RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Pointe-Aux-Trembles
Ajouté le 04/24/2010 02:21:48 par Pilote_Qc

Le terrier primitif de Pointe-aux-Trembles dans la Seigneurie de l'Île-de-Montréal, par Jean-Guy Marsan.

 

[Comme plusieurs, j'ai dû reporter à ma retraite les recherches sur l'histoire de mes ancêtres...]    Ainsi, commence l'avant-propos de monsieur Marsan dans l'ouvrage cité plus haut. Il y est question du terrier primitif de:

 

La côte Saint-Léonard Nord, la côte Sainte-Anne, la côte Saint-Léonard Sud et enfin de la côte Saint-Jean, où je demeure actuellement, tout près de l'emplacement de l'ancien fort, en face de l'Île Sainte-Thérèse, celle-là même qui à servi de campement à l'armée britannique avant d'envahir Montréal.

 

Voici, sans plus tarder, les noms des premiers propriétaires terriens du Bout de l'Île:

 

 

 

index onomastique

 


A
Archambault, André 30, 137, 162
Jacques II 33, 162
Jean 35, 36(2), 162
Laurent I 34, 35, 36, 94, 118, 121, 126, 128, 149, 161
Laurent II 94
Laurent III 44
Aubuchon dit Lespérance, Jacques II  162
Jean 58
Aufroy dit Jolicoeur, Nicolas 83

 

B
Baron dit Lupien, Nicolas  26
Barreau, Pierre 62
Bau, François 61, 161
Bazinet dit Tourblanche, Antoine I  38, 39, 95, 109, 122, 125, 161
Antoine II 38, 49, 163
Augustin 52
Joseph I  41(2), 51, 125, 126, 128(2), 133, 162
Pierre  23, 24
Beard dit Barbe, Joseph-Abel 20, 45
Beauchamp, Étienne 64
Jacques I 68, 103, 110
Jacques II 41, 52, 69, 104, 110, 116, 127, 136
Jacques IV 64
Jean I   71, 113, 119, 120, 143, 161
Pierre I 41, 53, 54, 69, 104, 106, 110, 112, 113, 116, 129, 134
Pierre III 64
Beaudoin, Guillaume 76, 87
Jean 86(2), 87
Beaudry, Antoine I  78, 164
Jacques II  67, 163
Jean dit Jacques I  65, 163
Jean-Baptiste 20, 65, 163
Joseph I 58, 67
Louis I  63, 65, 66, 67, 77, 78, 116, 162
Louis II 68
Louis III 67
Pierre I 68
Toussaint 1 59, 62, 66, 67, 68, 109, 110, 120, 151, 161
Toussaint II   67, 68, 102, 127, 162
Toussaint III 68, 71, 163
Béique dit Lafleur, Jacques  16, 94
Bélisle dit Lamarre, Henri 19, 107, 108, 109, 112, 113, 118, 119(2), 120, 121
Benoît dit Lajeunesse, Étienne 59, 65, 106
Berlouin dit Nantel, Jean 70
Biroleau dit Lafleur, Pierre 32
Blais, Gabriel I  16(2), 32, 123, 164
Louis  15, 164
Bleau, François II  162
Boineau, Nicolas 39
Bombardier dit Labombarde, André I 52, 53
André II  
Jacques 54
Bômer, Jean-Nicolas  102, 117, 118(3), 124
Bonnier dit Lapl ante. Jacques H 46, 163
Bouat, Abraham 83
Bouchard dit Cresson, Guillaume 38, 81, 95
Boudriau dit Labonté, Antoine 21
Pierre 54
Bougret dit Dufort, Louis 67
Boulin dit Léveillé, Jean 42
Bouteville, Lucien 40
Boyer dit Argentcourt Jean 32, 95
Bricault dit Lamarche, Jean 59(2), 111, 161
Jean-Baptiste  59, 163
Joseph  19, 20, 163, 164
Pierre 60, 164
Brien dit Desrochers, Louis I 42
Louis II 71
Pierre I 79, 162
Urbain I  132, 163
Brouille! dit Laviolette. Antoine I 43
Bernard 25, 115
Charles 44, 164
Cilles I 24. 27, 130. 145. 162(2). 163(2)
Jean 47
Jean-Baptiste  21. 43. 51
Joseph I 43, 163
Michel I 24, 27, 134, 135
Pierre I 25

 

C
Cambio dit Larivière, Laurent 29
Caron, Claude I 59, 69
Claude II 41
Vital 39
Carrière, André 36, 94
Cartier dit Larose, Joseph 75
Casavant dit Ladébauche. Jean 81
Caty dit Laiguille, Louis 49
Paul   115, 116
Celle dit Duclos, Gabriel 75
Chaigneau, Léonard abbé  131, 159
Chalifour, Jacques 31, 32, 111, 112, 139, 164
Chaperon, Jacques I 37, 51, 59, 63, 104, 114, 139, 162
Jacques II 51, 163
Jean I 37, 132
Jean II 37, 108
Jean-Baptiste  107
Marie-Cécile  132
Charbonneau, Jean I 80
Charland-dit Francoeir. Jean 119
Louis 52
Charly dit Saint-Ange, André 34, 93
Jean-Baptiste 93
Chartier dit Robert, Dominique  164
Étienne 53, 135
Guillaume 24, 138
Joseph 55
Robert  17, 47, 95, 128
Chaudillon, Antoine 56, 120
Pierre  18,48
Chaumont dit Poitevin, Jean  27
Chesne dit Saint-Gage, Pierre I 87
Chouan t dit Lagiroflée, Pierre I  15, 47
Chotart, François  18
Chorel de Saint-Romain, René  111
Clément, Germain 21
Coiteux, Jacques I 79
Jean-Baptiste 80, 163
Coitou dit St-Jean, Jacques 38, 130
Jean 37, 39, 51, 59, 108, 122, 130, 131, 132, 134, 135
Mathieu 38
Pierre 38, 48
Congrégation Notre-Dame 54, 59, 101, 114
Coquet, Pierre  16, 32, 37, 93, 95, 123
Corbeil dit Tranehemontagne. André 29, 137
Coron. Jean  85
Courtois. Maurice abbé 54, 112, 113, 127, 159
Couturier dit Bourguignon, Jean-Baptiste  127, 129

 

D
Danquel dit Lamarche, Jacques  109, 123
Dardenne, Pierre I 27
Pierre II  25, 27
René 67
Daveluy dit Larose, Jean-Paul 54
Dazé, Paul 60
Deguire dit Larose, Jean-Baptiste 71
Delasse dit Lafleur. Pierre 71
Delpée dit Pariseau, Jean 26, 57, 87
Delpêche dit Bélair, Bernard 26
Demers dit Dumais. André II 79
Jean-Baptiste II  41, 49, 53, 55, 129, 134, 163
Demers dit Montfort, François 64
Derennes dit Pachane, Bertrand 66
Desautels dit Lapointe, Pierre 74
Desblés, François 70
Descaries dit Lehoux, Jean 79
Desjardins, Pierre 85
Desroches, François 73
Jean I 72, 161
Jean-Baptiste  73, 74
Nicolas I 72, 74, 103(2), 106, 161
Nicolas II 40, 104, 105, 109, 136
Pierre I 20, 50, 62, 155
Pierre II 73
Desrosiers dit Dutremble, Antoine II   109, 124, 136
Duclos, Jean I  15, 38
Nicolas  15, 125, 126
Ducomette, Joseph  115, 116
Ducongé dit Lafortune, Claude 84, 87
Dufresne, Michel 57
Dumais dit Latéuillade, Claude 18
Dumouchel dit Laroche, Bernard II  103, 106
Depuis, Jean  81, 161
Dutertre dit Desrosiers. Jean 24
Duval, Jean  38

 

E
Émery dit Coderre, Antoine 39
Éthier, Léonard  81

 

F
Fabrique de Pointe-aux-Trembles 56, 101, 1022), 114(2), 127
Faye dit Sanscartier, Pierre 25, 27
Ferré dit Lachapelle, Jean  39, 75
Fissiau dit Laraniée, Jacques  44
Fonteneau dit Desmoulins, Jacques  108
Fontigny dit Saint-Jean, Pierre 57, 112, 136, 137
Forand, André I  162
Jacques II  164
Forest, Marin  117, 128
Fortin dit Plermel, François  161

 

G
Galbrun, Simon 42
Galipeau, Antoine  126
Gilles I 81
Gilles II  15, 93
Jean-Baptiste I   16, 31, 32, 45, 163
Gariepy, Alexis 58, 59
Gaudry dit Bourbonnière, Jacques 108
Gauthier dit Landreville, Lambert  102
Geoffi ion, Pierre 27
Gervais, Joseph 164
Nicolas I  75, 80, 82(2), 83, 161
Nicolas II  81, 163
Philippe   109
Gesseron dit Brûlot, François  19, 43, 124
Gilles, Julien 42
Glorv dit La Bière, Laurent 80
Godambert dit Desjardins, Pierre  45
Gour dit Lavigne, Pierre 65, 106
Goyer dit Laviolette, Mathurin 24
Gris, Jean  60
Guilbert dit Laframboise, Jean  I36

 

H
Han dit Chaussée, François 83
Hardouin dit Le Major, Jean 27
Hélin, Guillaume  33
Hénault dit Deschamps, Antoine 78
Claude 70, 78
Joseph 77
Pierre I 39, 70, 78. 114, 161
Pierre II  51, 78, 81
Hervieux, Léonard dit Jean-Baptiste 87
Hugues dit Dessaraines, Joseph  115, 116

 

J
Jamoneau dit Luce dit Moineau, Michel 40, 47
Janot dit Belhumeur. Jean-Baptiste 84
Janot dit Lachapelle, André 31
Jean I  17, 21, 47. 163
Jean II 57
Pierre I 30, 46. 95, 131, 161
Pierre II  16, 21, 34, 114
Robert 33, 84, 129, 133, 135, 162
Janson dit Lapalme, Christophe   118
Jeantôt. Jean, frère Charron  54, 108, 125. 126, 131(2), 135
Jodoin. André 19
Joly, Pierre dit Grand Pierre 48
Jourdain dit Labrosse. Charles 58
Journeau, Jean-Baptiste 20, 122
Jutrat dit Desrosiers, Jean-Baptiste 73
Juillet, Blaise II  162

 

L
Lacombe, Jean I 23, 36, 94, 132
Jean 11 45, 94
Jean-Baptiste 36
Lacroix dit Lefebvre. François 67
Lair dit Leroy, Étienne  25, 45, 80
Nicolas 80
Lanceleur, René 66, 67
Langlois dit Lachapelle, André 76, 77, 163
Honoré 76, 81, 161
Jean 87
Laroche, Gabriel  19
Jean I 20
Jean II  19
Laselle, Jacques de 65
Latour, Jean  65
Lauzon, Paul 54
Leboulanger dit Lafortune, François  58
Leclerc, Louis 47
Lefebvre dit Duchouquet, Louis 40, 108, 113, 119(2), 120, 121, 162
Lefebvre dit Lacroix, François 67
Lefebvre dit Saint-Jean, Charles 31,32, 33
175
index onomastique
Léger dit Lajeunesse, Pierre 133
Lenoir. Vincent II  112
Lescarbot, Jean 83
Loisel, Jean-Baptiste 62, 163
Joseph I 59, 61, 105, 124, 161
Joseph II 63, 162
Lorion, Jean 21, 28, 124
Mathurin 27
Lorrain dit Lachapelle, Pierre  56
Lusseau dit Desruisseaux, Pierre 27

 

M
Mallet, Pierre 67
Marc dit Lavictoire. Jean 24
Marie dit Sainte-Marie, Louis 25
Marin, Gilles 42, 124, 125, 126, 127, 133
Marsan dit Lapierre, Antoine I 69
François I 69, 73, 162
Jacques I 69
Jacques 11  70
Jean 41, 43, 137, 162
Jean-Baptiste 73
Joseph I 20, 50
Laurent 20
Pierre I 29, 93, 137
Martel, Étienne-Joseph 70, 71
Martin, Mathurin 57
Massier dit Saint-Hilaire, Jacques  123
Masson, Michel 48(2)
Masta, Mathurin 47, 59, 64, 107, 110
Mathieu, Pierre 30, 95
Mériault dit Laprairie, Pierre 75
Migneron, Ambroise 71
Millet dit Beauceron, Jean II  117(2), 118, 122, 163
Nicolas 1 73
Nicolas 11   23, 24, 36, 94, 116, 117, 121, 161
Moineau, Gilbert 40
Molard dit LeDauphiné, Amédée 85
Morand dit Lagrandeur, Antoine 36
Monet, François 52
Jean-Baptiste 45
Montenon dit Larue de, Joseph 34, 93, 130, 161
Morin, André 46
Morin, Jean 50

 

N
Nafrechou, Isaac 82
Numan dit Flamand, Robert 28, 36

 


Oury dit Lamarche, Jean 56

 

P
Paillé dit Paillard, Léonard  74
Papin, Gilles  63, 104, 138
Pierre  63, 138
Payet dit Saint-Amour, Nicolas  85, 112, 113
Pierre  83, 85, 86, 161
Pépin, Jacques II  162
Jacques III  49
Perrin, Henri  79
Perthuis, Nicolas  74, 75, 76, 162
Perthuis dit Lalime. Pierre  33, 37, 39, 40, 42, 83, 103, 161
Petit, Jean I  16, 94
Jean II  111
Louis  28, 29, 48
Picard, Jean  18
Pierre  23, 39, 78
Picoté de Belestre, Pierre  87
Pitallier dit Lamarine, Jean-Baptiste   104, 107, 114, 123(2)
Pou gnet, François  57, 81
Poudre! dit Lavigne, André I  18, 37, 122, 124
André II  37, 39, 40, 41, 50. 107. 112, 113
Jacques  18
Nicolas  40
Pierre  49, 123
Prunier dit Picard. Nicolas  83

 


Quévillon, Adrien  77

 


Raynaud dit Blanchard. Jacques  58
Jean I 56, 57, 59(2), 73, 74, 81, 161(2)
Jean II 53, 58, 59, 162
Joseph 58, 59
Reid, Jean   107
Régnier dit Brion, Jean 41(2), 46, 103, 106, 115
Renaud, Antoine 83
Ricard, Jean 68
Pierre 39
Richard dit Lafleur. Guillaume 84, 161
Pierre I 64
Urbain 55, 84
Richer dit Coulonge, Pierre 70
Robillard. Joseph 20, 129, 135
Roche, Benoît, abbé 59, 101(2), 131, 159
Roger dit Labrie, Louis  111
Roquan dit Laville, Pierre  1/s, 126, 111(2), 133(2), 135
Rose, Louis 21, 51
Roy, Antoine 33
Jean 1  130, 161
Pierre II  15, 33, 48, 107 110, 138, 139

 

S
Sabatier, François  25, 26
Sabourin dit Chaunière, Jean II  17, 41
Saint-Yves, Jacques 26, 39
Sauvageau dit Maisonneuve, René 56
Seguenot, François, abbé 54, 159
Senécal, André 39, 40
Jean 23, 82
Joseph I  52, 132
Joseph II 52
Senet dit Laliberté, Jacques 50, 57, 109, 163
Joseph 11 57
Nicolas 11. 57. 105(3). 110(2). 120. 161
Sicard, Barthélemy 34, 93, 130
Jean-Baptiste  31, 32, 33, 54, 59, 130
Simon, Grégoire 34, 35, 94
Joseph 28, 45, 93
Léonard 28, 138
Louis 28
Souart. Gabriel l'abbé  25, 26

 

T
Testard dit Folleville. Charles 83
Gabriel 46
Testard dit Montigny, Jacques 41
Thoery de Lormeau, Roch 26
Thouin , Germain I 86, 87. 163
Tourlay, Pierre 44
Trajot, André 70. 129, 134, 161

 

V
Vaudry, François 26, 114, 162
Joseph 26,164
Venne, Jacques I 57, 58
Jean I 59, 60
Jean II 60, 111
Jean IV 61, 87, 164
Pierre 61
Vinet dit Souligny, François I  162
Vinet dit Préville, Philippe 20, 122, 136, 162

 

note: les chiffres en regard des noms représentent les pages de l'ouvrage de monsieur Jean-Guy Marsan, dont vous pourrez trouver une copie pour consultation, à la Société de Généalogie Canadienne, à Montréal.

 

 

 

Mots-clés: Terrier Pointe Tremble Propriétaire Terrien



signets:



Visionner 1 - 5 de 8 Commentaires


Page:  1 | 2 | Prochain >  Dernier >>

De: Chevreuil
01/22/2017 14:32:22
En cherchant des informations sur mon ancêtre Jean Bricault dit Lamarche, je viens de relire des extraits de ce blogue.
Comme je n'ai pas accès à la Société de généalogie de Montréal, je me demandais ce qui était écrit dans ce livre sur:

Deguire dit Larose, lui aussi propriétaire d'une terre?

Je sais que Jean-Baptiste Deguire dit Larose a été le maçon du moulin.

Si vous pouviez m'informer au sujet des informations contenue dans le livre de m. Marsan...


De: Pilote_Qc
05/05/2012 22:38:42

-----------------Nouveau-----------------


 


Les Janot de la pointe aux trembles de Montréal


 


Le 19 avril dernier Johanne, alias RoseFlore, m'écrivait


[Vous soulignez avoir des Janot dans votre banque de données. J'avoue être très curieuse de savoir qui ils sont car je suis en train de faire un répertoire de tous les descendants de Marin Janot dit Lachapelle. Je crois que les descendants répertoriés au Québec sont assez complets mais on ne sait jamais... J'ai plus de problèmes avec ceux des États-Unis, dont le nom a été modifié en Johnette, Jennett, Gennett, etc.].


 


Voyez,


 


D'abord, un prérequis pour comprendre ce qui va suivre:


 


 



 


 



 


 



 


 



 


 



 


 



 


 



 


 



 


 


Voici les pointeliers de la famille Janot qui se sont établis à la pointe aux trembles.


 



 


 


Enfin, voici les notes de monsieur Jean-Guy Marsan, concernant les propriétaires terriens de la famille Janot.


 



 


André


 


Le lot numéro 1287d, Côte Sainte-anne, Pointe-Aux-Trembles


 


C'est à Pierre Mathieu, un Normand âgé d'environ 32 ans, que les Sulpiciens donnent le 1er mai  1673 cette terre, qu'il occupe depuis deux ans, de deux arpents de front le long du fleuve Saint-Laurent sur vingt de profondeur. Ils lui avaient également concédé l'année précédente une prairie de six arpents au lac Sainte-Anne. Il vend le tout, le 30 août 1677, à Pierre I Janot dit Lachapelle, alors âgé de 17 ans seulement, pour la somme de 127 livres payables en peaux de castors et d'orignaux. Ce dernier est recensé sur sa concession, en 1681, et est engagé dans la traite des fourrures avec son jeune frère Robert, Antoine I Bazinet, Joseph I Loisel, Jacques I Chaperon et Bernard Brouillet qui demeurent tous à la Pointeaux-Trembles. Pierre I Janot épouse à Montréal en 1684, Pétronille Tessier, un mois avant ses quatorze ans. Ils auront treize enfants qui atteindront tous l'âge adulte, et la plupart s'établiront à la côte Saint-Léonard. Leurs beaux-frères, André Carrière et Antoine 1 Bazinet habitent les concessions nos 1293 et 1295 de la côte Sainte-Anne, alors que Guillaume Richard et Pierre I Payet demeurent sur les concessions nos 1372 et 1373 de la côte Saint-Jean. Son frère Robert s'établira éventuellement sur la concession no 1289d, puis déménagera à la côte Saint-Jean, sur la concession no 1371. Pierre I Janot décède en 1725, sur sa concession de la côte Sainte-Anne où, lors du recensement de 1731, il n'y a que 19 arpents de terre labourable, car il avait également mis en valeur 18 arpents sur sa concession no 1323 de la côte Saint-Léonard.


 


Sa veuve Pétronille Tessier et ses enfants, louent pour 4 ans, le 9 avril 1732, à André Janot, un des héritiers, et à son épouse, Catherine Brouillet, les deux concessions à condition qu'ils paient les dettes de la famille, qui s'élèvent à 413 livres, et qu'ils prennent soin de leur mère et belle-mère. Avant la fin du bail, Pétronille Tessier cède à ses douze enfants, le 16 novembre 1734, sa part d'héritage, soit la moitié des deux concessions, à condition qu'ils la logent dans sa maison, au fort de Pointe-aux-Trembles, lui procurent toute la nourriture et les soins qu'elle pourra avoir besoin, et s'engagent à la faire inhumer et à faire dire 24 messes de Requiem, pour le repos de son âme. Comme les douze enfants sont maintenant les seuls propriétaires de la concession de la côte Sainte-Anne, Jean-Baptiste I Galipeau et Catherine Janot son épouse achètent, le 31 mai 1735, les parts d'Antoine, Jean, Nicolas, Laurent, Jacques et André Janot dit Lachapelle, en versant à chacun, la somme de 200 livres. Le 10 mars 1737, ils acquièrent de Nicolas les parts qu'il avait obtenues, par échange, avec ses frères PierreII et Jean-Baptiste Janot dit Lachapelle.


 


ANQ Cabazié 01-05-1673; Basset 30-081677; Bourgine 02-08-1688; Mangue 31-08-1691; Adhémar 14-02-1694; Chorel de Saint-Romain 09-04-1732; Lepailleur 16-11-1734; 31-05-1735; Comparet 10-03-1737.


 


Source: Le terrier primitif de Pointe-aux-trembles dans la seigneurie de l'Île-de-Montréal, par Jean-Guy Marsan.



 


Jean I


 


Le lot numéro 1227, côte Saint-Léonard Nord, Pointe-Aux-Trembles


 


Natif de la paroisse de Saint-Claude de Charlesbourg, Jean II Sabourin dit Chaunière épouse à Montréal, en 1698, Catherine Chartier dont les parents demeurent sur la concession no 1280. Après le décès de son épouse, les Sulpiciens lui donnent, en 1701, la concession no 1297c. À la fin de la même année, il se remarie avec Françoise Venne, dont les parents avaient déjà habité la concession no 1343. Ils se départissent de leur concession de la côte Sainte-Anne, et les Sulpiciens leur cèdent, le 6 avril 1707, cette concession no 1227, à la côte Saint-Léonard, qui fait trois arpents de large, sur vingt arpents de profondeur. Ils la vendent, le 2 mai 1713, à Jean I Janot dit Lachapelle, pour 500 livres. Ce dernier était né sur la concession no 1287d et il épousera, en 1714, Marie Galipeau, née sur la concession no 1272 de la côte Saint-François. Ayant perdu leur unique enfant, Jean Janot et Marie Galipeau se font, le 15 janvier 1720, mutuellement don au survivant d'eux, de tous leurs biens. Le 4 juin de l'année suivante, deux semaines avant son décès. Marie Galipeau fait son testament, et lègue sa moitié de concession à sa soeur, Jeanne, et à son mari, Antoine Janot. Jean Janot dit Lachapelle rachète, le 26 décembre de la même année, de son frère et de sa belle-soeur, pour la somme de 75 livres, la moitié de la concession que leur avait donnée son épouse, avant de mourir. Il se remarie, en 1722, avec Marguerite Étienne, fille de René et Marie Aubuchon, avec qui il aura treize enfants. Le 15 janvier 1723, les Sulpiciens lui donnent toute la terre qui se trouvera depuis le bout de sa concession, jusqu'à celles de Rivière-des-Prairies. Six mois plus tard, le 18 juin 1725, les Sulpiciens lui vendent, pour 39 livres, une prairie en face de sa concession, qui avait déjà appartenu à Robert Chartier. Lors du recensement de 1731, on relève sur cette concession, où Jean I Janot dit Lachapelle a: maison, grange et étable, vingt-deux arpents de terre labourable, et trois arpents de prairie.


 


En l'an 1735 – Jean Janot dit Lachapelle, demeure avec son épouse Marie Galipeau sur leur concession no 1227 à la côte Saint -Léonard.


 


ANQ Senet 06-04-1707; 02-05-1713: 15-01-1720; 04-06-1721; 26-12-1721; Raimbault 15-01-1723; 1806-1723.



________


 


 


Lot numéro 1235, Côte Saqint-Léonard Nord, Pointe-Aux-Trembles


 


Les Sulpiciens concèdent, le 28 mars 1707, à Pierre II Janot dit Lachapelle cette concession de trois arpents de large sur vingt arpents de profondeur. Il épouse, en 1710, à Pointe-aux-Trembles, Madeleine Aubuchon, avec qui il aura quatre enfants. Ils se font adjuger l'année suivante la concession v 1225. La fabrique leur concède, en 1712, l'emplacement te 23 dans le fort. Il semble qu'ils aient alors donné à Jean I Junot dit Lachapelle leur concession d 1235, puisque le 9 juin 1715, c'est ensemble que les deux frères vendent cette concession, où il n'y a aucun bâtiment, à Jean Lorion. L'acheteur ne la paie que 10 livres, mais il a l'obligation de payer les arrérages de cens et rentes seigneuriales que le premier concessionnaire n'a jamais acquittés. Jean Lorion la vend au maçon Antoine Boudriau dit Labonté. Originaire du Limousin et arrivé au pays avec la compagnie de Lachassaigne, il avait épousé à Pointe-aux-Trembles, en 1712, Jeanne Poudret, née à Sorel. Jeanne avait été précédée à la côte St-Léonard par ses frères Pierre et Jacques et son beau-frère Jean I Duclos. Après le décès de son mari, Jeanne Poudret partage cette concession, le 6 novembre 1731, avec ses deux enfants, qui en héritent, suivant la coutume de Paris de la moitié. Le 25 mars 1739, elle donne à sa fille Marie, qui avait épousé, en juillet 1731, le Parisien Germain Clément, et à son fils Pierre, sa moitié de concession, contre une pension viagère annuelle de quarante minois de blé et 50 livres en argent. Elle annule cependant ce don, deux jours après avoir vendu, le 11 novembre 1740, la moitié de sa moitié, soit le quart de la concession, à son gendre Germain Clément pour la somme de 200 livres.


 


ANQ Senet 28-03-1707; 09-06-1715; 06-11-1731; Comparet 25-03-1739; Simonnet I1-11-1740.



________


 


 


Lot numéro 1325, Côte Saint-Léonard Sur, Pointe-Aux-Trembles


 


Après avoir vendu en 1704, la concession no 1296c, qu'il avait obtenu des Sulpiciens, six ans auparavant, le meunier Michel Jamoneau dit Luce reçoit, le 6 avril 1707, cette concession de trois arpents de front sur vingt arpents de profondeur. Son beau-père, Pierre Godembert dit Desjardins, et son beau-frère, Gabriel Testard dit Folleville, viendront le rejoindre l'année suivante. Cependant sa veuve, Marie Jodoin la rétrocède, le 18 novembre 1709, aux seigneurs de l'île-de-Montréal, se disant incapable de respecter les clauses et conditions portées par l'acte de concession. Les Sulpiciens la concèdent donc à Pierre I Chonard dit Lagiroflée et à son épouse, Madeleine Faye, qui viennent de se départir de leur concession no 1223. La soeur de sa première épouse, Cécile Dagenais, et son mari, Claude Dumais dit Lafeuillade, habitent la concession presque en face de celle qu'ils viennent d'acquérir. Ils ne gardent pas très longtemps cette terre sur laquelle il n'y a aucun bâtiment sinon une vielle cabane, puisque le 11 septembre 1712, ils la vendent, pour la somme de 125 livres, à Jean Brouillet dit Laviolette, habitant de l'île Jésus, mais dont les trois frères, Bernard, Gilles et Pierre et leur soeur, Marie, résident à la côte Sainte-Anne. Jean Brouillet et son épouse, Françoise Leclerc, la vendent, le 19 mai 1715, â leur frère et beau-frère, Louis Leclerc, pour la somme de 300 livres. Louis Leclerc épouse, cinq mois plus tard., à Québec, Élisabeth Bastien, originaire comme lui, de cette même ville. Ils préfèrent aller vivre à l'île Jésus, car, le 7 juin 1717, ils vendent leur concession, 450 livres, à Robert Chartier et Jean I Janot dit Lachapelle. Tous les deux possèdent déjà, chacun, une concession à la côte Saint-Léonard, Robert Chartier, la no 1228 et Jean Janot la no 1227, qui sont vis-à-vis de la présente concession. Dans son testament, du 4 juin 1721, fait 17 jours avant son décès, Marie Galipeau, l'épouse de Jean Janot, avec qui elle n'a pas eu d'enfant, lègue à la fabrique de Rivière-des-Prairies, sa moitié de cette concession. Cependant les recenseurs, en 1731, attribuent la propriété de cette concession, à la veuve de Robert Chartier, Anne Demers dite Dumais, et leurs enfants. On y relève alors 17 arpents de terre labourable et quatre arpents de prairie.


 


ANQ Senct 06-04-1707; 11-09-1712; 19-05-1715; 04-06-1721; Raimbault 18-11-1709; Lepailleur 0706-1717.



________


 



Le lot numéro 1363, Côte Saint-Jean, Pointe-Aux-Trembles


 


Les Sulpiciens donnent cette concession de trois arpents de front sur vingt de profondeur, le 23 septembre 1668, à Honoré Langlois dit Lachapelle et dit Croustille, arrivé de Paris, comme soldat, en 1651. Il avait épousé, en 1661, Marie Pontonnier, venue d'Anjou vers 1656, dont le premier mariage avait été annulé, et qui était veuve de Pierre Martin dit Larivière. Ils sont recensés avec leurs enfants, en 1681, sur celle concession où il y a alors dix arpents en valeur. Comme leur contrat de concession avait brûlé dans l'incendie de leur maison, lors du ravage que firent les Iroquois, en 1691, ils en obtiennent un autre des Sulpiciens, le 21 février 1695. Après le décès d'Honoré Langlois, Nicolas Bissonnet, époux de Marie-Barbe Villedieu, fille de Marie Martin, et donc, petite-fille de Marie Pontonnier, réclame le tiers de sa succession, puisqu'il n'y a pas eu d'inventaire de fait après le décès de Pierre Martin. Pour mettre fin à leur différend, les enfants de Honoré Langlois et Nicolas Bissonnet choisissent, le 20 mars 1710, comme arbitre, Florent de Lacetière, notaire royal de la prévôté de Québec, et promettent d'acquiescer au jugement qu'il rendra. Ce dernier fait parvenir, le 25 avril suivant, sa sentence au curé Roche, devant qui, le lendemain, Marie Pontonnier et ses six enfants acceptent que Marie-Barbe Villedieu reçoive, en partage, la même part que les autres héritiers. Le 17 avril 1717, Marie-Barbe Villedieu vend à son oncle, André Langlois dit Laehapelle, sa septième part de la concession, pour la somme de 700 livres, mais elle devra continuer de verser six minots de blé annuellement, pour la pension, à Marie Pontonnier. Les Sulpiciens concèdent, le 3 août 1718, aux héritiers de Honoré Langlois et de Marie Pontonnier, une continuation de terre de trois arpents et cinq pieds de front sur sept arpents et quatre perches de profondeur. Louis I Beaudry, beau-frère d'André Langlois, désire aussi obtenir une partie de cette concession, et il achète, le 7 novembre 1719, la septième partie de sa belle-soeur Marguerite Langlois pour la somme de 150 livres, plus 30 livres pour un soc et son coutre. Jean Langlois vend, le 31 janvier 1721, sa septième partie pour 180 livres et 20 livres [d'épingles], à son frère, André Langlois. Le 2 décembre 1721, Anne Langlois et son mari, Robert Janot, vendent, au prix de 180 livres, leur septième part à leur fils, Jean-Baptiste. Joseph Hénault, après avoir repris, par retrait lignager, ce que sa mère, Marguerite Langlois, avait vendu à son oncle, Louis I Beaudry, lui revend, le 15 avril 1722, cette septième part pour 200 livres. Le 7 novembre 1723, Jean-Baptiste Janot vend à son oncle, André Langlois, au prix de 250 livres, la part acquise de sa mère. Les héritiers de Jeanne Langlois et Joseph I Loisel, vendent par adjudication, le 17 octobre 1724, leur héritage dans cette concession à leur oncle, Louis I Beaudry. Lors de la confection du terrier de l'île et seigneurie de Montréal, Louis I Beaudry se fait remettre, le 10 janvier 1725, de nouveaux titres pour ses possessions, dont un, pour les trois septièmes de cette concession n° 1363, adjacent à sa terre n° 1364. André Langlois est le propriétaire des quatre autres septièmes adjacents à la terre n° 1361. Cette concession n'est pas mentionnée en 1731, car elle est partagée entre ses voisins.


 


ANQ Adhémar 21-02-1695; 20-03-1710; Lacetière 25-04-1710; Senet 17-09-1717; 07-10-1719; 31-011721; 02-12-1721; 15-04-1722; 27-11-1723; 17-101724; Raimbault 03-08-1718; 10-01-1725.





 


 


Jean II


 


Le lot 1341c, Côte Saint-Jean, Pointe-Aux-Trembles


 


Cette continuation de concession de trois arpents de front sur vingt arpents de profondeur est concédée, le 10 mars 1706, au notaire royal Nicolas Senet dit Laliberté. Au recensement de 1731, il n'y a aucun bâtiment, ni défrichement, sur la continuation du notaire. Après le décès de ce dernier, Jacques Raynaud dit Blanchard, veuf de Madeleine Senet, une des huit héritiers de la moitié de la concession. vend sa part, le 2 avril 1734, pour la somme de 90 livres à Joseph Senet et Angélique Vaudry, son beau-frère et sa belle-soeur. Une partie de la continuation semble être passée des mains de Jacques Senet, à Michel Dufresne et Geneviève Caty, son épouse. Cette dernière vend, le 10 avril 1752, à Jean II Janot, dernier et plus haut enchérisseur, au prix de 401 livres et dix sols, trois quarts d'arpent sur 20 de profondeur, et la même quantité, au même prix, à Pierre Fontigny.


 


4.NQ Raimbault 10-03-1706; Porlier 02-04-1734; 2omparet 10-1)4-1752.





 


 


Pierre I


 


En l'an 1697 – Pierre I Janot dit Lachapelle, demeure avec son épouse, Pétronille Tessier, sur leur concession n° 1287d, sur la côte Sainte-Anne, à Pointe-Aux-Trembles.


 


________


 


 


Le lot numéro 1287d, Côte Sainte-anne, Pointe-Aux-Trembles


 


C'est à Pierre Mathieu, un Normand âgé d'environ 32 ans, que les Sulpiciens donnent le 1er mai  1673 cette terre, qu'il occupe depuis deux ans, de deux arpents de front le long du fleuve Saint-Laurent sur vingt de profondeur. Ils lui avaient également concédé l'année précédente une prairie de six arpents au lac Sainte-Anne. Il vend le tout, le 30 août 1677, à Pierre I Janot dit Lachapelle, alors âgé de 17 ans seulement, pour la somme de 127 livres payables en peaux de castors et d'orignaux. Ce dernier est recensé sur sa concession, en 1681, et est engagé dans la traite des fourrures avec son jeune frère Robert, Antoine I Bazinet, Joseph I Loisel, Jacques I Chaperon et Bernard Brouillet qui demeurent tous à la Pointeaux-Trembles. Pierre I Janot épouse à Montréal en 1684, Pétronille Tessier, un mois avant ses quatorze ans. Ils auront treize enfants qui atteindront tous l'âge adulte, et la plupart s'établiront à la côte Saint-Léonard. Leurs beaux-frères, André Carrière et Antoine 1 Bazinet habitent les concessions nos 1293 et 1295 de la côte Sainte-Anne, alors que Guillaume Richard et Pierre I Payet demeurent sur les concessions nos 1372 et 1373 de la côte Saint-Jean. Son frère Robert s'établira éventuellement sur la concession no 1289d, puis déménagera à la côte Saint-Jean, sur la concession no 1371. Pierre I Janot décède en 1725, sur sa concession de la côte Sainte-Anne où, lors du recensement de 1731, il n'y a que 19 arpents de terre labourable, car il avait également mis en valeur 18 arpents sur sa concession no 1323 de la côte Saint-Léonard.


 


Sa veuve Pétronille Tessier et ses enfants, louent pour 4 ans, le 9 avril 1732, à André Janot, un des héritiers, et à son épouse, Catherine Brouillet, les deux concessions à condition qu'ils paient les dettes de la famille, qui s'élèvent à 413 livres, et qu'ils prennent soin de leur mère et belle-mère. Avant la fin du bail, Pétronille Tessier cède à ses douze enfants, le 16 novembre 1734, sa part d'héritage, soit la moitié des deux concessions, à condition qu'ils la logent dans sa maison, au fort de Pointe-aux-Trembles, lui procurent toute la nourriture et les soins qu'elle pourra avoir besoin, et s'engagent à la faire inhumer et à faire dire 24 messes de Requiem, pour le repos de son âme. Comme les douze enfants sont maintenant les seuls propriétaires de la concession de la côte Sainte-Anne, Jean-Baptiste I Galipeau et Catherine Janot son épouse achètent, le 31 mai 1735, les parts d'Antoine, Jean, Nicolas, Laurent, Jacques et André Janot dit Lachapelle, en versant à chacun, la somme de 200 livres. Le 10 mars 1737, ils acquièrent de Nicolas les parts qu'il avait obtenues, par échange, avec ses frères PierreII et Jean-Baptiste Janot dit Lachapelle.


 


ANQ Cabazié 01-05-1673; Basset 30-081677; Bourgine 02-08-1688; Mangue 31-08-1691; Adhémar 14-02-1694; Chorel de Saint-Romain 09-04-1732; Lepailleur 16-11-1734; 31-05-1735; Comparet 10-03-1737.


 


Source: Le terrier primitif de Pointe-aux-trembles dans la seigneurie de l'Île-de-Montréal, par Jean-Guy Marsan.



________


 


 


Le lot numéro 1323, Côte Saint-Léonard Sud, Pointe-Aux-Trembles


 


Propriétaire de la concession no 1287d, qu'il a acquise en 1677, avec six arpents de prairie, au lac Sainte-Anne, Pierre I Janot dit Lachapelle, maintenant âgé de 47 ans, reçoit, le 6 avril 1707, cette concession, de trois arpents et demi de large sur vingt arpents de profondeur, qui touche à sa prairie. Pierre I Janot et son épouse, Pétronille Tessier, sont déjà les parents de onze enfants. Leur fils aîné, Pierre II Janot, en a également reçu une, sur le côté Nord de la côte Saint-Léonard. Mais c'est sans doute en pensant à l'établissement de leurs sept autres fils, qu'ils ont demandé cette concession, lorsque les Sulpiciens commencèrent à concéder au printemps de 1707, les concessions de la côte Saint-Léonard. Pierre I Janot décède en 1725, mais Pétronille Tessier lui survivra pendant 26 ans. On constate, lors du recensement de 1731, qu'il y a sur cette concession, une maison, une grange et une étable, et qu'ils y ont mis en valeur 18 arpents en terre labourable, et six arpents en prairie.


 


ANQ Senet 06-04-1707.



________


 


 


La prairie [F], prairies du lac Sainte-Anne, Pointe-Aux-trembles


 


Le 12 février 1672. les seigneurs de l'île-de-Montréal concèdent au Normand, Pierre Mathieu, qui est leur domestique depuis sept ans, cette prairie [F], qui mesure deux arpents de large sur trois arpents de profondeur. Ils lui confirment, l'année suivante, la concession, à la côte Sainte-Anne, de la terre no 1287, qu'il occupe depuis deux ans. Pierre Mathieu vend, le 30 août 1677, à Pierre I Janot, sa terre et sa prairie, pour la somme de 127 livres. L'acquéreur paiera moitié en castors, à 3 livres 7 sols la livre, et moitié en orignaux, à 13 sols la livre. Pierre I Janot épousera, en 1684, à Montréal, Pétronille Tessier, fille de Urbain Tessier dit Lavigne, et de Marie Archambault. Ils auront treize enfants, qui tous atteignent l'âge adulte, et dont la majorité se marient et s'établissent dans la région.


 


ANQ Basset 12-02-1672; 30-08-1677.



________


 


 


L'emplacement numéro 42A, Emplacements dans le bourg, Pointe-Aux-Trembles


 


Natif de Montréal et fils de Marin Janot et de Françoise Bénard, Pierre I Janot dit Lachapelle achète, en 1677, à l'âge de 17 ans, la concession no 1287d, à la côte Sainte-Anne, où il est recensé, en 1681. Il épouse à Montréal, en 1684, Pétronille Tessier, fille de Urbain Tessier et de Marie Archambault, avec qui il aura treize enfants. Les Sulpiciens leur donnent, le 4 mars 1693, l'emplacement no 42A, situé sur la rue Sainte-Anne, et qui mesure 35 pieds de front, sur 70 pieds de profondeur. Le 8 novembre 1703, Pierre I Janot et Pétronille Tessier vendent à Léonard Chaigneau, curé de Saint-Sulpice, leur emplacement, pour la somme de 100 livres. Ce dernier s'en départi, le 10 septembre 1708, en laveur de Benoît Roche, curé de Pointe-aux-Trembles, par une mention de sa main, au bas de son contrat d'achat, de 1703. Le curé, Benoît Roche, le cède au maître cordonnier, Pierre Roquan dit Laville, le 3 janvier 1714, pour la somme de 40 livres. Originaire de l'île de Ré, en Aunis, Pierre Roquan avait épousé à Montréal, cinq ans auparavant, Marie-Louise Aigron dite Lamothe, fille de Pierre Aigron et de Marie-Madeleine Doucet. Ils avaient acquis, en 1713, les emplacements nos 41 et 47A. Pour payer l'inhumation et le service funéraire de son épouse et assurer la subsistance de ses deux enfants, Pierre Roquan est forcé d'échanger, le premier avril 1715, avec le frère Jean Jeantôt, qui lui fera soulte et retour d'une somme de 100 livres, ses trois emplacements nos 41, 42A et 47A, contre les emplacements nos 32A et 32B. Frère Charron, de l'Hôpital général de Montréal, et missionnaire du bourg de Pointe-aux-Trembles, Jean Jeantôt avait acquis, la veille, les emplacements nos 32A et 32B. Le 24 février 1722, le maître d'école Jean Jeantôt échange, sans soulte ni retour, ses trois emplacements nos 41, 42A et 47A, contre les emplacements nos 16A et 16B, que le forgeron, Jean Coitou dit Saint-Jean, avait reçu des Sulpiciens, en 1687. Originaire de Bretagne, Jean Coitou avait épousé, en 1677, à Contrecoeur, la Parisienne, Marie-Thérèse Petit, veuve de Christophe Laurent dit Champagne, un ancien du régiment de Carignan-Salière. Par des achats, en 1708 et 1711, ils étaient devenus propriétaires de la concession no 1294 à la côte Sainte-Anne, qu'ils avaient cédé, en 1721. Quatre ans après le décès de son mari, Jean Corton dit Saint-Jean, Marie Petit vend, le 24 février 1730, l'emplacement no 42A, à Urbain I Brien dit Desrochers, pour la somme de 85 livres. Urbain Brien avait épousé, à Rivière-des-Prairies, en 1711, Marguerite Desroches, fille de Jean Desroches et de Marie Beauchamp.


 


ANQ Adhémar 04-03-1693; Lepailleur 08-11-1703; Suant 03-01-1714; 01-04-1715; 24-02-1730; Raimbault 24-02-1722.





 


 


Pierre II


 


Le lot numéro 1225, Côte saint-Léonard Nord, Pointe-Aux-Trembles


 


Jean 1 Petit, originaire de Rouen, en Normandie, épouse à York, aux États-Unis, vers 1697, Esther Sozeau, native du Saintonge, qui décède eu couche, à la naissance de leur deuxième enfant. Il épouse, en 1703, à Pointe-aux-Trembles, en deuxièmes noces, Élisabeth Chartier, dont les parents demeurent sur la concession no 1280. Les sulpiciens leur octroient, le 6 avril 1707, cette concession de trois arpents de large, sur vingt arpents de profondeur. Élisabeth Chartier s'étant remariée avec Pierre II Roy, ils demandent au lieutenant général de procéder au partage entre les héritiers, des biens des deux communautés de Jean Petit. La sentence de distribution, du 23 avril 1711, comprend la somme de 390 livres provenant de l'adjudication de la concession no 1225, neuf jours auparavant, à Pierre II Janot dit Lachapelle. Ce dernier avait épousé, l'année précédente, Madeleine Aubuchon. Les parents de Pierre II Janot habitent sur leur concession no 1287d, de la côte Sainte-Anne, et ceux de Madeleine Aubuchon dite Lespérance, demeurent à la côte Saint-François. Pierre II Janot et Madeleine Aubuchon se font concéder un emplacement dans le fort, en 1712. Le 7 janvier 1723, les Sulpiciens leur donnent toute la terre qui se trouvera au bout de leur concession jusqu'à celles de Rivière-des-Prairies. En 1731, on relève sur leur concession, où il n'y a qu'une grange, dix-sept arpents de terre labourable et quatre de prairie. Ils s'en départissent aux mains de leur beau-frère Jean-Baptiste I Galipeau, époux de Catherine Janot qui l'échange, le 12 octobre 1740, avec Gabriel I Blais et son épouse, Catherine Lebeau, contre la concession no 1288d. Les deux parties à cet échange obtiennent ainsi des terres voisines de celles qu'elles possédaient déjà.


 


ANQ Senet 06-04-1707; Adhétnar 23-04-1711; Raimbault 07-01-1723; Comparut 12-10-1740.



________


 


 


Le lot numéro 1235, Côte saint-Léonard Nord, Pointe-Aux-Trembles


 


Les Sulpiciens concèdent, le 28 mars 1707, à Pierre II Janot dit Lachapelle, cette concession de trois arpents de large, sur vingt arpents de profondeur. Il épouse, en 1710, à Pointe-aux-Trembles, Madeleine Aubuchon, avec qui il aura quatre enfants. Ils se font adjuger, l'année suivante, la concession no 1225. La fabrique leur concède, en 1712, l'emplacement no 23, dans le fort. Il semble qu'ils aient alors donné à Jean I Janot dit Lachapelle, leur concession no 1235, puisque le 9 juin 1715, c'est ensemble que les deux frères vendent cette concession, où il n'y a aucun bâtiment, à Jean Lorion. L'acheteur ne la paie que 10 livres, mais il a l'obligation de payer les arrérages de cens et rentes seigneuriales que le premier concessionnaire n'a jamais acquittés. Jean Lorion la vend au maçon, Antoine Boudriau dit Labonté. Originaire du Limousin et arrivé au pays avec la compagnie de Lachassaigne, il avait épousé à Pointe-aux-Trembles, en 1712, Jeanne Poudret, née à Sorel. Jeanne avait été précédée à la côte St-Léonard par ses frères Pierre et Jacques, et son beau-frère Jean I Duclos. Après le décès de son mari, Jeanne Poudret partage cette concession, le 6 novembre 1731, avec ses deux enfants, qui en héritent, suivant la coutume de Paris, de la moitié, Le 25 mars 1739, elle donne à sa fille, Marie, qui avait épousé, en juillet 1731, le Parisien, Germain Clément, et à son fils, Pierre, sa moitié de concession, contre une pension viagère annuelle de quarante minois de blé, et 50 livres, en argent. Elle annule cependant ce don, deux jours après avoir vendu, le 11 novembre 1740, la moitié de sa moitié, soit le quart de la concession, à son gendre, Germain Clément, pour la somme de 200 livres.


 


ANQ Senet 28-03-1707; 09-06-1715; 06-11-1731; Compara 25-03-1739; Simonnet 11-11-1740.



________


 


 


Le lot numéro 1290, Côte Sainte-Anne, Pointe-Aux-Trembles


 


Arrivé au pays comme soldat, en 1651, le Parisien, André Charly dit Saint-Ange, épouse, à Montréal, en 1654, Marie Dumesnil, arrivée, l'année précédente, de La Flèche. Ils auront sept enfants, dont quatre entreront, en religion, chez les Dames de la Congrégation Notre-Dame, à Montréal. Le premier janvier 1668, les Sulpiciens leur donnent cette concession de trois arpents de front sur vingt de profondeur, qu'ils loueront pour cinq ans. le 20 avril 1677, à leur voisin, Laurent I Archambault, pour quinze minots de blé et sept de gros pois. Ils la vendent, le 24 septembre de la même année, avec une partie de la prairie que leur ont concédée, en 1672, les seigneurs, au lac Sainte-Arme, à leur futur gendre, Joseph de Montenon dit Larue, pour la somme de 600 livres payables en castor ou en argent. Ce dernier épouse Élisabeth Charly, le 18 octobre 1677, à Montréal, et ils auront quatre enfants. Ils sont recensés sur cette concession, en 1681, où il y a sept arpents en valeur. Quatre ans plus tard, il est fait prisonnier, avec une douzaine d'autres coureurs des bois, par les Iroquois qui leur rendront leur liberté près du fort Saint-Louis au pays des Illinois. On le compte parmi les victimes du combat de la coulée Grou, le 2 juillet 1690. Le 22 janvier 1698, les Sulpiciens accordent à sa veuve une continuation à sa concession, qui en double la superficie. Comme son ainé se destine à la prêtrise, alors que le cadet n'a que 15 ans, et qu'elle-même est entrée chez les soeurs de la Congrégation, depuis 5 ans, c'est son frère, Jean-Baptiste Charly, qui loue ses terres, pour neuf ans, le 4 juillet 1705, à Pierre II Janot dit Lachapelle, à raison de quarante minots de blé par année.


 


Barthélemy Sicard, fils du meunier, Jean Sicard, et de Catherine Lauzon, épouse, à Québec, en 1713, Catherine Bélisle, fille du chirurgien, Henri Bélisle dit Lamarre, et de Catherine de Mosny. Les Sulpiciens lui confirment, par bail emphytéotique daté du 21 août de la même année, l'exploitation du moulin de Pointe-aux-Trembles que ses parents lui avaient confié, trois ans auparavant. Barthélemy Sicard achète, le premier juin 1715, toutes les terres de cette concession no 1290, la prairie du lac Sainte-Anne, que nous avons désigné par la lettre [B], et l'emplacement no 40, dans le fort, pour la somme de 5 000 livres. Il se désistera alors du bail du moulin de Pointe-aux-trembles, le 18 juillet 1717. Lors du recensement de 1731, il y a, sur cette concession, 33 arpents de terre labourable.


 


ANQ Basset 20-04-1677; 24-09-1677: Adhémar 2201-1698; 04-07-1705; Senet 21-08-1710; kaimbault 21-08-1713; 18-07-1717; Lepailleur 01-06-1715.





 


 


Robert


 


En l'an 1703 — Robert Janot dit Lachapelle, réside avec son épouse Anne Langlois sur leur concession no 1371, sur la côte Saint-Jean, à Pointe-Aux-Trembles.



________


 


 


Le lot numéro 1289d, Côte Sainte-Anne, Pointe-Aux-Trembles


 


André Charly dit Saint-Ange, au nom de Guillaume Hélin absent depuis longtemps et premier possesseur de cette concession de deux arpents de front sur vingt de profond, le long du fleuve Saint-Laurent, la vend, le 21 janvier 1675, à Nicolas Toutan, pour la somme de 80 livres. Toutefois, cette vente est annulée, et ce sont Pierre Perthuis dit Lalime, un ancien militaire du régiment de Carignan-Salière, et Claude Damisé, son épouse, qui s'en portent acquéreurs, le 14 juin 1679. Ils la revendent, le 9 janvier 1680, à Robert Janot dit Lachapelle, qui n'aura 18 ans qu'en mai, et qui en jouit depuis environ deux ans. Il s'occupe de traite de fourrures, comme son frère Pierre qui habite sur la concession no 1287d. En avril 1691, il la vend à Jacques II Archambault, dont les parents demeurent sur la concession no 1291. Ce dernier ne la garde environ que deux ans, puisque le 29 septembre 1693, il l'échange avec Nicolas Senet dit Laliherté, contre une concession, à la côte Saint-François, voisine de celle qu'il possède déjà. Arrivé au pays avec la compagnie de Dugué, Nicolas Senet s'était marié, en 1689, avec Gertrude Daunais, née à Boucherville, en 1670, et ils auront douze enfants. Le séminaire de Saint-Sulpice de Montréal, lui remet, le 30 avril 1698, un contrat de concession pour remplacer celui qui a été perdu par le feu, ou la guerre. Le 10 mars 1706, les seigneurs de l'Île-de-Montréal lui accordent la continuation de la concession de la fabrique. Il pratique comme notaire de 1704 jusqu'à son décès, en janvier 1732. Sa veuve et ses enfants louent, le 20 avril 1732, cette concession no 1289d, où il y a 22 arpents de terre labourable, à Joseph Senet, un des huit héritiers. Ce dernier achète, le 22 novembre de la même année, de son beau-frère, Jacques Blanchard, veuf de Madeleine Senet, sa soeur, la part de cette dernière dans la moitié de cette concession, dont les enfants ont hérité.


 


ANQ Basset 21-01-1675; Mangue 09-01-1680; Cabazié 29-09-1693; Adhémar 30-04-1698; Chorel de Saint-Romain 20-04-1732; Guillet 22-11-1732.



________


 


 


Le lot 1371, Côte aint-Jean, Pointe-Aux-Trembles


 


Arrivé au pays vers 1668, Abraham Bouat, originaire de Guyenne, épouse à Montréal, en 1670, Marguerite de Névelet, venue de la Champagne, trois ans auparavant. Les Sulpiciens leur donnent, le 13 juin 1671, cette concession de quatre arpents de front, sur vingt de profondeur. Son auberge, ne lui laissant pas le temps de s'occuper de sa terre, il l'a fait cultiver à moitié profit, le 30 octobre 1676, par Antoine Renaud, pour deux ans. Il lui renouvelle ce bail à ferme, le 17 mars 1676, pour une autre année, à raison de 45 minois de blé. Le 16 décembre 1687, il la baille à ferme, pour trois ans, à Nicolas Prunier dit Picard, un ancien du régiment de Carignan-Salière, et à son gendre, François Han dit Chaussée, pour 60 minots de blé, et huit de pois. Ce bail est cependant annulé, le 15 février 1689, pour les deux années qui restent, contre un paiement de 25 minots de blé et 23 livres et 13 sols, dont il tient bien quitte, Prunier et Han, le 3 mars suivant.


 


Ayant l'intention de se départir de sa concession no 1289d, Robert Janot dit Lachapelle achète cette concession, le 18 mars 1691, pour la somme de 2 600 livres. C'est auprès de Charles de Couagne qu'il finance son acquisition, le 3 septembre 1691, par une hypothèque de 2 735 livres, sur cette concession. Robert Janot épouse, en 1693, Anne Langlois, dont les parents demeurent sur la concession no 1363. Il devient alors le beau-frère de Joseph I Loisel qui habite la concession no 1347, et de André Langlois. Son frère, Pierre I Janot, et son beau-frère, Antoine I Bazinet, habitent toujours leurs concessions de la côte Sainte-Anne, mais son beau-frère, André Carrière, a vendu la sienne, quelques années auparavant. Il confirme, le 24 février 1723, la culture de sa terre à moitié grains, pour les cinq prochaines années, par son fils, Jean-Baptiste Janot dit Belhumeur, qui s'en occupe déjà depuis trois ans. Après le décès de son mari, à l'automne de 1723, Anne Langlois fait don de ses biens, le 15 octobre 1727, sauf la maison dans le bourg, à ses cinq enfants, contre une pension viagère. Le lendemain, ils partagent cette concession en cinq parcelles d'égales dimensions, et ceux à qui le sort attribue les parcelles où sont situés les bâtiments font retour de sommes d'argent à leurs frères et soeurs. Au recensement de 1731, on relève sur cette concession 52 arpents de terre labourable et six arpents de prairie.


 


ANQ Duquet 30-10-1673; Basset 17-05-1676; Adhémar 16-12-1687; 18-03-1691; 03-09-1691; Senet 24-02-1723; 15-10-1727; 16-10-1727.



________


 


 


L'emplacement numéro 39, Les emplacements dans le bourg, Pointe-aux-trembles


 


Originaire du Saintonge, le meunier, André Trajot, épouse, à Montréal, en 1668, la Normande, Françoise Guillin, qui ne lui donnera pas d'enfant. Les Sulpiciens leurs concèdent, probablement la même année, la terre no 1356, à la côte Saint-Jean, dont ils se départiront, en 1702. Le Séminaire de Saint-Sulpice leur avait donné, le 17 octobre 1698, l'emplacement no 39, à l'intersection des rues Sainte-Anne et Saint-François. Joseph Robillard acquiert de Françoise Guillin, veuve de André Trajot et deuxième épouse de son père, Claude Robillard, cet emplacement no 39, qu'il échange verbalement avec son beau-frère, Pierre I Beauchamp. Joseph Robillard et Pierre I Beauchamp étaient mariés aux soeurs, Marguerite et Anne Bazinet. Pierre I Beauchamp possède, depuis 1707, les terres nos 1336 et 1338, à la côte Saint-Léonard. Pierre I Beauchamp et son épouse, Anne Bazinet, vendent, le 9 août 1718, leur emplacement no 39 qui fait 77 toises en superficie et sur lequel il y a une maison de pièces sur pièces de 20 pieds sur 18 pieds, à Robert Janot dit Lachapelle et à son épouse, Anne Langlois, pour la somme de 900 livres. Après avoir vendu, en 1691, la terre no 1289d, acquise onze ans auparavant, à la côte Sainte-Anne, Robert Janot avait acheté, la même année, la terre no 1371, à la côte Saint-Jean. Il avait uni sa destinée, deux ans plus tard, à Anne Langlois. Les recenseurs, en 1731, notent que cet emplacement no 39, où il y a une maison et une grange, appartient à Anne Langlois, veuve de Robert Janot, et mesure 40 pieds de front, sur 70 pieds de profondeur.


 


ANQ Adhémar 04-03-1693; Raimbault 17-10-1698; Senet 09-08-1718.



________


 


 


L'emplacement numéro 44, les emplacements dans le bourg, Pointe-Aux-Trembles


 


Natif de Montréal et fils de Marin Janot dit Lachapelle, Robert Janot achète, en 1680, la concession no 1289d, à la côte Sainte-Anne, qu'il occupe depuis deux ans et où il est recensé, en 1681. Il s'en départit cependant, en 1691, et achète la concession no 1371, à la côte Saint-Jean. Deux ans plus tard, il épouse, à Pointe-aux-Trembles, Anne Langlois, dont les parents, Honoré Langlois dit Lachapelle et Marie Pontonnier, habitent sur la terre no 1363, à la côte Saint-Jean. Le 21 juin 1718, le curé, François Seguenot, et les marguilliers, concèdent à Robert Janot dit Lachapelle, l'emplacement no 44, à l'angle des rues Sainte-Anne et de l'Enfant-Jésus, qui mesure 52 pieds et demi de front, sur 70 pieds de profondeur. Après le décès de son mari, en 1723, Anne Langlois semble habiter dans le bourg de Pointe-aux-Trembles, puisqu'elle y est recensée, en 1731, sur l'emplacement no 39, où elle a une maison et une grange.


 


ANQ Senet 21-06-1718.



________


 


 


L'emplacement 46B, les emplacements dans le bourg, Pointe-aux-trembles


 


Originaire du Saintonge, le meunier André Trajot avait épousé la Normande Françoise Guillin, à Montréal, en 1668. Les Sulpiciens leur concèdent, vers 1668, la terre no 1356, à la côte Saint-Jean, qu'ils vendent, en 1702. Ils reçoivent, en 1698, l'emplacement no 39, bien qu'ils y sont mentionnés, comme occupants, en 1693, tout comme pour l'emplacement no 46B. Lors de la vente, en 1718, de l'emplacement voisin no 40, le notaire mentionne comme propriétaire de l'emplacement no 46B, Pierre I Beauchamp. Ce dernier avait épousé, en 1699, Anne Bazinet, et ils avaient reçu, en 1707, des Sulpiciens les concessions nos 1336 et 1338 à la côte Saint-Léonard. Ils auraient échangé leur emplacement no 46B, contre l'emplacement no 39, avec leur beau-frère, Joseph Robillard, qui l'avait acquis de Françoise Guillin, veuve de André Trajot, et deuxième épouse de son père, Claude Robillard. Marguerite Bazinet et Joseph Robillard avaient unit leur destinée, en 1711, à Pointe-aux-Trembles. Ils avaient acheté, en 1714, la terre no 1233, à la côte Saint-Léonard. En 1730, dans l'acte de vente de l'emplacement voisin no 40, le notaire mentionne comme propriétaire de l'emplacement no 46B, Robert Janot, en faisant référence, sans doute, à ses héritiers, puisqu'il est décédé depuis sept ans. Robert Janot avait vendu, en 1691, sa concession no 1289d, de la côte Sainte-Anne, qu'il mettait en valeur depuis onze ans, pour acquérir, la même année, la terre no 1371, à la côte Saint-Jean. Deux ans plus tard, il épousait Anne Langlois, dont les parents demeuraient sur la concession no 1363. Ils s'étaient portés acquéreurs, en 1718, de l'emplacement no 39, où Anne Langlois est recensée, en 1731.


 


ANQ Adhémar 04-03-1693; Senet 17-06-1718; 09- '38-1718; 28-12-1730.



 


La pointe aux trembles de Montréal



La maquette du fort:
http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/COMMISSIONS_PERM_V2_FR/MEDIA/DOCUMENTS/MEM_ATELIERH ISTOIREPAT_20111102.PDF


 


La bataille de la Coulée Grou:
http://grandquebec.com/histoire/bataille-coulee-grou/
et
http://archives.vigile.net/groulx/ancetre.html


 


Le deuxième moulin à vent de la pointe aux trembles:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Moulin_%C3%A0_vent_de_Pointe-aux-Trembles


 


Quelques publications portant sur l'histoire de la pointe aux trembles de Montréal:
http://www.histoirepat.com/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=7&Itemi d=30


 


____


 


 


Compléments à la pointe aux trembles de Montréal


http://genealogie.planete.qc.ca/user/gallery/view/name_lisejolin/id_435120/title_Moulin-vent-de-Pointe-a ux-Trembles-Montr-al/
http://genealogie.planete.qc.ca/user/gallery/view/name_lisejolin/id_335257/title_Moulin-banal-de-Pointe- aux-Trembles/
http://genealogie.planete.qc.ca/blog/view/id_640/title_Le-Mouvement-des-Patriotes-la-Pointe-aux-Trembles -1837-1938/
http://genealogie.planete.qc.ca/blog/view/id_4080/title_Le-combat-de-la-Coul-e-Grou-1690/


 


 


********


 


Suggestion: vous trouverez des trésors dans google [ou autres moteurs de recherche] en écrivant simplement ces mots, tel quel mais, sans les crochets, bien sûr.


[trembles site:http://genealogie.planete.qc.ca]


 


 


Bonnes recherches!


Cordialement,
Pilote_Qc




 


 


 



De: Pilote_Qc
06/11/2010 01:54:50

Bonjour Chevreuil, s'il s'agit de Jean, voyez,



 


Militaire dans le gégiment de carignan-Salière, le Breton Jean Bricault dit Lamarche, reçoit quatre ans après son arrivée en 1665, la concession no 1345 à la côte Saint-Jean. Il épouse à Montréal en 1674, Marie Chénier, fille de Jean et de Jacqueline Sédilot, avec qui il aura quinze enfants. Le 27 janvier 1693, le curé François Seguenot et les marguilliers de Pointe-Aux-Trembles lui donnent cet emplacement no 21A, situé sur la rue Saint-Jean, qui mesure 52 pieds et demi de front sur 70 pieds de profondeur, où il a fait construire une maison, une grange et une étable. Jean Bricault et son épouse vendent, le 5 mars 1713, leur emplacement, pour 60 livres comptant, en cartes ayant cours, au maître cordonnier Louis Roger dit Labrie.


 


________


 


1691 – Jean Bricault dit Lamarche, demeure avec son épouse Marie Chénier sur leur concession n° 1345, sur la côte Saint-Jean, à Pointe-Aux-Trembles.


________


 


Lot 1345


 


Arrivé en 1665, avec le régiment de Carignan-Salière, Jean Bricault dit Lamarche reçoit des seigneurs cette concession le 29 mars 1669. Il est recensé en 1681, sur cette terre de trois arpents de front sur vingt de profondeur, avec son épouse Marie Chénier et Anne, la jeune sœur de cette dernière. Il y a alors huit arpents en valeur sur leur propriété. Le 10 février 1699, les Sulpiciens doublent la superficie de sa concession en y ajoutant 20 arpents en profondeur. Leur tille Catherine et son mari Jacques Coitou vendent, le 15 juillet 1724, leurs droits successifs pour 500 livres à leur frère et beau-frère Jean-Baptiste Bricault dit Lamarche. Deux jours plus tôt. ce dernier avait reçu de ses parents quatre veaux et un cheval comme paiement annuel de 100 livres, qu'ils s'étaient engagés à lui verser pour s'occuper de leur terre. Après son décès en août 1726, à l'âge de 88 ans, ses héritiers se partage sa succession. Suivant la coutume de Paris sa veuve se voit attribuer le 30 octobre 1726 la moitié de la concession et ses sept enfants se partagent l'autre moitié. Ces derniers se vendent entre eux les portions qui leur sont désignés par le sort. Ainsi sa fille Catherine et son mari Jean-Baptiste Desroches cèdent, le 15 mars 1730, à Pierre Bricault pour la somme de 500 livres, leur septième partie dans la succession de leur père et celle qui leur adviendra par le décès de leur mère. Le 6 janvier 1731, c'est celle de Joseph Bricault et de son épouse Isabelle Archambault_ qui sont établis à la côte Saint-Léonard, qu'achète pour 600 livres Pierre Bricault. Jean-Baptiste Bricault a donc partagé la propriété de cette concession avec son frère Pierre. Lors du recensement de 1731, l'on note qu'il y a trente neuf arpents de terre labourable sur cette concession.


 


ANQ Raimbault 10-02-1699; Senet 13-07-1724; 1507-1724; 30-10-1726; 15-03-1730; 06-01-1731.


 


Source: Le terrier primitif de Pointe-aux-Trembles, par Jean-Guy Marsan



... , mais il y a plus, car on mentionne aussi Jean-Baptiste, Joseph et Pierre.


 


Bonne lecture!



De: Chevreuil
06/10/2010 09:57:47

Est-il écrit quelque chose d'autre dans ce livre, à part une liste de noms? Mon ancêtre est là: Bricault dit Lamarche, mais comme je demeure assez loin de Montréal, j'aimerais bien connaître le contenu du livre avant de me précipiter.


 


Merci d'avoir pris le temps de tout écrire cette liste.



De: Pilote_Qc
06/07/2010 20:58:53

Bonsoir longdodo, Nicolas Baron dit Lupien a eu affaire avec l'un de nos héros pointeliers, tombé au combat de la Coulée Grou.


 


Voyez,


 


Nicolas Baron dit Lupien


Maître boucher


 


Lot 1282


 


Un militaire du régiment de Carignan-Salière, Bernard Delpêche dit Bélair, obtient cette concession de trois arpents de front sur vingt de profondeur, dès qu'il décide de s'établir en Nouvelle-France. Originaire du Languedoc, il épouse à 25 ans à Montréal à l'automne de 1667, Marguerite Jourdain, une Normande de 19 ans, arrivée durant l'été, qui lui donnera dix enfants. Le 5 mars 1671, ils vendent leur concession à Roch Thoerv de Lormeau, enseigne au même régiment, pour 80 minois de blé. Originaire également du Languedoc, il contracte mariage en 1667. à Québec avec MarieRogère Lepage, native de la Bourgogne. Ils n'auront pas d'enfant. Durant son absence en France son épouse vend, le 6 octobre 1675, leur concession à François Sabatier. Ce dernier réunissait ainsi deux concessions voisines qu'il loue pour trois ans, le 30 juin 1681, au Normand Jacques Saint-Yves, qui épousera à l'automne, Jacqueline Chartier, la fille de son voisin Guillaume Chartier.


 


L'abbé Gabriel Souart à qui Sabatier devait de l'argent, devint propriétaire de cette concession avec une maison logeable, par un jugement en date du 29 février 1684. Le sulpicien Gabriel Sonar! vend pour la somme de 500 livres, le 10 septembre 1685, cette terre n° 1282 à Jean Delpé dit Pariseau. Ce dernier devenait ainsi voisin de son beau-frère Étienne Lair, car il avait épousé Renée Lorion à Montréal en 1674 et avec qui il eut huit enfants. Soldat dans le régiment de Carignan-Salière, il s'était établi sur la concession n° 1276 qu'il avait vendu en 1684. Trois mois avant de périr aux mains des Iroquois, dans le combat de la coulée Grou, il se départit le 12 avril 1690, de cette concession n° 1282, au profit de Nicolas Baron dit Lupien pour le même prix qu'il l'avait payée, à raison d'une rente annuelle de 25 livres payable au sieur de Longueui,administrateur des biens de l'abbé Gabriel Souart. Nicolas Baron était arrivé de Champagne en 1676 et avait épousé la même année Marie Chauvin baptisée à Montréal en 1662.


 


Nicolas Baron ne garde cette terre que quatre ans, puisqu'il la cède à François Vaudry le 29 octobre 1694 qui achète donc une concession entre ses beaux-parents et ses beaux-frères, puisqu'il avait épousé l'année précédente Marie Brouillet. Le 14 mai 1698, les seigneurs de l'île leur accorderont une continuation de 60 arpents. Il se fait émettre, le 4 janvier 1725, par les Sulpiciens, de nouveaux titres pour sa terre dont 48 arpents sont en valeur et 30 autres arpents en abatis et pacage.


 


L'aînée Marie-Jeanne Vaudry vend, le 4 février 1729, sa part de succession à son frère Joseph Vaudry, pour la somme de 200 livres. Se considérant trop âgés et de n'être plus en état de faire valoir leur propriété, François Vaudry et Marie Brouillet, la cèdent et l'abandonnent à leurs neuf enfants, le 13 février 1733, contre une pension annuelle, de chacun d'eux, de 20 livres, huit minois de blé et quatre de pois blancs, tout en se réservant la jouissance de leur maison, des bâtiments et du jardin. Marguerite, Madeleine et Michel vendent alors leurs parts à leur frère Joseph Vaudry.


 


ANQ Basset 05-03-1671; 06-10-1675; 29-10-1694; Mangue 30-06-1681; C abazié 10-07-1685 Adhémar 12-04-1690; 14-05-1698; Raimbault 04-01-1725; Senet 04-02-1729; Loiseau 13-02-1733.




Page:  1 | 2 | Prochain >  Dernier >>





*** Planète Généalogie ***