RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Jean-Antoine Aide-Créquy, prêtre-curé et peintre
Ajouté le 12/14/2015 05:33:07 par lisejolin

Jean-Antoine Aide-Créquy (1749-1780) a une vie bien remplie malgré ses quelques trente et une année d’existence. Dès son ordination en 1773, il se voit confier la cure de Baie Saint-Paul  et la desserte des Éboulements et de L’Isle-aux-Coudres.   De faible santé, il parvient non seulement à s’occuper de son ministère, mais occupe ses loisirs à sa passion : peindre des scènes religieuses.  L’abbé Jean-Antoine Aide-Créquy est considéré comme le premier peintre d’origine canadienne.

 

Fils de Louis Aide-Créquy, maçon de la basse-ville de Québec, et de Marie Hélène Lefebvre, Jean-Antoine Aide-Créquy (prénommée Louis au PRDH), naît le 05 avril 1749.  En 1769, le jeune homme fait ses études philosophiques et théologiques au séminaire de Québec, puis au Collège des Jésuites.

 

Prêtre-curé

 

Jean-Antoine Aide-Créquy est ordonné prêtre le 24 octobre 1773.  Dès le mois suivant, il obtient la cure de la paroisse Baie-Saint-Paul laquelle était desservie par l’abbé Jean-Jacques Berthiaume (curé de L’Îles-aux-Coudres) depuis la mort de son ancien curé en 1771.  L’abbé Aide-Créquy est ‘le premier curé à tenir les comptes de sa paroisse’. Dans sa cure, il est habilement secondé par son sacristain et chargé d’affaires, Monsieur Élie Mailloux.

 

À cette époque les curés circulent d’un village à l’autre pour desservir  les habitants des divers endroits. L’abbé Créquyest donc chargé de la desserte de Saint-François-Xavier-de-la-Petite-Rivière ((Petite Rivière Saint-Francois).  Pour s’y rendre,  il achète une embarcation.  En 1773, le révérend Aide-Créquy et les paroissiens de Saint-François-Xavier tiennent une assemblée dont le sujet  est de rebâtir une petite église au pied du cap.  Le bois est déjà en partie coupé mais la fin de construction sur colombage se termine seulement en 1778.  La petite église, comprenant la sacristie, a 50 pieds de longueur par 30 de largeur et 17 de hauteur.  Elle sera démolie en 1903.

 

En 1777, Monsieur le curé Aide-Créquy  sert d’intermédiaire dans le conflit qui existe entre les travailleurs à la remise en état du moulin de la Baie Saint-Paul et leurs propriétaires, les prêtres du séminaire de Québec. En reconnaissance, ‘le séminaire lui concède un terrain à la fabrique de sa paroisse’.

 

L’abbé-peintre

 

On ne connaît pas très bien le chemin qu’a dû suivre l’abbé Créquy pour sa formation en peinture. Où prend-il ses couleurs et de quel artiste tient-il la connaissance de son art? Chose certaine, le jeune peintre Aide-Créquy analyse et apprend à composer à partir de certaines œuvres déjà existantes dans les églises de l'Ange-Gardien, du Château-Richer et de Sainte-Anne, et autres.  Sa peinture est assurément influencée par celle du Frère Luc (Claude François, 1614-1685) mais on y trouve quand même son cachet personnel. Sa composition n’est peut-être pas originale, mais elle révèle un certain talent et une volonté réelle de réussir.

 

L’abbé Jean-Antoine Aide-Créquy «... n'était pas un Raphaël, mais cependant on voit qu'il avait du goût et de l'aptitude pour cet art.» (l’abbé Charles Trudelle, 1857).  ---  Seulement une douzaine des oeuvres de l’abbé Jean-Antoine Aide-Créquy sont parvenues jusqu’à nous.  Ce sont peut-être des copies s’inspirant de toiles du Frère Luc ou d’autres peintres européens dont possédaient déjà les églises ou les monastères en Nouvelle-France, mais il faut savoir qu’après la conquête de 1759, tout était restreint, le matériel autant que les peintures qui pouvaient entrées au pays. 

 

Les œuvres de Jean-Antoine Aide-Créquy représentent des scènes religieuses : --- «La Vierge tenant l'Enfant Jésus» : cette toile peinte en 1774 pour l’hôpital Hôtel-Dieu de Québec, est la plus ancienne des oeuvres connues de l’abbé Aide-Créquy.  Mesurant ‘environ deux pieds neuf pouces de hauteur’, elle est malheureusement restaurée en 1926 de telle façon qu’on ne reconnaît plus vraiment l’ouvrage du peintre-abbé.     --- « La Vision de sainte Angèle» est un grand tableau de 208 cm x 178 cm créé pour le monastère des Ursulines de Québec en 1775. Selon Gérard Morisset, Aide-Créquy se serait inspiré d'une gravure de l'Italien Marco Carloni que possédait les Ursulines à cette époque.  Il a  été restauré en 1935.

--- « L'Annonciation de l'église de l'Islet» : Signée et datée 1776,  cette toile d'environ neuf pieds de hauteur sur six de largeur, est peinte pour orner le maître-autel de l’église Notre-Dame-de-Bonsecours de L’Islet.  Son «Annonciation» inspiré des oeuvres du peintre français Charles de La Fosse ‘est considérée bien supérieure à celle que l'Allemand Wolff peignit en 1765 pour l'église Notre-Dame-des-Victoires’. --- « La Vision de saint Roch » :  La paroisse St-Roch-des-Aulnaies lui commande un portrait de son Saint-Patron. Le tableau est réalisé d’après un ‘Saint Roch’ apparaissant dans la chapelle des Récollets de Québec, en 1759.  Le tableau d’Aide-Créquy orne donc cette église depuis 1777. --- « Saint-Louis de France tenant la couronne d'épines » : Ce retable central exécuté pour l’église Saint-Louis de l’île aux Coudres est aujourd’hui conservé à l’évêché de Chicoutimi. Datée de 1777, la toile a été retrouvée dans le grenier de la sacristie de la paroisse.  Restaurée et repeinte, elle ‘semble être une transcription d'une gravure du XVIIIe siècle et représente Saint-Louis sous les traits de Louis XV, enfant (sic)  --- Saint Joachim offrant la Vierge au Très-Haut :  Ce retable central peint pour décorer le maître-autel de l’église de Saint-Joachim est signée et datée  A. Créquy PXIT 1779.  Le ‘Saint Joachim’ est une copie de celui du Frère Luc exécutée pour le sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré (1676) et la ‘Vierge-enfant’ qu'il tient dans ses bras est la copie de celle qui apparaît dans un tableau de Bécancourt conservée dans l’église de Sainte-de-Béaupré.

 

Selon l’abbé Charles Trudellle (1857), « Deux autres peintures de l'abbé Aide-Créquy ornaient autrefois l'église de Saint-Joachim (Montmorency)». Les tableaux auraient été remplacés en 1869 par des œuvres d’Antoine Plamondon.  --- «Une Sainte-Famille » : M. Aide-Créquy peint cette toile vers 1775 ‘pour remplacer une composition de même sujet que le Frère Luc avait exécuté en 1671’ pour l'église Notre-Dame de Québec.  En 1837, le curé de la cathédrale demande au peintre Joseph Légaré de restaurer la toile d’Aide-Créquy. Légaré refuse en précisant que ‘Les couleurs du tableau de la chapelle Sainte-Famille sont presque entièrement passées..." et qu’il serait préférable de remplacer la toile par une de sa propre composition. La dite toile a-t-elle été finalement restaurée?  On sait véritablement que ‘La Sainte Famille’ a été détruite dans l’incendie partiel de la cathédrale Notre-Dame de Québec en 1866.   --- « Saint Pierre et saint Paul » :  Peinte pour l’église de la Baie Saint-Paul, Aide-Créquy signe à l’endos de sa toile ovale.  Placée sur le tombeau du maître-autel, l’oeuvre disparaît dans l’incendie qui détruit tout l’intérieur de l’église , le 20 décembre 1962.  --- « Saint Pierre» et « Saint Paul » : Ces deux toiles réalisées d’après des gravures de Jean Morin que lui-même avait fait d’après Philippe de Champaigne’ sont conservées à l’Hôtel-Dieu de Québec.  --- L’abbé Jean-Antoine Aide-Créquy nous a laissé presque sans aucun doute plusieurs autres peintures qui nous sont inconnues. L’une d’entre elles, le « Portrait au crayon »  est conservé au Musée du Château Ramezay, à Montréal.

 

Atteint ‘d'une maladie de poitrine’, l’abbé Aide-Créquy entre à l'Hôtel-Dieu de Québec en juin 1780. C’est l’abbé Pierre-Prisque-Amable Gagnon qui lui succède à la cure de sa paroisse de la Baie Saint-Paul.  Moins de six mois plus tard, l’abbé Jean-Antoine Aide-Créquy meurt le 6 décembre à Québec, à l’âge de 31 ans 8 mois. Après des funérailles célébrées le 8 décembre suivant en la paroisse Notre-Dame de Québec, la dépouille mortelle est inhumée près de l’autel dans la chapelle Ste-Famille dans l’église-cathédrale en la présence de Mgr Jean-Olivier Briand, évêque de Québec.

 

L’abbé Jean-Antoine Aide-Créquy n’a peut-être vécu que trois décennies, mais il a su laissé sa marque dans plusieurs des églises de la Nouvelle-France.

 

Lise Jolin

 

Sources

 

http://forum-lozere.boardsmessage.com/t2747p80-canada-ce-jour
http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.dfm?PgNm=TCE&Params=f1ART10000083

http://messe.forumactif.org/t5552-la-peinture-sous-le-regime-francais-en-nouvelle-france

http://www.biographi.ca/fr/bio/aide_crequy_jean_antoine_4F.html

http://www.encyclopediecanadienne.ca/fr/article/aide-crequy-jean-antoine/`

http://www.er.uqam.ca/nobel/r14310/Morisset/1934.12.20.html

http://www.famillesbelanger.com/eglise_islet.html

http://www.hotelcapauxpierres.com/quoi-faire/region/

http://www.jstor.org/stable/42615834?seq=1#page_scan_tab_contents

http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=11178&type=pge#.Vkr6GHYve70

http://www.petiteriviere.com/vie-municipale/histoire-et-patrimoine

https://archive.org/stream/catalogueducht00mont/catalogueducht00mont_djvu.txt

https://books.google.ca/books?id=Eg2-J36V-IYC&pg=PA115&lpg=PA115&dq=%27AIDE-CR%C3%89 QUY,+Jean-Antoine%27+peintre&source=bl&ots=c1RltbzG4j&sig=fRUVL xZgRtmx4TemwsgG2Mf1Fvk&hl=fr&sa=X&ved=0CEcQ6AEwBjgKahUKEwic6sfC nJfJAhUGOiYKHQ3zAZk#v=onepage&q='AIDE-CR%C3%89QUY%2C%20Jean-Antoine'%20 peintre&f=false     (Trois souvenirs (Livre numériqe GRATUIT )

https://books.google.ca/books?id=Eg2-J36V-IYC&pg=PA115&lpg=PA115&dq=%27AIDE-CR%C3%89 QUY,+Jean-Antoine%27+peintre&source=bl&ots=c1RltbzG4j&sig=fRUVL xZgRtmx4TemwsgG2Mf1Fvk&hl=fr&sa=X&ved=0CEcQ6AEwBjgKahUKEwic6sfC nJfJAhUGOiYKHQ3zAZk#v=onepage&q='AIDE-CR%C3%89QUY%2C%20Jean-Antoine'%20 peintre&f=false

https://e74e978e-a-7918872c-s-sites.googlegroups.com/a/petiteriviere.com/prsf/vie-municipale/histoire-et-patrimoine/ancienne%20eglise.jpg?attachauth=ANoY7cr6Al5IRA90ZHm3GEibkoq4kXie6irJFdBZKrppj_ya1KKn1uTqkvTN kFQmC3KRfBFWT17yI2xYL_Ii8URbXrL5NwnBiWJGRobAPcGIqA6DAATTx3OK4Y-U8-_QtKhHX9b MLtm04JD2B3xc8lIS1-jFUYBaTGvvmIwRMSlN0hc4p9gJkTYR3j8uLwVzRvoDLNXQI9r8RvNHIn ts9-ZcRh00zBuna5gczwZOW1gaVsSv4zJpvIJybUn_JwXRElisFafzA3a15Dnl-LtZ6QAVHyyiR fHQeA%3D%3D&attredirects=0

 

Mots-clés: Jean-Antoine Aide-Créquy Prêtre Peintre Baie-St-Paul



signets:



Visionner 1 - 1 de 1 Commentaires

De: lisejolin
12/14/2015 05:40:16

 


Famille de Louis Aide-Créquy et Marie Hélène Lefebvre


 


Jean-Baptiste Aide-Créquy (Jean Aide
/ Jacquette Venne mariés en France avant le 31 décembre 1661) et Catherine
Delisle (Louis Delisle et Louise Desgranges) passent un contrat devant le
notaire F. Genaple de Bellefonds à Porneuf, Qc, le 31 octobre 1689.  Le couple Créquy/Delisle s’épouse le 03
novembre suivant à Neuville, Portneuf, Qc.  


 


À Québec, le 10 septembre 1729, leur
fils Louis épouse Marie-Hélène Lefebvre (Thomas / Marie-Hélène Gonthier (Gauthier).
Quatorze des quinze enfants connus de ce dernier couple sont nés à Québec.  Outre Jean-Antoine, prêtre-curé, on
retrouve :  --- Marie Louise,
née et baptisée le 25 juillet 1730 (marraine :
Marie Helene Lemieux), épouse Roger Lelièvre (Guillaume Lelièvre et Marie
Barbe) à Québec le 22 février 1757.  M-Louise, âge de 65 ans 2 mois 16 jours,
décède au même endroit le 11 octobre
1795
; --- Marie Geneviève est née à Neuville le 03 janvier 1732.  Elle décède le 14 juin 1808 à l’Hôtel-Dieu du Précieux-Sang et est inhumée deux
jours plus tard dans le cimetière de pauvres;   --- Marie Anne naît le 30 et baptisée le 31 août 1733.  Elle épouse
Alexandre Lepage Saint-François (fils de Germain Lepage /Marguerite Gariepy et
veuf de Maire-Thérèse de St-Barnavé) le 09
octobre 1778
à la paroisse St-Louis-de-Terrebonne oû elle meurt le 24 janvier 1803;  --- Jean-Baptiste est né et baptisé le22 octobre 1734; --- Marie
Angélique
est née le 27 octobre 1735et baptisée le lendemain. Son parrain a été Thomas Lefebvre.  Elle épouse Joseph Gilles Bouchard-Dorval
(Joseph Dorval / Marie-Angélique Lambert) le 30 avril 1764 à Québec.  Elle
meurt à L’Isle-aux-coudre le 03 juin 1824;  --- Marie Agathe,
née et baptisée le  09 février 1737.   Ses parrain et marraine étaient les époux
Moise et Marie Lefebvre.  M-Agathe meurt
à Québec le 12 novembre 1764 et est
inhumée le 13 du mois courant;  --- Louis Gratien, né et baptisé le 08 octobre 1738 (marraine : Marie
Catherine Lemoinne) et meurt le 27
novembre 1760
(Terrebonne); --- Marie Marguerite naît le 03 mars 1740. Son parrain et sa
marraine sont Gabriel Côté et Marguerite doyon. La jeune femme décède à l’âge de 24 ans,  à Québec le 08 janvier 1764;  --- Pierre
Joseph
, né le 22 avril 1741 et
baptisé le lendemain a pour parrain et marraine, Pierre Le Febvre et Marie
Madeleine Bellerose. L’enfant meurt à Québec le 03 mai 1741;  --- Joseph Antoine et Joseph Bonaventure,
naissent le 14 juillet 1742.
J-Antoine, meurt le 30 juillet suivant et
J-Bonaventure le 13 juillet 1744;  --- Marie Catherine, née et baptisée le18 mai 1744, ses parrain et marraine
sont François Sylvestre et Marie Catherine Lefebvre.  Elle épouse Raphaël Bouchard-Dorval (feu
Joseph Dorval et Angélique Lambert dite Champagne), le 01 septembre 1766 à Québec.  Marie
Catherine meurt à Baie Saint-Paul le 20
août 1816
;  --- Marie Josephe (1),
née et baptisée le 15 août 1745meurt à Québec le 18 août du mois
courant
; --- Marie Josephe (2) naît le 27 novembre 1746;  L’enfant décède
à l’âge de 15 jours, à Québec le 07 décembre
suivant
et est inhumé le lendemain.


 


Sources :  PRDH et Ancestry.ca








*** Planète Généalogie ***