RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Nations amérindiennes – À l’orée des bois
Ajouté le 08/19/2010 12:32:27 par CGagnon

Nations amérindiennes – À l’orée des bois

 

La publication de la traduction par Francine Lemay de À l’orée des bois et le visionnement du film Kanata – L’héritage des enfants d’Aataentsic m’ont amené à écrire ces quelques lignes, des notations, en commençant par ces mots de l’historien américain Francis Parkman :  « la civilisation hispanique a écrasé l'Indien; la civilisation britannique l'a méprisé et négligé; la civilisation française l'a adopté et a veillé sur lui. »  J’ajoute tout de suite ici que le mot adopté n’a pas dans cette phrase le sens qu’il avait chez les Iroquois, mot sur lequel je reviendrai plus loin.

 

Film très intéressant dont on pourrait faire deux parties assez distinctes : la version Sioui et la version Trigger; l’une philosophico-poétique, globalisante; l’autre, plus historique et différenciée, particularisante.

 

Je pense qu’il faut bien comprendre les termes utilisés dans les propos tenus :  En histoire, le mot Amérindiens est trop général pour parler d’une situation, d’un événement précis; l’ensemble des premiers habitants du continent ne s’entendaient pas tous si bien, chaque nation occupant son territoire, s’emparant de celui des autres…  Les Amérindiens avaient leurs conquérants…  Ils ne traversaient pas l'Atlantique, mais les frontières, les lacs, les forêts...

 

Par ailleurs, les écrits sur l’histoire des Iroquoiens du Saint-Laurent ne parviennent pas à bien désigner les occupants des lieux.  Ce qui leur est advenu paraît passablement mystérieux.  Il est clair cependant que la Confédération des nations iroquoises occupaient un territoire situé maintenant aux Etats-Unis et que les Wendats (Hurons) vivaient plus au nord, à l’est des Grands Lacs, en Ontario.  Si des Wendats se trouvent maintenant à Wendake, il existe des raisons; comme il y a des raisons pour les Abénaquis d’habiter Odanak.

 

Au musée des Abénaquis d’Odanak justement, j’ai vu une carte murale des nations amérindiennes au Québec, carte qui me fut une surprise et sur laquelle - j’en ai fait la remarque aux gardiens du lieu - on ne voyait même pas écrit le mot « huron » mais un peu partout le mot « iroquois »…  Je trouvai les Abénaquis très généreux eux qui, à ma petite connaissance, ne sont pas si prisés des autres nations amérindiennes.

 

Autre mot qui me donne à réfléchir, le mot « adoption ».  Il faut se méfier de mots, à première vue, d’apparence gentille et généreuse…  Il faudrait plutôt écrire, par exemple :  « adoption forcée ou obligée des Wendats par les Iroquois »…  Quant on a ou pas le choix entre la torture, la mort et l’adoption (comme l’ont eu les Wendats et bien d’autres), on choisit forcément l’adoption sous surveillance, adoption qui aboutit évidemment à l’intégration pure et simple et, occasionnellement, à la fuite.  Évidemment aussi, après des siècles, on préfère oublier ou l’on a oublié en effet, aidé par une histoire savamment et consciemment orientée… à l’aide de notions cosmogoniques, philosophiques, voire légendaires, que l’on applique à soi-même comme des vérités mais que l’on ridiculiserait chez les autres s’ils fondaient leurs prétentions sur des légendes...  Moi-même (- et vous-même -), philosophiquement et humainement, je suis frère de tous les hommes et gardien de la terre entière, petit frère des êtres de la terre et du ciel.

 

Mes connaissances limitées me permettent encore de penser que si les Français avaient aussi bien armé les Hurons que les Hollandais, puis les Anglais, ont armé les Iroquois (Mohawks et autres), ce sont les Wendats qui auraient fait un sort à leurs ennemis…  Alors, le cours de l’histoire du Canada n’aurait vraisemblablement pas été le même. Brièvement, au niveau de l’armement, disons que les alliés européens de la Confédération des Iroquois étaient moins scrupuleux que les alliés des Wendats.  Sans doute que la religion, chez les Français, animait plus à la paix qu’au génocide.

 

En terminant, j’ajoute que ma généalogie me permet de reconnaître parmi mes ancêtres, des membres de la nation wendat-huron dont je suis fier.  Je les nomme :

 

Marie-Olivier-Sylvestre Manitouabeouich n. 1620/1624 « huronne ». d. 1665-09-10, Québec. inh. 1665-09-12, Québec  (Notre-Dame).

Roch Manitouabeouich.  n. ca 1599, huron. m. Huronne.

Koueou Outchibahanou (Huronne).

 

 

CGagnon

 

Voir:

www.francinelemay.com/

www.onf.ca/.../Kanata_l_heritage_des_enfants_d_Aataentsic/

 

Mots-clés: Autochtones Amérindiens Orée Bois Kanata Aatae



signets:






*** Planète Généalogie ***