RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Jacques Grenier, 1823-1909
Ajouté le 04/27/2013 06:35:45 par lisejolin

Riche commerçant francophone, président de la Banque du Peuple et maire, Jacques Grenier occupe aussi plusieurs autres postes bien en vus de Montréal dont administrateur de l’université Laval à Montréal, commissaire des écoles catholiques de Montréal (CECM) et marguillier de la paroisse Notre-Dame.

 

Famille Antoine Grenier / Josephte Boulard 

 

Antoine Grenier, navigateur épouse en première noce Angèle McKay vers 1809.  Un fils connu est né du couple Grenier / McKay : Guillaume Antoine Grenier est né et baptisé le 01 mars 1812 à Berthierville.  Son parrain et sa marraine sont Christophe Frederik  et Rose Baron Osterout.  Angèle McKay Grenier meurt le 13 décembre 1812 et est inhumée le 14 décembre suivant au cimetière de Berthierville.  Angèle avait seulement vingt-six ans.

 

 

Antoine épouse ensuite Josephte Boulard  le 27 mai 1816, Ste-Geneviève, Berthierville (Co Berthier), Qc.  Marie Josephte, fille de Joseph Boulard / Marie-Angélique Enault, est née 19 mai 1799 et baptisée le 20 mai 1799 à Berthierville.  Son parrain et sa marraine: Charles Énos (Charles Enos / Angélique Brunelle) et Suzanne Philippe (Jean Philippe / Elisabeth Christian), se sont mariés le 15 juillet 1799 à Berthier. 

 

 

 

Au moins onze enfants naissent de l’union Grenier / Boulard en la paroisse Ste-Geneviève de Berthierville : --- Joseph né 21 janvier 1818 et baptisé le lendemain, l’enfant a son oncle Joseph Grignier=Grenier pour parrain et Geneviève Bourgouin-Giroux pour marraine.  Navigateur de métier, il  épouse Julie Nolin (Jean Nolin / Geneviève Pizanne) le  19 avril 1841 Ste-Geneviève, Berthier, Qc ;  --- Antoine, née et baptisé le 02 avril 1820 a pour parrain et marraine Jean-Baptiste McBean et Flavie Leclair;  --- Jacques est né le 20 janvier 1823 et baptisé le 21 janvier suivant.  Louis Gost et Suzanne McKay, parrain et marraine, et Antoine Grenier, père de l’enfant, ont signé le registre de la paroisse.  Jacques, marchand de Montréal, épouse Marie Louise Fernay=Fernet=Frenette (Jean Fernay / Marguerite Ciquard) le  29 avril 1845, Ste-Geneviève, Berthier, Qc.  Le couple aura deux fils : Jacques fils, comptable de métier et Gustave, qui épouse Clara Birtz (Wilfrid Birtz / Philomène Benoît) le 05 mai 1886 St-Denis-sur-Richelieu, Co St-Hyacinthe, Qc.  Jacques Grenier père  meurt en 1909.  ;  --- Marie Charles Angélique née le 12 mars 1825 et baptisée le lendemain a pour marraine Marie Charles McKay;  --- Julie meurt le 13 septembre 1828 à l’âge de un an.  Elle est inhumée le 14 du mois courant à Berthierville;  --- Norbert Hermel né le 19 juin 1829 et baptisé le 21 juin suivant a pour parrain et marraine, Pierre Plamondon et Françoise Lafontaine;  --- Caroline, née 21 juin 1831 et baptisée le 22 juin 1831 a Charles Grenier pour parrain.  La jeune femme épouse Hilaire Drolette=Drolet, commerçant (Jean-Baptiste Drolette / Angélique Mondor) le 07 février 1853, St-Aimé-de-Richelieu, Qc.  Caroline meurt le 12 déc. 1884 à l’âge de 52 ans.  Elle est inhumée le 16 du même mois,  à St-Aimé-de-Richelieu;  --- Louise Caroline est née et baptisée le 17 mars 1833.  Sa marraine est Julie Provost;  --- Cléphire-Marie épouse Joseph Pépin (Joseph Pépin / Marguerite Lavallée) le   23 mai 1853 St-Aimé de-Richelieu, Qc.  Elle meurt à l’âge de 57 ans, le 24 mars 1893 et est inhumée le  27 mars suivant à St-Aimé de Richelieu,Qc;  --- David-Daniel, commis marchand, épouse Flavie Barré (Nicolas Barré /Claire Gareau) le 14 juillet 1856, Notre-Dame, Montréal, Qc.  Il meurt le 19 juillet 1894 à l’âge de 57 ans.  Il est inhumé le 21 juillet suivant dans le cimetière de la paroisse St-Clément, Co Beauharnois, Qc;  --- Édouard, né et baptisé le 23 décembre 1839 a pour parrain Jean-Baptiste Chaput. Commis marchand de métier, Édouard épouse Aurélie Brault-Pominville (François Brault-Pominville/ Emilie Lemay-Delorme) le 01 oct. 1861, basilique Notre-Dame, Montréal, Qc; 

 

Antoine Grenier, père de Jacques, meurt le 14 octobre 1866 à l’âge de 79 ans.  Il est inhumé le  16 octobre suivant dans le cimetière de  St-Aimé-de-Richelieu, Qc.  Son épouse, Josephte Boulard, meurt le 12 janvier 1879 d’une inflammation des intestins, à l’âge de 78 ans.  Elle est inhumée dans le même cimetière que son époux, le 16 janvier 1879 du mois courant.

 

 

Jacques Grenier

 

 

Jacques Grenier, 1881

 

A Berthierville, le 29 avril 1845, Jacques Grenier, marchand, domicilié en la paroisse de Montréal,  épouse Louise Fernet, fille de Jean-Baptiste Fernay et Marguerite Ciquard. Jacques et Louise ont signé le registre de mariage.  On ne connaît que deux enfants adultes de ce couple : ---  Jacques Adolphe, 09 juin 1855 et baptisé le lendemain à la Basilique Notre-Dame de Montréal en présence du parrain et de la marraine, soient Jean Fernet et Charlotte Hudon dite Beaulieu.  Jacques Grenier fils est comptable à l’inhumation de son père ; --- Alexis Gustave est né le 20 février et baptisé le 21 février 1862, au même endroit que son frère.  Le parrain est Alexis Dubord et la marraine, Adelaïde Fernet.  Gustave épouse Philomène Céleste Clara Birtz Desmarteau (Wilfrid Birtz Desmarteau / Philomène Benoît) le 05 mai 1886 St-Denis-sur-Richelieu, Co St-Hyacinthe, Qc. La mariée signe Clara Desmarteau sur le registre de la paroisse. 

 

Jacques Grenier père et son épouse sont parrain et marraine de Jacques David Adolphe Grenier, baptisé le 08 août 1858 à  la basilique Notre-Dame de Montréal.  L’enfant né l’avant-veille est le fils de son frère David Daniel Grenier et de Flavie Barré. 

 

Ses occupations

 

... Commerçant de marchandises sèches

 

Jacques Grenier termine ses études commerciales à Berthier-en-Haut à l’âge de 16 ans.  Il traverse ensuite le fleuve pour se rendre dans le village de ‘William-Henry’ où il sera à l’emploi d’un marchand.  Le bourg de ‘William-Henry’ devient une ville le 10 mai 1848.  Le notaire Jean-Georges Crébassa en est le premier maire, de 1848-1855, puis exerce un deuxième mandat de 1858 à 1862.    En 1857, le nom de la ville ‘William-Henry’ prend le nom définitif de ‘Sorel’.  

 

Arrivé à Montréal en 1844, Jacques Grenier entre au service de la compagnie  F. & J. Leclaire’, spécialisée dans l’importation de marchandises sèches de la rue Saint-Paul.  Commis dans ce commerce fondé dans les années 1830, Jacques Grenier y travaille  quelques années afin de ramasser des fonds et d’apprendre le roulement de l’entreprise avant d’ouvrir sa propre entreprise.  Jean et François Leclaire acquièrent  un terrain vers 1853 dont ils occupent déjà le bâtiment existant  dont la fonction est commerciale et résidentielle’.   

 

Le 09 avril 1858, le commerce de Jacques Grenier prend le nom de ‘Grenier et Martin’ lors de son association avec Pierre-Paul Martin. La société de Grenier et Martin est dissoute en 1865.  La même année, Jacques-Hercule Giroux se joint à son oncle dans la ‘Jacques Grenier et Compagnie’ Devenue rapidement ‘une des plus importantes maisons montréalaises dans le commerce de gros de marchandises sèches’, la compagnie,  importe ses produits surtout de la France, de l’Angleterre et des États-Unis, et les vend au Québec et dans l’est de l’Ontario. En 1870, Jean Leclaire fait construire le magasin-entrepôt situé au 28-30, rue Saint-Paul Est.  La ‘Jacques Grenier & Co’ et la ‘F. & J. Leclaire & Co.’ en sont les deux premiers occupants et ce, jusqu’en 1900. 

 

Adolphe, fils de Jacques Grenier devient l’associé de son cousin J.-H. Giroux au  retrait de son père à la société ‘Jacques Grenier & Cie’ en 1882.  À fin de ‘garantir l’exécution des transactions’, Jacques Grenier leur laisse 87,000.$ pour cinq ans.  Au décès de son neveu en 1886, Jacques G. reprend du collier pour travailler avec son fils. 

 

... Le textile

 

Outre les marchandises sèches, Jacques Grenier est un ‘important dirigeant dans l'industrie canadienne du coton’.   A l’époque où les municipalités offrent aux industries cotonnières des avantages de toutes sortes,  Jacques Grenier est vice-président de la Compagnie des cotons de Montréal (1874) installée à Salaberry-de-Valleyfield.  Il côtoie de grands noms comme sir Hugh Allan et Andrew Frederick Gault, surnommé le « roi du coton au Canada ».  J. Grenier est directeur de la Montreal Cotton Co. en 1890.  Il participe à la fusion de plusieurs compagnies dans le ‘textile’  dont la Compagnie des moulins à coton d’Hochelaga et la Saint Anne Spinning Co. (1885) et celle qui donnera naissance  à la Dominion Cotton Mills (1890) puis, de la Dominion Textile en 1905. 

 

... Politique municipale et provinciale

 

Jacques Grenier fait son entrée en politique municipale en 1857 en devenant échevin pour le quartier Est jusqu’en 1866.  Il représente ensuite le quartier Saint-Jacques, de  1872 à 1889.   Au cours de ces années, il préside les comités de l’aqueduc, de police et surtout celui des finances. Le 08 février 1889, Jacques Grenier quitte son poste d’échevin pour se présenter à la mairie de Montréal. Alors que les premières élections municipales sont tenues au ‘scrutin secret’, Jacques Grenier est élu sans opposition.  Il succède donc à John Joseph Caldwell Abbott en devenant le vingtième maire de Montréal.  Réélu pour un an en 1890, il est défait l’année suivante par le libéral anglophone James McShane par 10 297 voix contre 5 166.

 

J. Grenier est un des quarante-six jeunes nationalistes qui signent un ‘manifeste contre le projet de confédération’ (1864).  Par ce projet lancé par Médéric Lanctôt,  ces jeunes libéraux ‘favorisent la création d’un État du Québec indépendant.. (http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?id_nbr=5086).  Aux élections provinciales de 1878, Grenier est le candidat du Parti libéral pour faire la lutte à Louis-Olivier Taillon dans Montréal-Est mais il est battu par 130 voix.  Reconnu comme étant un homme modéré, on le retrouve souvent à présider de grandes assemblées libérales dont ‘le grand rassemblement du Champ-de-Mars du 22 novembre 1885, qui devait amener la formation du Parti national

.

 

... Divers activités

 

 

Dès son arrivée à Montréal en 1844, Jacques Grenier est membre de la Congrégation des hommes de Ville-Marie.   Ce mouvement fondé en 1663 par messieurs de Maisonneuve et de Pierre Boucher, ‘réunissait l'élite chrétienne de Ville-Marie à Montréal. En 1694, dans un acte solennel, la Congrégation se dédiait à saint Joseph... 

 

 

 

En 1875,  Jacques Grenier  est président de l’Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal.   Lorsque Sir Hugh Allan tente une première fois en 1877 d’acheter le chemin de fer de Québec, Montréal, Ottawa et Occidental, Grenier fait partie du syndicat financier de Sir Allan mais il est d’avis que le tracé du chemin de fer passe par Montréal et non par Terrebonne.  Vers 1882, Grenier est un des  administrateurs de la ‘Montréal Rolling Mills Company‘, entreprise, fondée en mai 1868 par les quincaillers en gros Morland & Watson. Il fait aussi partie  des promoteurs de la Fédéral Téléphone Company et est administrateur de la British Empire Mutual Life Assurance Company of London.

 

 

Lovell 1890-1891

 

 

Jacques Grenier devient président (1885) de la Banque du peuple établit à Montréal (en 1835) par Louis-Michel Viger et quelques marchands de l’endroit.  Sous sa direction, la Banque connaît une telle expansion que certains affirment même : «la Banque du peuple est aux Canadiens français ce que la Banque de Montréal est aux anglophones  Dix ans plus tard cependant, la banque doit fermer ses portes en catastrophe.  Les «pratiques bancaires hasardeuses» du caissier Joseph-Stanislas Bousquet  causent la chute de plusieurs grandes entreprises montréalaises.  Le conseil d’administration de la Banque est blâmé pour ne pas avoir surveillé plus étroitement le fonctionnement de son entreprise.  Dès lors, Jacques Grenier est brisé.  D’après le Montreal Daily Star «il ne sera plus jamais l’homme optimiste et plein d’ardeur» qu’il était autrefois. 

 

Les milieux des affaires anglophones et francophones de Montréal ont su reconnaître en Jacques Grenier, son esprit d’entreprise, son intégrité et son jugement sûr.  Ainsi en 1886  Monsieur Grenier préside le comité chargé de mettre sur pied une chambre de commerce canadienne-française.  Ce projet de Joseph-Xavier Perrault est réalisé l’année suivante sous la présidence de Grenier lui-même.  Toujours en 1886, Jacques Grenier connaît un honneur encore assez rare pour un commerçant  Canadien français en devenant membre au Bureau de commerce de Montréal (le Montreal Board of Trade), puis en devient le premier vice-président élu à l’unanimité deux ans plus tard.

 

Après une vie bien remplie, Jacques Grenier, 82 ans, s’éteint à l’Institution des sourdes-muettes de Montréal (lieu de sa résidence) le 05 mars 1909.  Il est inhumé le 08 mars suivant au cimetière Notre-Dame-des-Neiges de Montréal, dans la Section: T Lot: 00112.  Outre son épouse Marie-Louise Frenette, on retrouve parmi les personnes présentes à l’inhumation : son fils Jacques Grenier, comptable, ses petits-fils Paul et Joseph Grenier, Lucien Giroux, François Benoît et plusieurs autres. 

 

L’Avenue Jacques-Grenier  lui rend hommage dans le quartier Snowdon, à Montréal.

 

 

Lise Jolin

 

 

SOURCES

 

Ancestry.ca

Annuaire Lovell

BMS2000

Centre de Généalogie Francophone d’Amérique (CGFA)

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=7599&&PHPSESSID=ychzfqkvzape

http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?BioId=40877&PHPSESSID=jpasrphrm19hq3imngbg6s2v80

http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?BioId=40877&PHPSESSID=jpasrphrm19hq3imngbg6s2v80

http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?id_nbr=6731

http://www.n-d-g.ca/francais/?page_id=250

http://www.nosorigines.qc.ca/biography.aspx?name=Joseph-Edmond_Audet&id=398618&lng=fr

http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_bat.php?id=0040-64-0550-00  &mat=0040-64-0550

http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_gro.php?id=139  http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?BioId=40877&PHPSESSID=jpasrphrm19hq3imngbg6s2v80 http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?BioId=40877&PHPSESSID=jpasrphrm19hq3imngbg6s2v80

http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_gro.php?id=175

Mots-clés: Grenier Marchand Maire Montréal Banque-du-Peupl E Textile



signets:



Visionner 1 - 1 de 1 Commentaires

De: Pilote_Qc
05/08/2013 13:40:55

[... il démissionne de son poste d’échevin le 8 février 1889 pour briguer la mairie de Montréal. Il remporte l’élection par acclamation. Il obtiendra deux mandats consécutifs avant d’être défait par James McShane en 1891.]


 


C'est curieux Lise, des fois je me demande si nous en faisons assez pour notre pays. D'un autre côté, nous ne pouvons pas tous être des Jacques Grenier!


 


 


Beau travail,


Félicitation!







*** Planète Généalogie ***