RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
La Maison Saint-Gabriel
Ajouté le 05/18/2010 09:39:16 par Pilote_Qc

La Maison Saint-Gabriel

 

La 2e maison Saint-Gabriel est érigée sur l'ancien solage, par le maçon Pierre Couturier dit Le Bourguignon, en 1698, et agrandie en 1826.  La première avait brûlée en 1693. Ses grandes dimensions, ses murs épais en pierre, la taille réduite des ouvertures, ainsi que la forte inclinaison du toit à deux versants, lui procurent une apparence monumentale. Seul un petit clocheton permet de distinguer ce bâtiment, d'une habitation. Bref, c'est une grande maison en pierre des champs, au toit en pente accusée, qui comprend une cave, deux étages et un grenier, sans compter la partie ouest ajoutée en 1826. Une maison québécoise rurale des plus typiques.

 

La Maison Saint-Gabriel est la maison d’accueil des Filles du Roy et, pendant près de 300 ans, la maison de ferme de la Congrégation de Notre-Dame. Convertie en musée depuis 1966, elle est un véritable joyau de l’architecture du Régime français. Aujourd'hui, la Maison Saint-Gabriel présente les différentes facettes de la vie rurale au 17e siècle et l’aventure peu ordinaire des premières arrivantes de Ville-Marie. Depuis 2001, un jardin recréé selon l’esprit de la Nouvelle-France, agrémenté de fleurs et de plantes odorantes, aromatiques et médicinales, offre une expérience unique dans cet oasis de couleurs et de saveurs.

 

Marguerite Bourgeoys, en 1662, l'obtient de M. de Maisonneuve avec sa concession à la Pointe-Saint-Charles. Elle agrandit sa propriété, en achetant de son voisin, François LeBer, sa terre et sa maison en pierre des champs.

 

En bâtissant une véritable ferme modèle, Marguerite Bourgeoys garantit la subsistance de ses compagnes qui dispensent

gratuitement l’instruction. En 1671, le roi Louis XIV lui accorde des Lettres patentes et il autorise l’établissement de la Congrégation de Notre-Dame dans ladite île de Montréal, en Nouvelle-France.

Catherine Crolo naît à Lauzon, en Lorraine, en 1619. Ses parents s’établissent à Troyes, en Champagne où elle rencontre et se

lie d’amitié avec Marguerite Bourgeoys. En 1658, elle entreprend la grande traversée vers la Nouvelle-France et vient rejoindre Marguerite Bourgeoys, à Ville-Marie.

 

Pendant que Marguerite Bourgeoys se consacre à l’enseignement des enfants, Catherine Crolo assume les tâches domestiques. En

1668, elle devient la gérante de la Maison Saint-Gabriel et de sa ferme, appelée alors La Providence. C’est elle qui dirige le défrichement, la mise en culture, puis le fermage et la gestion des récoltes sans oublier l’accueil des Filles du Roy et leur initiation à la vie. Pendant quelque temps, la ferme de 30 arpents devient leur
foyer jusqu’à ce qu’elles réussissent à s’adapter aux rigueurs du pays, à se débrouiller dans le monde difficile de la colonie... , et à prendre mari.
________

 

Marguerite Bourgeois et la ferme Saint-Gabriel.


Son histoire, en bref:

 

17 avril 1620 Naissance et baptême à Troyes, France.
 
7 octobre 1640 Lors d'une procession à la Vierge du Rosaire, une expérience spirituelle transforme le coeur de Marguerite et

interpelle sa foi. [...je me trouvai si touchée et si changée que je ne me reconnaissais plus.]

 

16 novembre 1653 Arrivée à Ville-Marie après une longue traversée de l'Atlantique. Sur le bateau qui l'amène de la France au Canada, éclate une épidémie de peste; Marguerite soigne les malades et ensevelit les morts.
 
30 avril 1658 Elle ouvre la première école dans une étable de pierre que lui a donnée Paul Chomedey de Maisonneuve.
 
1658 - 1680 Elle effectue trois voyages en France pour aller chercher des recrues et voir aux affaires de la Congrégation.

 

En 1662, Marguerite Bourgeoys reçoit un lopin de terre sis sur les berges du majestueux Saint-Laurent, près du fort de

Pointe-à-Callière. Ainsi débute l'histoire de la Maison Saint-Gabriel, une métairie de Pointe-Saint-Charles exploitée par les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame pour subvenir aux besoins de la communauté et soutenir l'œuvre de Marguerite Bourgeoys en Nouvelle-France.

 

1668 La Maison Saint-Gabriel, une maison de ferme, est achetée par Marguerite Bourgeoys.
 
1671 Le roi Louis XIV autorise l'établissement de la Congrégation de Notre-Dame, en Nouvelle-France. Marguerite revient de

France avec six compagnes.

 

1675 La construction de la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, commencée en 1655, est terminée.

 

1676 Monseigneur de Laval autorise Marguerite et ses compagnes, institutrices de Ville-Marie, à vivre en communauté, sous le nom de [Filles séculières de la Congrégation].

 

1693 La maison, achetée en 1668, est rasée par le feu; seule la laiterie survivra jusqu'à nos jours. Il faut cinq ans pour

reconstruire, sur les anciennes fondations, le bâtiment où loge maintenant le musée de la Maison Saint-Gabriel.
 
24 juin 1698 Les règles de la Congrégation sont définitivement établies. Les religieuses font profession et vouent

solennellement leur vie, au service de Dieu et des gens.
 
12 janvier 1700, Marguerite s'éteint, à l'âge de 79 ans. Pour les habitants de Montréal, elle est [Sainte-Marguerite].

 

1850 La maison sert d'école pour les enfants et d'ouvroir pour l'apprentissage des métiers féminins. Mais son rôle premier

est d'abriter les soeurs chargées d'exploiter et d'administrer le domaine agricole qui atteint 212 arpents, en 1850, avant

son démembrement.

 

En 1965, il ne reste plus qu'une parcelle de cet immense domaine. Toute activité agricole a cessé depuis les années 1950.

L'industrialisation a eu raison des terres fertiles, la ferme a été morcelée et démembrée au profit de l'expansion urbaine.

Mais grâce au travail minutieux de restauration, l'âme embrasée de Marguerite Bourgeoys survit à travers l'oeuvre de ses

contemporaines.

 

Toujours en 1965, les travaux de restauration débutent et chacune des pièces de la maison, de la cave au grenier, en passant par le dortoir, retrouve sa fonction d'origine, avec ses meubles, ses ustensiles, ses sculptures, ses peintures. On a

consulté l'inventaire de 1722 pour réunir ce que contenait alors la maison, et en faire un musée patrimonial, un îlot d'histoire vivante.

 

En 1966, la Maison Saint-Gabriel ouvre ses portes aux visiteurs. Et depuis, elle propose un itinéraire unique qui permet de

nous éveiller au sens de l'histoire, de découvrir nos racines et de retrouver la fierté des premiers arrivants à Ville-Marie

[Montréal]. Plus encore, elle nous permet de saisir dans toute sa dimension une femme plus grande que nature: Marguerite

Bourgeoys.

 

La Maison présente :

 

•un modèle typique de l'architecture d'inspiration française du 17e siècle;
•un ameublement artisanal des 17e et 18e siècles;
•diverses collections d'objets d'art et d'ethnologie.

 

31 octobre 1982, le pape Jean-Paul II canonise Marguerite Bourgeoys et donne à l'Église du Canada, sa première sainte.

2003 Les soeurs et les personnes, associées à la Congrégation de Notre-Dame, poursuivent l'oeuvre de Marguerite Bourgeoys, à

travers le monde.

____

 

http://wikimapia.org/7407479/fr/Maison-Saint-Gabriel

http://grandquebec.com/montreal-touristique/maison-saint-gabriel/

 

Nom du bâtiment: Maison Saint-Gabriel
Autres appellations: Ferme de la Pointe-Saint-Charles
Ferme Saint-Gabriel
Métairie de Pointe-Saint-Charles
Ouvroir de la Providence
Adresse civique: 2140-2146, place de Dublin
Arrondissement ou ville: Le Sud-Ouest (Montréal)
 
http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca/

 

Mots-clés: Maison Gabriel Pointe-saint-ch Arles



signets:



Visionner 1 - 4 de 4 Commentaires

De: Pilote_Qc
02/26/2011 09:32:14

Quel beau témoignage Lise!


 


Voici encore cette maison, en photos, cette fois,


 



 


et la deuxième, représentant la maison d'aujourd'hui. Autrement dit, celle apparaissant actuellement sur le site et érigée sur les anciennes fondations... .


 



 


Source: http://www.memorablemontreal.com/accessibleQA/en/histoire.php?quartier=14


 


http://genealogie.planete.qc.ca/public/user/gallery/name_Pilote_Qc/page_5/


en tout cinq photos, format original, pages 5 et 6.


 



 


 


Merci, madame Jolin, et aux autres, je dis: Ce blogue ne sera pas complet sans votre participation. Pensez-y!


 



De: lisejolin
05/24/2010 06:16:03

La "Journée des Musées" est le dimanche 30 mai prochain et la 'Maison Saint Gabriel' fait partie des musées gratuits à visiter.  Les photos sont habituellement interdites à l'intérieur.  



De: lisejolin
05/24/2010 06:06:43

Pierre Le Ber, peintre (1669-1707)

 



 


Pierre Le Ber est considéré comme le premier artiste-peintre à être né à Montréal.  Fils de Jacques Le Ber, habitant de ce lieu et dame Jeanne LeMoyne, Pierre Le Ber est baptisé le 11 août 1669 à la paroisse Notre-Dame de Montréal.

 



 


La situation financière de la famille lui permet de fonder l'Hôpital général de Montréal avec François Charon en 1692 et d'y installer son studio. Outre le portrait de sainte Marguerite BOURGEOYS (1700), Pierre Le Ber  travaille à la décoration de la chapelle de Ste-Anne, à Pointe-St-Charles, de 1697 jusqu'à sa mort à Pointe-St-Charles le 1er oct. 1707 à l’âge de 38 ans..

 



 


Il est l’auteur de nombreuses peintures destinées aux églises mais seules celles de sainte Thérèse, de saint Alphonse Rodriguez et de saint Charles Borromée sont connues. (…) L'inventaire du studio de Le Ber après sa mort fait état d'une quantité importante de matériel d'art et de 12 toiles.

 



 


http://thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0004577

 

http://www.onf-nfb.gc.ca/fra/collection/film/?id=5111


De: lisejolin
05/24/2010 05:29:59

Bon lundi, voici ce qu'on dit être le vrai portrait de Marguerite Bourgeoys...


 



 







*** Planète Généalogie ***