belle initiative!


 


merci







*** Planète Généalogie ***