RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Laura Ingersoll, 1775-1868
Ajouté le 03/08/2012 05:11:58 par lisejolin

Vous connaissez sûrement l’histoire de Jeanne-Mance, Marguerite Bourgeoys, Marguerite d’Youville ou Madeleine de Verchères.  Mais qui était donc Laura Ingersoll ?  Et si je vous disais Laura Secord ?  Vous verriez  tout de suite des chocolats et de délicieux pouding.  Une chose cependant, c’est que la compagnie Laura Secord a été fondée en 1913 alors que Laura Secord est décédée en 1868.  Mais qu'avait donc fait lcette femme pour qu’une compagnie lui donne son nom?  

À travers mes recherches, j’ai constaté quelques points de la vie de Laura Ingersoll et James Secord étaient contradictoires.  Pour cette raison, j’ai inscrit une deuxième version des faits, en rouge et entre parenthèses. Vous direz comme moi, «cela ressemble étrangement aux derniers films dont vous avez à choisir le déroulement ou la fin de l’histoire». 

 

 

Guerre d'indépendance des États-Unis

 

La guerre d'indépendance des États-Unis oppose les colons britanniques (Patriotes) d’Amérique du Nord à la Grande-Bretagne, de  1775 à 1783.  À partir de 1777, d’autres puissances Européennes comme la France apportent leur aide aux ‘Patriotes’ et leur fournissent de la nourriture. Enfin, en 1783, le Traité de Paris reconnaît l'indépendance des États-Unis d'Amérique.

 

Le 13 septembre 1775 (date confirmée par sa petite-fille Louise Smith), Laura Ingersoll, fille aînée de Thomas et d’Elizabeth Dewey, naît à Great Barrington, au Massachusetts.  Au décès de sa mère en 1783, Laura, huit ans, s’occupe de ses trois jeunes sœurs pendant quelque temps, puis son père prend une deuxième, puis une troisième épouse dont il aura plusieurs autres enfants.

 

La dépression économique fait suite à l’Indépendance des États-Unis et Thomas Ingersoll est de ceux qui sont affectés par des difficultés financières.  Beaucoup de loyalistes partent des États-Unis pour aller en Grande-Bretagne et ailleurs dans des colonies britanniques.  Thomas Ingersoll choisit de s’installer sur une ferme dans le canton d’Oxford-Upon-The-Thames, dans le Haut-Canada (Ontario), en 1795, puis ouvre une taverne à Queenston. Laura 20 ans s’occupent de ses frères et sœurs et travaille semble-t-il à la taverne paternelle.  C’est là d’ailleurs qu’elle rencontre son futur époux, James Secord, marchand de son métier.  Le jeune homme était arrivé à Niagara avec ses parents, frères et sœurs en 1778.  Laura Ingersoll et James Secord s’épousent en 1797. 

 

Le couple Ingersoll / Secord s’installe d’abord dans un petit établissement à St Davids, puis déménage à Queenston.  C’est à ce dernier endroit, au début de la guerre de 1812, qu’on les retrouve avec cinq de leurs sept enfants. James et Laura ont deux domestiques, une modeste maison de bois et un commerce florissant de vêtements et d’articles ménagers. James est sergent dans le premier régiment de la milice de Lincoln. 

 

Guerre de 1812

 

La guerre anglo-américaine de 1812, appelé aussi ‘seconde guerre d’indépendance’ (guerre de 1812) oppose  toujours  les États-Unis et l’Empire Britannique et s’est déroulée du 18 juin 1812 au 12 février 1815.  En octobre de la même année, Laura va se réfugier chez un ami avec ses enfants. 

 

Une des premières attaques américaines de la guerre de 1812 a lieu à Queenston Heights en Ontario et c’est lors de cette bataille que James Secord est porté disparu.  Mme Laura Secord se rend donc sur place pour retrouver son homme dans un triste état, blessé par balle à la jambe (blessé grièvement, James fait venir sa femme auprès de lui).  Elle le ramène à la maison pour le soigner avec toute l’énergie dont elle est capable.  James Secord ne se remettra jamais complètement des blessures reçues au combat.

 

Au printemps 1813, les troupes américaines occupent la rive canadienne de la rivière Niagara. La plupart des hommes faits prisonniers par les Américains  sont envoyés aux États-Unis mais exceptionnellement, l’état de santé de James leur permet de rester au pays.  Cependant il y a une condition.  Il faudra héberger des officiers américains.  Le 21 juin 1813, une réception est donnée en l’honneur du colonel Boerstler, commandant des forces américaines à Queenston (Des officiers se présentent à la maison des Secord et demande à manger.  C’est au cours du repas...) et Laura Secord entend quelques officiers parler entre eux.  Il est question de prendre par surprise l’avant-poste de Beaver Dams et d’y capturer son officier en charge, le lieutenant James FitzGibbon. Comme la blessure à la jambe de James Secord ne lui permet pas de se déplacer facilement, Laura décide d’aller elle-même avertir le lieutenant FitzGibbon de l’attaque qui se prépare.  Laura part très tôt le lendemain matin.

 

Laura Secord doit parcourir une distance de douze milles environ avant d’atteindre sa destination.  Pour ne pas éveiller les soupçons de la patrouille américaine, elle fait un détour du côté de son demi-frère qui est alité, ce qui lui servira d’excuse en cas de besoin.  Sa nièce Elisabeth fait un bout de chemin avec elle  mais, trop fatiguée, elle laisse sa tante Laura continuer seule sa route. 

Suivant le ruisseau, tantôt traversant à travers les champs ou les bois, Laura marche presque sans arrêt, durant dix-huit heures. Malgré la température chaude de juin, la perte d’une chaussure (sa chaussure se serait-elle brisée en cours de route?) et la fatigue, Laura parvient à un campement Amérindien (elle rencontre des guerriers autochtones) où elle demande de l’aide pour la conduire à l’avant-poste de FitzGibbon. Laura aura parcouru une vingtaine de milles, de Queenston à Beaver Dams mais elle a enfin livré son message.  Épuisée,  Laura Secord se serait ensuite «écrouler de sommeil».

 

Malgré les informations reçus de Laura Secord, le lieutenant FitzGibbon doit attendre d’avoir plus de détails avant d’agir.  Des éclaireurs autochtones lui rapportent ensuite l’avancement des troupes américaines et le lieutenant peut maintenant organiser une embuscade avec l’aide de quatre cents hommes Autochtones, des tribus Caughnawagas, Mohawks et Six-Nations.

 

Le 24 juin 1813, les troupes américaines du colonel Charles Boerstler sont arrêtées par les Britanniques et les Amérindiens dirigés par Dominique Ducharme et le capitaine William Kerr.  James FitzGibbon fait croire au colonel Boerstlers à l’arrivée d’autres soldats mais c’est surtout à cause de «la peur semée par les autochtones»  que les Américains rendent les armes à Beaver Dams.  Le traité de paix est signé cette même année. 

 

La bataille de Beaver Dams  aura fait une soixantaine de morts chez les soldats américains et cinq chez les Mohawks.  On dit que cette bataille est l’une des plus célèbres au Canada car «si les Américains avaient été victorieux à Beaver Dams, ils auraient pu s’emparer de toute la région de Niagara.»  Un monument rappelle la bataille de Beaver Dams près de Thorold, en Ontario (photo : www.ontarioplaques.com)

 

 

Aide et reconnaissance

 

Les Secord vivent pauvrement durant les années d’après-guerre, James Secord reçoit seulement une petite pension ‘à cause de ses blessures de guerre’.  A partir de 1828, il est nommé greffier, puis en 1833,  juge du tribunal des successions et tutelles de Niagara’.  Deux ans plus tard, James devient percepteur de douanes à Chippawa, où il demeure. James Secord meurt en 1841, laissant son épouse dans le besoin. Laura Secord a beau demander de l’aide du gouvernement mais ses lettres demeurent sans réponse.  Elle doit alors tenir une école (quelque temps) pour enfants dans sa propre demeure. La famille Ingersoll/Secord vit dans cette maison ‘en bois’ (29 Queenston Street, Queenston, Ontario), de 1803 à 1835.   Restaurée en 1971-1972, puis en 2011, la maison des Secord est maintenant un musée et ses visites guidées nous présentent Mme Secord.  On y retrouve aussi des expositions de meubles et objets de cette époque.

 

En 1860, le prince de Galles (futur Édouard VII) est en visite au Canada et Laura Secord en profite pour lui remettre un mémoire lui rapportant les services qu’elle a rendus à son pays durant la Guerre de 1812.  Elle ne demande pas nécessairement de l’argent, mais un poste qui pourrait la faire vivre.  Ce n’est cependant qu’en Angleterre que le Prince prendra connaissance du document en question et enverra de l’argent en récompense de ses services. 

 

C’est seulement à partir de ce moment (1860) que l’héroïsme de Laura Secord est reconnu publiquement.  Des pièces de théâtre comme «Marche, Laura Secord» et des poésies sont écrites.  Des livres romancés sont aussi publiés de telle sorte que l’histoire qu’on retrouve ici et là devient contradictoire. 

 

Après avoir reconnu la participation de Laura Secord à la bataille de Beaver Dams, plusieurs hommages lui sont rendus.  --- Deux monuments sont érigés en son honneur : l’un à Lundy’s Lane en 1901 et l’autre à Queenston Heights en 1910.  --- Son portrait est suspendu au parlement de Toronto et un hall commémoratif est établit à la Laura Secord School à Queenston.  --- À Ottawa, le Monument aux Valeureux comprenant neuf bustes et cinq statues, dont une de Laura Secord, rend hommage à nos héros militaires.  --- Une plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada (CLMHC) est dévoilée par le Gouvernement du Canada, le 25 mai 2006 à Queenston, Ontario : « La contribution méritoire de Laura Secord à la défense du Haut-Canada pendant la guerre de 1812 est inestimable. En commémorant son héroïsme, nous voulons que tous les Canadiens et Canadiennes connaissent son histoire et soient inspirés par sa force et sa bravoure. » (Ministre Ambrose)

 

En 1913, Frank P. O’Connor fonde la chocolaterie Laura Secord à Toronto.  En choisissant le nom ‘Laura Secord’ pour sa société, M. O’Connor veut souligner la bravoure et la loyauté de Mme Secord à son pays.  Dans son appartement situé au-dessus de son petit commerce, rue Yonge, à Toronto, M. O’Connor confectionne ses chocolats à la main.  Entre 1920-1930, des magasins sont ouverts à Winnipeg et les pharmacies vendent les produits ‘Laura Secord’.  Dans la décennie suivante, on voit s’ouvrir d’autres magasins au Québec et en Ontario pour totaliser 96 magasins.  Une publicité mettant en vedette René, Régis et Nathalie Simard est très populaire à une certaine époque : «Qu'est-ce qui fait donc chanter les p'tits Simard ?  C'est les p'tits poudings Laura Secord.(…)»La société ‘Laura Secord’ a été vendue plusieurs fois depuis sa fondation mais depuis février 2010, elle est la propriété de  Messieurs Jean et Jacques Leclerc, de Nutriart, ancienne division de l’entreprise familiale des Biscuits Leclerc.  La confiserie ‘Laura Secord’ est encore à ce jour «le chocolatier le plus important et le plus connu du Canada».

 

 

Documents officiels…

 

Malgré toutes les contradictions de cette recherche, quelques documents officiels viennent corroborés les faits concernant la marche et la Bataille de Beaver Dams de 1812.  Les pétitions que Laura et James Secord ont adressées au gouvernement pour obtenir une pension et des écrits de FitzGibbon soutenant les demandes des Secord en 1820 et en 1827 font partis de ces précieux documents.  Il faut citer aussi le mémoire adressé par Laura Secord au prince de Galles en 1860 et deux lettres de Mme Secord dont l’une raconte sa marche vers Beaver Dams.

 

 

Attestation de FitzGibbon, février 1820

 

Dans un rapport du lieutenant FitzGibbon, on peut lire: « Chez [John] De Cou, vers sept heures ce matin, j’ai appris que [...] l’ennemi [...] avançait vers moi. »  mais il ne mentionne aucunement le nom de Laura Secord ni la date exacte de l’intervention.  Cependant dans sa deuxième attestation datée de 1827, le lieutenant affirme que Mme Secord est venue le voir « le 22e jour de juin 1813 », et que, grâce à ses dires, il a pu faire en sorte d’arrêter les Américains. … FitzGibbon se rappelle une femme à la «silhouette mince et d’une apparence délicate» qui a su montré courage et persévérance.   Dans un autre témoignage de FitzGibbon de 1837, le lieutenant dit avoir été averti par Laura Secord d’une attaque par les Américains mais encore une fois, aucune date n’est mentionnée. FitzGibbon affirme lui-même «avoir écrit son témoignage de mémoire et dans un moment où il était très pressé.»  

 

Laura Secord est reconnu officiellement ‘personne d’importance historique nationale’ (en 2006) mettant en avant-scène les contributions des femmes au pays.  Une question reste pourtant sans réponse : «pourquoi l’apport de Laura Secord à cette victoire a-t-il été gardé secret à l’époque   

 

 

 

Lise Jolin

 

SOURCES

 

http://canada.grandquebec.com/biographies/laura-secord/

http://canada.grandquebec.com/histoire-canada/bataille-beaver-dams/

http://canada.grandquebec.com/ontario/maison-laura-secord/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_anglo-am%C3%A9ricaine_de_1812

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d%27ind%C3%A9pendance_des_%C3%89tats-Unis

http://fr.wikipedia.org/wiki/Laura_Secord

http://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_aux_Valeureux

http://timbreshistoire.blogspot.com/2011/05/laura-secord-et-la-guerre-anglo.html

http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=4507

http://www.eighteentwelve.ca/?q=fra/Topic/168

http://www.galafilm.com/1812/f/people/secord.html

http://www.journaldequebec.com/journaldequebec/actualites/quebec/archives/2011/03/20110322-214527.html

http://www.laurasecord.ca/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=52&Itemid=54

http://www.ontario.ca/fr/about_ontario/007499.html

http://www.pause.pquebec.com/sujet/laura-secord.htm

http://www.pc.gc.ca/APPS/CP-NR/release_f.asp?bgid=834&andor1=bg

http://www.pc.gc.ca/APPS/CP-NR/release_f.asp?id=1000&andor1=nr

http://www.thecanadianencyclopedia.com/articles/fr/bataille-de-beaver-dams

http://www.thecanadianencyclopedia.com/articles/fr/laura-secord

http://www.youtube.com/watch?v=oEuURBfOWgA)  - vidéo publicité Laura Secord

 

Mots-clés: Laura-Secord Chocolat Indépendance Guerre-1812 Fitzgibbon -Beaver-Dams



signets:



Visionner 1 - 2 de 2 Commentaires

De: Pilote_Qc
03/16/2012 19:29:58

C'est bizarre Lise, car quand j'ai aperçu votre titre [Laura Ingersoll], sans connaître son nom véritable, j'ai tout de suite pensé à Laura Secord.  C'est sans doute à cause de l'odeur de chocolat que m'inspire son prénom... .  De plus, il y a deux semaines à peine, je racontais son épopée pour contribuer à la sauvegarde du pays. Cependant, votre narration des événements m'aurait été d'un grand secours à ce moment là. Aussi je vais noter soigneusement l'adresse de votre blogue savoureux. 


 




De: lisejolin
03/08/2012 05:59:02

Statue de Laura Secord au Monument aux Valeureux à Ottawa



 







*** Planète Généalogie ***