RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Dupuis Frères
Ajouté le 05/21/2010 18:05:33 par Pilote_Qc

Une grande aventure commerciale canadienne, par Roger Duhamel, juin 1952.


 

La Maison Dupuis Frères, Limitée


Il était une fois, — car toutes les belles histoires commencent ainsi — il était une fois un jeune Canadien, de Saint-Jacques

l'Achigan, qui vint tenter fortune à Montréal, n'ayant pour tout bagage que son courage, son talent et son esprit

d'initiative.

 

Nazaire Dupuis, fils aîné de Joseph Dupuis et d'Euphrasie Richard, décide, après la mort de son père, de s'établir à

Montréal, avec sa mère, ses sept frères, et sa soeur. Résolument, il ouvre à son compte un magasin de nouveautés. Au lieu

d'ajouter un magasin à ceux déjà nombreux, des rues Notre-Dame, Saint-Jacques et McGill, il fonde son commerce rue Sainte-

Catherine, près de la rue Montcalm, loin du centre des affaires de l'époque. Il témoigne d une intuition merveilleuse dans le

choix du site, prévoyant que la petite rue Sainte-Catherine d'alors, deviendrait la grande artère commerciale de la Métropole

du Canada.

 

C'était en 1868, soit une année après la Confédération. Le Canada était bien différent de ce qu'il est aujourd'hui. Il ne

comptait que quatre provinces: Québec, Ontario. Nouvelle-Écosse et Nouveau-Brunswick. À Ottawa, sir John A. Macdonald, l'un

des grands hommes d'État canadiens, dirigeait la formation de ce nouveau pays sous l'oeil du vicomte Monck, le gouverneur

général. À Québec, le lieutenant-gouverneur était Narcisse Belleau et M. Pierre-J.-0. Chauvreau présidait le premier cabinet

provincial depuis l'instauration du nouveau régime. Sous le glorieux règne de la reine Victoria, l'Angleterre étendait son

prestige au delà des mers; c'était une ère brillante. La France achevait de vivre sous la monarchie impériale; la guerre

franco prussienne allait bientôt éclater; c'était à la veille de l'écroulement de la dynastie bonapartiste. Le maire William

Workman présidait aux destinées de Montréal. La ville comptait alors environ 100 000 âmes. groupées en 10 paroisses.

 

Peu à peu cependant, les citadins commencent à s'éloigner de la rive du Saint-Laurent; la construction connaît une prospérité

sans précédent. Depuis 1860, le clocher de Saint-Jacques dresse sa flèche altière. Mais l'église demeure encore un avant-

poste entouré de rares maisons. Ici et là, la présence de quelques magasins laisse à peine entrevoir ce que réserve l'avenir.

Un centenaire évoquerait sans peine le sellier Poirier, rue Sainte-Catherine, à l'angle de la rue Saint-Christophe. Sur la

rue Mignonne, aujourd'hui DeMontigny, il n'y avait qu'une seule maison. Les enfants glissaient sans redouter les voitures

dans la fameuse côte à Baron, aujourd'hui, rue Saint-Denis, d'Ontario à Sherbrooke. Au coin des rues Visitation et Sainte-

Catherine, Martel et Piuze vendaient des machines à coudre à côté de l'épicier Vézina. De loin en loin, quelques résidences.

C'était à peu près tout.

 

Dans ces circonstances, le geste du jeune homme de 24 ans qui jetait les bases de la plus importante maison commerciale

canadienne était certes intrépide. Hélas, sa mort prématurée, moins de 10 ans après la fondation de son magasin, l'empêcha de

participer à tous les succès que devait connaître la Maison. Il eut néanmoins da satisfaction de voir son entreprise

progresser puisque, en moins de deux ans, elle était déjà débordée par sa toujours croissante clientèle. Il fixa alors son

établissement à l'angle des rues Amherst et Sainte-Catherine et celui-ci devint de plus en plus achalandé.

 

Nazaire Dupuis initia ses frères au commerce alors qu'ils étaient encore très jeunes, les faisant participer à son

entreprise. Tour à tour, à des titres divers, Odilon, Louis, Alexis, Narcisse, Eugène, Alfred et Jean-Baptiste, firent partie

de la Maison. C'est là, croyons-nous, un fait remarquable.

 

On imagine très bien qu'alors, comme aujourd'hui, la concurrence existait. Si le magasin de Nazaire Dupuis accomplissait des

progrès aussi marqués, c'est qu'il lui avait imprimé un caractère particulier en appliquant le principe vital du commerce: il

faut donner satisfaction au client. Et un client satisfait est un merveilleux agent de publicité pour un magasin. En offrant

à la population montréalaise une marchandise de bonne qualité au plus bas prix, le jeune marchand posait un acte qui

détermina l'adhésion de plus en plus enthousiaste d'un public nombreux.

 

Pour entier directement en relations avec les manufacturiers et les grossistes européens, Nazaire Dupuis se rendit cinq fois

de l'autre côté de l'Atlantique et y établit des contacts avantageux qui se sont harmonieusement poursuivis jusqu'à ce jour.

Les traVersées étaient alors longues et pénibles. 11 fallait une bonne close de courage et de détermination pour abandonner

durant plusieurs semaines un commerce naissant et s'en aller aux sources mêmes du ravitaillement, sans posséder au préalable

des relations qui eussent facilité les transactions avec les représentants d'importantes maisons. Avec les notions

élémentaires de lecture, d'écriture et de calcul acquises à l'école de son village natal, Nazaite Dupuis se débrouillait et

transigeait avec les chefs des industries européennes.

 

En 1876, le fondateur venant de mourir à l'âge de 32 ans, ses frères lui succèdent et le commerce se continue sous la raison

sociale de Dupuis Frères.

 

En 1882, le magasin est de nouveau devenu trop exigu. On décide alors de construire un édifice, toujours sur la rue Sainte-

Catherine, mais cette fois, au coin de la rue Saint-André. C'est le site définitif, Le magasin actuel, successivement

agrandi, englobe celui de 1882.

 

À la mort d'Alexis Dupuis, en 1896, son frère Odilon devient l'unique propriétaire et, plus tard, cède l'entreprise à son

frère Narcisse sous la direction de qui elle devait faire des progrès signalés. Nous sommes alors au tournant du siècle.

Montréal poursuit sa marche ascendante, notre ville atteint la réussite financière, industrielle et commerciale qui en fait

la métropole canadienne. La population s'accroît à un rythme accéléré. La construction progresse rue Sainte-Catherine et

l'établissement de Dupuis Frères n'est plus isolé. Cette Maison devient un centre commercial important. Les gens de province

mettent maintenant à leur itinéraire une visite au magasin Dupuis: cette tradition ne s'est pas perdue par la suite.

 

Il serait long d'exposer en détail les multiples innovations accomplies par M. Narcisse Dupuis. Il dirigea la Maison pendant

un quart de siècle. Signalons deux faits qui devaient, durant son administration, contribuer puissamment au progrès de

l'entreprise: en 1911, entrait au service de Dupuis Frères un jeune commerçant de Québec, M. Armand-J. Dugal. Au cours de sa

carrière chez Dupuis, longue de 39 années, M. Armand-J. Dugal a joué un rôle prépondérant dans l'histoire de la Maison. En

1916, un membre de la seconde génération faisait son entrée au magasin; c'était l'un des fils d'Alexis Dupuis, Monsieur

Armand Dupuis, ingénieur civil, qui pendant vingt-cinq ans occupa le poste de secrétaire-trésorier de la Compagnie. Il était,

au moment de son décès, en août 1944, deuxième vice-président et directeur du comptoir postal.

 

Depuis sa fondation, la Maison Dupuis est demeurée la propriété d'un des membres de la famille du fondateur. En 1898, Odilon

préféra vendre à son frère Narcisse plutôt que d'aliéner l'entreprise à des intérêts étrangers. De même, en 1924, Narcisse

Dupuis, malgré d'autres sollicitations, appela son neveu Albert, fils d'Alexis, et accepta l'offre d'achat de celui-ci qui

acquit alors les intérêts majoritaires de la Compagnie. Depuis cette date jusqu'au moment de son décès, en août 1945,
M. Albert Dupuis présida aux destinées de la Maison dont il accrut sans cesse le prestige. Peu après son entrée, il s'employa

à compléter le quadrilatère borné par les rues Sainte-Catherine, Saint-Christophe, DeMontigny et Saint André. Plus tard, les

anciens édifices de la rue Sainte-Catherine furent rénovés et la nouvelle partie parachevée. En 1940, un emplacement

considérable comprenant un édifice de 135,000 pieds carrés de superficie fut acheté pour y loger les services du Comptoir

Postal.

 

Grâce à la vaste expérience de M. Albert Dupuis, à sa réputation d'homme d'affaires averti, à son esprit administratif et à

sa politique financière, la maison Dupuis a connu de remarquables succès. La confiance qu'il inspira au monde de la finance,

tant au Canada qu'à l'étranger, a permis à la Maison d'obtenir à bon compte les capitaux dont elle avait besoin pour son

expansion et d'atteindre à la meilleure cote de crédit. Pendant tout ce temps, Dupuis Frères, Limitée, a maintenu

d'excellentes relations avec ses fournisseurs; de plus, elle s'est vu ouvrir les portes des sources primaires d'approvisionnement.

 

Comme ses prédécesseurs, M. Albert Dupuis s'est toujours intéressé aux problèmes de la classe ouvrière et a sans cesse veillé au bien-être des membres du personnel de la Maison. En 1930, le Saint-Siège a officiellement reconnu le dévouement de
M. Albert Dupuis à la cause syndicale en l'élevant à la dignité de Chevalier de l'Ordre Pontifical de Saint-Grégoire-le-Grand.

 

En octobre 1949, M. Raymond Dupuis, avocat et conseil en loi, du Roi, se porta acquéreur des intérêts majoritaires de Dupuis

Frères, Limitée. Fils aîné de M. Albert Dupuis, M. Raymond Dupuis est l'arrière-neveu de M. Nazaire Dupuis, le fondateur.

 

Depuis son entrée en fonction en octobre 1945, M. Raymond Dupuis a procédé à l'exécution d'un programme d'aggrandissement des édifices du magasin de la rue Sainte-Catherine. Une somme d'au delà de 3 000 000$ a été dépensée pour l'érection de deux nouvelles sections d'une superficie totale de plancher de plus de 150,000 pieds carrés, l'installation d'escaliers roulants, d'ascenseurs à passagers modernes, de facilités de transport de la marchandise et de la rénovation complète de l'aménagement du magasin. Une propriété adjacente à l'édifice du magasin a été achetée et reliée au magasin par un tunnel sous la rue Saint-Christophe. Les facilités de manutention de la marchandise dans l'édifice du comptoir postal ont été améliorées. Une courroie transporteuse et un système de tubes y ont été installés.

 

En 1947, M. Roland Chagnon, licencié en Sciences Commerciales de l'École des Hautes Études Commerciales de Montréal et

comptable agréé, faisait son entrée chez Dupuis Frères, Limitée. Il possédait déjà une vaste expérience dans l'exploitation

d'un magasin à rayons.

 

Une date importante à souligner est la fondation du comptoir postal, en 1921. Depuis déjà longtemps, la Maison Dupuis avait

dépassé les limites métropolitaines, et son rayon d'action couvrait la province. Pour desservir cette nombreuse clientèle

empêchée de se rendre fréquemment à l'établissement de la rue Sainte-Catherine, un comptoir postal s'imposait. 11 fut

inauguré au mois d'août 1921, par l'envoi de 20,000 catalogues de 32 pages, décrivant une liste de 587 articles. Maintenant,

plus d'un million de catalogues sont distribués chaque année et plus de 10,000 articles y sont annoncés. Cette publication

qui rend tant de services à la population éloignée des centres devient de plus en plus populaire.

 

Le magasin compte aujourd'hui 103 rayons et 66 services. La Maison emploie environ 1,650 personnes dont le dévouement et la

fidélité au travail sont des facteurs importants de son succès. Tous collaborent de tout coeur au progrès de l'entreprise.

 

Le conseil d'administration se compose des six membres suivants: Madame Albert Dupuis qui a été élue au conseil pour y

remplacer M. Albert Dupuis, Chevalier de l'Ordre Pontifical de Saint-Grégoire-le-Grand, décédé le 17 août 1945; M. Raymond

Dupuis, C.R., président de la Compagnie, depuis octobre 1915; M. Roland Préfontaine, D.Sc., vice-président; M. Roland

Chagnon, C.A., gérant général du magasin; M. Jean-Marc Lalonde, trésorier de la Compagnie; M. Charles-J. Dupuis, président de

Dupuis, Parizeau, Tremblay, Limitée, courtiers d'assurances agréés.

 

Quand vous passez rue Sainte-Catherine, vous apercevez une haute porte de bronze encadrée dans une façade de pierre

canadienne et de granit noir. C'est l'entrée d'un vaste édifice aux lignes modernes et élégantes, conçu par l'architecte

Henri-S. Labelle. C'est Dupuis Frères, Limitée, le plus grand magasin canadien, fondé par Nazaire Dupuis, en 1868.

 

Ne soyez pas étonnés en comparant cet édifice avec la modeste boutique du début, car l'esprit de la Maison est toujours

demeuré le même; il s'est adapté au cours des années, selon les nécessités commerciales, selon l'évolution des idées et des

moeurs, selon les progrès de la ville, mais il n'a pas varié en ses éléments essentiels. Sa devise est demeurée: Qualité,

Service, Économie.

 

Des institutions fortes sont un puissant actif pour une nation. Ce sont autant de bastions qui marquent sa conquête et

assurent son avenir. C'est pourquoi la Maison Dupuis Frères, Limitée, est chère aux Canadiens. De plus, ceux-ci sont fiers de

constater que les leurs peuvent aussi réussir là où d'autres ont connu des succès qui doivent demeurer pour tous des sources

fécondes d'émulation.

 

Voilà une entreprise qui a été intimement liée au progrès de notre ville et de nos compatriotes. Elle est associée à de nombreuses initiatives de notre collectivité, elle joue un rôle prépondérant dans la vie de notre groupe ethnique.

 

La Maison Dupuis Frères, Limitée, poursuit sa marche glorieuse vers de nouveaux sommets.

 

Signé: Roger Duhamel


Ce texte de monsieur Roger Duhamel fut écrit, je vous le rappelle, en juin 1952.

 

En bref:

 

En 1868, Nazaire Dupuis (1844-1876) quitte Saint-Jacques-de-l'Achigan pour Montréal, où il ouvre un commerce en association avec son frère Odilon. Ce commerce prendra, plus tard,  le nom de La Maison Dupuis Frères, Limitée, le grand magasin à rayons des canadiens, situé dans l'est de Montréal.

 

À la mort de Nazaire, le commerce est repris par ses frères, sous la raison sociale de Dupuis Frères... .  Le magasin de la rue Sainte-Catherine a fermé définitivement ses portes en 1978.

 

 

Un Dupuis à Chertsey

 

Armand Dupuis, ingénieur de formation, fait l'acquisition du lot 24, du 5e rang du canton de Chertsey, en 1977.  L'année suivante, ils fait construire, par Adolphe Flageol (1900-1980), un chalet de neuf pièces sur le bord du lac Daly [aujourd'hui le chalet des moniteurs du camp Boute-en-Train]. Plus haut se trouvait une maison de ferme habitée par un nommé Boudreau. Cette maison est acquise par Adolphe Flageol et son épouse, Éva Bergeron. Monsieur Flageol qui, jusqu'en 1937, était le chauffeur d'Armand Dupuis, devient le gérant de la ferme et du domaine. Au décès d'Armand Dupuis, en 1943, une fudicie gère le domaine de Chertsey. En 1949, Mme Dupuis vend le domaine de son défunt mari, aux Frères du Sacré-Coeur, qui ont l'intention de construire un juvénat et un camp à l'usage des frères au lac Dupuis [Daly].

 

 

... Depuis,

 

Dupuis Frères limitée est fondé à Montréal par Joseph-Nazaire Dupuis, en 1868.

 

 Ce magasin à rayons situé dans l'est de Montréal, loin du centre des affaires de l'époque, concurrençait les grands magasins anglophones.

 

En 1876, suite au décès de Nazaire Dupuis, la famille participera directement à la gestion de l'entreprise.

 

Puis en 1961, en assumant le contrôle de Dupuis, la Corporation de valeurs Trans-Canada, sous la présidence de Jean-Louis Lévesque, permettra à cette maison de passer au rang d'entreprise nationale.

 

Par ailleurs, en 1966, la compagnie de gestion Sogena inc., par son président, Marc Carrière, acquiert les intérêts majoritaires de la Compagnie.

 

Le 13 août 1975, lors d'un refinancement, le contrôle de Dupuis passe aux mains d'un groupe d'hommes d'affaires dont le président est Edmond Frenette. Cette institution canadienne se mettra sous la loi de la faillite en 1978.

 

Le mandat de Dupuis Frères était de réaliser des profits et de faire prospérer l'entreprise. Durant toute son évolution, sa devise est demeurée: qualité, service et économie.

 

 

Le fonds d’archives Dupuis Frères, à l’École des HEC



L’École a récemment hérité des archives de la maison Dupuis Frères limitée, magasin à rayons bien connu de plusieurs générations de Québécois, et particulièrement de Montréalais. Très riche, le fonds couvre une période s’étalant de 1868, année de la création du premier commerce de Nazaire Dupuis, jusqu’à la fermeture de l’entreprise, en 1978. Durant plus d’un demi-siècle, Dupuis Frères a été un symbole de la réussite économique des Canadiens dans le domaine du commerce de détail. 

 

 

Les chercheurs trouveront entre autres dans ce fonds d’archives les procès-verbaux du conseil d’administration, les documents financiers de l’entreprise et les premières conventions collectives de travail d’un magasin de détail. Pas moins de 160 photographies accompagnent ces documents et témoignent de l’évolution administrative de Dupuis Frères et de son influence sur la communauté de l’époque. Le fonds Dupuis Frères a été remis à l’École par le syndic Coopers & Lybrand.

____

 

Autres sources:

 

Histoire de Chertsey

 

http://www2.hec.ca/archives/privees/P049.html

 

http://neumann.hec.ca/echanges/ech15n08.htm#c4

 

http://collectionscanada.ca/cataloguesdevente/029006-150-f.php?&uid=029006-

nlc004039&uidc=recKey&&PHPSESSID=cg3mpabikcltul5mbpp0dibis3

Mots-clés: Dupuis Frère Montréal



signets:



Visionner 1 - 4 de 4 Commentaires

De: Pilote_Qc
05/23/2010 22:00:09

Un grand merci Lise et Diane, de votre très généreuse contribution visant à enrichir ce blogue d'éléments nouveaux et très à propos.


 


Amicalement,


Viateur



De: Pilote_Qc
05/23/2010 13:25:33
[...si vous le permettez j'ajouterai votre article à mes dossiers sur le magasin Dupuis Frères.



http://genealogie.planete.qc.ca/blog/view/id_2218/name_lisejolin/title_Nazaire-Dupuis-et-la-Maison-Dupui s-Fr-res/ ]



 


Bon dimanche Lise, libre à vous d'inclure cet article à vos données actuelles: dailleurs, avant de mettre en ligne un nouvel article, je m'assure, à l'aide du moteur de recherche de Planète, qu'il n'existe pas d'ouvrage similaire de publié sur le Site. Mais, dans ce cas-ci, même si j'effectue une recherche avec les mots dupuis, frère et /ou montréal, jamais je ne vois apparaître votre page mentionnée en tittre, parmi les premières trouvées   ---mystère... . Sinon, j'aurais moi-même incorporé mon texte à votre ouvrage, comme je l'ai fait avec La Bataille De La Coulée Grou.  Alors, il me faudra certainement reviser ma façon de rechercher des textes, à l'avenir. Merci.


 



De: lisejolin
05/23/2010 05:20:19

Bonjour,


 


Ce texte sur Nazaire Dupuis est pour moi fort intéressant. 


Il y a plus d'un an, j'avais  écrit un petit quelque chose sur Nazaire Dupuis et son magasin.  Ce qui m'avait frappé était que les propriétaires avaient su gardé l'identité 'canadienne française' de Dupuis Frères.


 


Viateur, si vous le permettez j'ajouterai votre article à mes dossiers sur le magasin Dupuis Frères.


 


http://genealogie.planete.qc.ca/blog/view/id_2218/name_lisejolin/title_Nazaire-Dupuis-et-la-Maison-Dupui s-Fr-res/ 


 


Lise



De: Pilote_Qc
05/22/2010 13:21:02

Bonjour Diane, d'abord merci pour votre participation à ce blogue. Moi-même, je viens de trouver le présent article de monsieur Roger Duhamel, portant sur des descendant Acadiens, de Saint-Jacques, dans Lanaudière. Avec vous, je découvre certains personnages ayant travaillés chez Dupuis Frères. Une recherche Google sur le Net, et j'obtiens les adresses


suivantes, concernant Armand-J. Dugal ou Armand-Joseph Dugal:


 


Canadian Register - Dupuis Freres, Montreal


 


http://www.lib.uwo.ca/programs/companyinformationcanada/cr-dupuis.htm


 


Supplement to the London Gàzette, I juillet, 1946


 


http://www.gazettes-online.co.uk/issues/37633/supplements/3334
____


 


 


De plus, vous nous faites découvrir l'épouse de ce monsieur Dugal, madame Diana-Eulalie Lecours. J'ai renseigné ma base de donnée de cette information supplémentaire, sans tarder. Toutes autres informations ou photos seraient certainement bienvenue, ici.
____


 


 


D'autres part, l'ascendance de monsieur Nazaire Dupuis, selon ce que j'ai pu obtenir de Mes-Aïeux et BMS2000, ainsi que cetaines bases de données, sur Planète Généalogie et Histoire, nous donne:


 


Ascendance complète de Dupuis Nazaire, 1


1 Dupuis Nazaire Nazaire (° 1844 + 1876 )
2 Dupuis Joseph Joseph ( x 1843 )
3 Richard Euphrasie ( x 1843 )
4 Dupuis Alexis Alexis ( x 1811 )
5 Thibodeau Marguerite ( x 1811 )
6 Richard Daniel Daniel (° 1775 x 1799 )
7 Richard Marguerite ( x 1799 )
8 Dupuis Joseph Joseph ( x 1780 )
9 Amirault Anne ( x 1780 )
10 Thibodeau Joseph Joseph ( )
11 Leblanc Isabelle ( )
12 Richard Victor Victor (° 1736 )
13 Bourgeois Ludivine (° 1735 )
14 Richard Joseph Joseph (° 1718 x 1743 + 1757 )
15 Leblanc Madeleine (° 1721 x 1743 )
16 Dupuis Joseph Joseph ( x 1777 )
17 Hébert Marguerite ( x 1777 )
18 Amirault Pierre Pierre ( )
19 Robichaud Anne ( )
28 Richard René René (° 1688 x 1712 + 1776 )
29 Thériot Marguerite (° 1693 x 1712 + 1777 )
32 Dupuis Germain Germain (° 1722 x 1746 + 1782 )
33 Leblanc Angélique (° 1722 x 1746 + 1787 )
34 Hébert Alexandre Alexandre ( )
35 Mirault Josette ( )
56 Richard René René (° 1667 x 1712 + 1676 )
57 Landry Madeleine (° 1656 x 1712 )
58 Thériot Claude Claude (° 1636 x 1661 + 1725 )
59 Gotreau Louise (° 1647 x 1661 + 1732 )
64 Dupuis Germain Germain (° 1688 x 1717 + 1776 )
65 Granger Marie (° 1696 x 1717 + 1776 )
66 Leblanc Pierre Pierre (° 1685 + 1769 )
67 Landry Françoise (° 1693 + 1767 )
112 Richard Michel Migrant Michel Migrant (° 1630 x 1655 + 1687 )
113 Blanchard Madeleine (° 1640 x 1655 + 1683 )
114 Landry René René (° 1618 x 1645 + 1685 )
115 Bourg Perrine (° 1620 x 1645 + 1686 )
116 Thériot Jean Jean (° 1601 x 1635 + 1686 )
117 Brault Perrine (° 1611 x 1635 + 1686 )
118 Gotreau François François (° 1613 x 1636 + 1693 )
119 Lejeune Edmée (° 1623 x 1636 + 1697 )
128 Dupuis Martin Martin (° 1664 x 1686 + 1713 )
129 Landry Marie (° 1670 x 1686 + 1746 )
130 Granger René René (° 1676 x 1695 + 1740 )
131 Thériot Marguerite (° 1678 x 1695 + 1740 )
132 Leblanc Antoine Antoine (° 1662 x 1681 + 1730 )
133 Bourgeois Françoise (° 1664 x 1681 + 1741 )
134 Landry Antoine Antoine (° 1660 x 1681 )
135 Thibodeau Marie (° 1660 x 1681 + 1671 )
224 Richard André André ( )
225 Paullin Michelle ( )
226 Blanchard Jean Jean (° 1611 x 1642 + 1655 )
227 Lambert Radegonde (° 1612 x 1642 + 1686 )
228 Landry Claude Claude (° 1593 + 1671 )
229 Minguet Barbe (° 1600 + 1686 )
230 Bourg Simon Simon (° 1583 x 1609 + 1681 )
231 Comtée Hélène ( x 1609 )
234 Brault René René (° 1590 )
235 Renaulme Marie (° 1595 )
256 Dupuis Michel Michel (° 1632 x 1654 + 1700 )
257 Gotreau Marie (° 1636 x 1654 )
258 Landry René René (° 1634 x 1659 + 1692 )
259 Bernard Marie (° 1644 x 1659 + 1719 )
260 Granger Laurent Laurent (° 1637 x 1666 + 1697 )
261 Landry Marie (° 1646 x 1666 + 1717 )
262 Thériot Bonaventure Bonaventure (° 1640 x 1670 + 1731 )
263 Boudrot Jeanne (° 1645 x 1670 + 1710 )
264 Leblanc Daniel Daniel (° 1626 x 1645 + ca 1695 )
265 Gaudet Françoise (° ca 1623 x 1645 + ca 1698 )
266 Bourgeois Jacques Dit Bourgeois Jacques Dit Bourgeois (° 1621 x 1644 + 1699 )
267 Trahan Jeanne (° 1629 x 1644 + 1714 )
268 = 258 Landry René René (° 1634 x 1659 + 1692 )
269 = 259 Bernard Marie (° 1644 x Marie (° 1644 x 1659 + 1719 )
270 Thibodeau Pierre Pierre (° 1631 x 1659 + 1704 )
271 Thériot Jeanne (° 1643 x 1659 + 1726 )
452 Blanchard Guillaume Guillaume (° 1590 x ca 1610 + < 1671 )
453 Poirier Huguette (° 1594 x ca 1610 + < 1671 )
454 Lambert Jehan Jehan ( x 1628/1629 )
455 Maiden ; Maiden Micmac ( x 1628/1629 )
458 Sallé Jean-Denis Jean-Denis ( )
459 Arneau Françoise ( )
512 Dupuis Martin Martin (° 1612 + 1670 )
513 Thériault Perrine ( )
514 = 118 Gotreau François François (° 1613 x 1636 + 1693 )
515 = 119 Lejeune Edmée (° 1623 x Edmée (° 1623 x 1636 + 1697 )
516 = 228 Landry Claude Claude (° 1593 + 1671 )
517 = 229 Minguet Barbe (° 1600 + 1686 )
518 Barbe (° 1600 + 1686 ) 518 Bernard André André (° 1620 x 1642 + 1673 )
519 Guyon Andrée Migrant (° 1627 x 1642 + 1680 )
522 = 114 Landry René René (° 1618 x 1645 + 1685 )
523 = 115 Bourg Perrine (° 1620 x Perrine (° 1620 x 1645 + 1686 )
524 = 116 Thériot Jean Jean (° 1601 x 1635 + 1686 )
525 = 117 Brault Perrine (° 1611 x Perrine (° 1611 x 1635 + 1686 )
526 Boudrot Michel Michel (° 1601 x 1640 + 1685 )
527 Aucoin Michelle (° 1618 x 1640 + 1706 )
528 Leblanc René René (° 1598 x 1620 )
529 Gaudet Jeanne (° 1600 x 1620 )
530 Gaudet Jean Jean (° 1575 x 1598 + 1671 )
531 Dassy Françoise ( x 1598 + 1628 )
532 Bourgeois Nicolas Jacques Nicolas Jacques ( x 1597 + ca 1620 )
533 Grandjean Marguerite ( x 1597 )
534 Trahan Guillaume Guillaume (° 1611 x 1627 + 1683 )
535 Charbonneau Françoise (° 1599 x 1627 + 1665 )
540 Thibodeau Mathurin Mathurin ( )
541 Dolbeau Marie ( )
542 = 116 Thériot Jean Jean (° 1601 x 1635 + 1686 )
543 = 117 Brault Perrine (° 1611 x Perrine (° 1611 x 1635 + 1686 )
____


 


 


et le livret familial de ses parents donne:


 


1. Dupuis Joseph, Génération I


Fils de Dupuis Alexis - 2 -
et de Thibodeau Marguerite - 3 -


 


Premier enfant de Alexis et Marguerite.


 


Marié le mardi 14 novembre 1843 à Saint-Jacques-de-l'Achigan, Saint-Jacques-de-L'Achigan, avec Richard Euphrasie, fille de


Richard Daniel
Né en 1775 à Saint-Jacques-de-l'Achigan.
et de Richard Marguerite


 


Premier enfant de Daniel et Marguerite.


 


8 enfants sont nés de cette union:


o Dupuis Nazaire
Né en 1844 à Saint-Jacques-L'Achigan.
Marié le mercredi 9 février 1870 à Montréal, Marie-Reine-Du-Monde avec Saintonge Alphonsine
Décédé en 1876 à Montréal à l'âge de 32 ans.


o Dupuis Odilon
Marié le mercredi 17 mai 1876 à Joliette avec Foucher Eugénie


o Dupuis Napoléon
Marié le lundi 25 avril 1881 à L'Assomption avec Lévêque Mélanie


o Dupuis Alexis
Marié le mardi 26 octobre 1880 à Montréal, Notre-dame avec Talon Hermine
Décédé en 1896 à Montréal.


o Dupuis Narcisse


o Dupuis Eugène


o Dupuis Alfred


o Dupuis Jean


Marié le mardi 25 novembre 1890 à Montréal avec Harris Bertha
____


 


 


Tous cela est embryonnaire, bien sûr, mais donne certaines pistes aux chercheurs... .
________


 


 


n.b.: Excusez la présentation de ces écrits, mais j'ai beaucoup de difficultés à me servir de ce traitement de texte de Planète Généalogie et Histoire.







*** Planète Généalogie ***