RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



BLOGUES  
 
RSS
Henriette Cadieux de Courville, veuve de Lorimier (1815-1891)
Ajouté le 09/24/2017 07:33:24 par lisejolin

Dernièrement j’ai lu un roman historique intitulé ‘Madame de Lorimier, un fantôme et son ombre, de Marjolaine Bouchard. Cela relate l’histoire d’Henriette Cadieux de Courville, fille de Jean-Marie Cadieux, notaire de Montréal et de Marie-Marguerite Roy, et veuve d’un des plus célèbres patriotes de la Rébellion de 1837-1838.  Pour ceux et celles qui connaissent la ville de Montréal, l’avenue de Lorimier (1883) portait  ironiquement le nom de ‘Avenue Colborne’, du nom de celui qui avait fait pendre celui qu’on appelait ‘ Chevalier de Lorimier ‘.

 

Henriette Cadieux, fervente catholique de 17 ans, a l’appui de son père, du choix qu’elle fait, d’unir sa destinée à celle du futur notaire François-Marie Thomas-Chevalier de Lorimier, de douze ans son aîné.  Pourtant, sa mère avait d’autres vues pour sa fille, dont un particulier, qu’elle devienne religieuse.  Elle en voudra toute sa vie à Henriette  de la décision qu’elle a prise face à ce mariage qui sera célébré le 10 janvier 1832.

 

Henriette Cadieux et Chevalier de Lorimier auront cinq enfants dont deux seulement parviendront à l’âge Adulte.  Il s’agit de ‘Marie–Adélaide-Zénoise-Léopoldine’ et de Stéphanie.  Toutes deux resteront célibataires et sans descendance.  La première, âgée d’environ 65 ans, a été inhumée le 15 mars 1898 à L’Assomption et la seconde, âgée de 66 ans, a été inhumée fin mars 1904 dans la même paroisse. Deux autres filles meurent en bas âges : Marguerite-Henriette est baptisée le 28 décembre 1832, et Henriette-Rachel-Adelaide est baptisée le 16 décembre 1833.  Cette dernière, morte à l’âge de 4 mois 18 jours, a été inhumée à Montréal, le 18 mai 1833.

 

Comme toute bonne épouse, Henriette Cadieux supporte les idées de son mari envers le parti des Patriotes et l’appui à cent pour cent, sans toutefois y prendre part directement elle-même.  Tout ceci n’est pas sans inquiétude car bientôt, Chevalier de Lorimier se rallie au mouvement de résistance et ‘prend la direction des Frères Chasseurs, association clandestine qui veut libérer le pays de l'emprise des Britanniques’ (sic). Henriette Cadieux, comme beaucoup d’autres épouses de Patriotes ‘boycottera’ les importations britanniques.  Malgré le manque d’argent et de nourriture, elle voit à la bonne marche de la maisonnée. 

 

Alors qu’il commande le soulèvement de Beauharnois, Chevalier de Lorimier est arrêté le 12 novembre 1838. Henriette ne verra plus son époux que très brièvement lors de ses visites à la prison ‘au Pied du Courant’ de Montréal.

 

Le 21 janvier1939, de Lorimier et onze de ses compagnons sont condamnés à être pendu.  La veille de leur exécution, Henriette Cadieux essaie d’avoir une rencontre avec le général John Colborne afin d'éviter la pendaison de son mari mais ne réussit qu’à obtenir un souper avec le prisonnier dans sa cellule.  Une requête écrite au général Colborne est aussi formulée comme suit :  « Votre requérante n’avait, disait-elle, pour vivre et supporter ses pauvres petits enfants que le produit du travail et de la profession de leur père; elle ne peut, sans anxiété, penser au moment fatal où elle sera laissée seule, sans aucun moyen d’existence.  Votre Requérante n’a pas l’intention de faire l’éloge de son mari, de parler des services que sa famille a rendus au gouvernement anglais pendant longtemps; c’est comme épouse et comme mère qu’elle s’adresse à Votre Excellence au moment où elle est menacée de perdre celui pour lequel elle a une affection dont ses paroles ne peut donner l’idée. »  (http://jeanprovencher.com/2012/12/08/madame-de-lorimier-nest-plus-premiere-partie/).

 

Il n’est pas vraiment nécessaire de préciser que le général Colborne ait resté sourd à la requête de la jeune femme quand on sait que le  lendemain 15 février 1939, Chevalier de Lorimier meurt aux côtés de Charles Hindelang, Amable Daunais, François Nicolas et Pierre-Rémi Narbonne. Le clergé reste derrière le gouvernement anglais en place et lorsque le patriote de Lorimier est exécuté, des funérailles catholiques lui sont refusées. 

 

Après le décès de son mari, Henriette vivra une très longue dépression surtout que le 4 avril suivant, son fils Napoléon qui a toujours été de santé fragile, rend l’âme pour rejoindre celle de son père. Henriette Cadieux et ses filles, se font regarder de travers et sont montrées du doigt par la population montréalaise.  On refuse même que sa fille aînée fasse sa Première Communion (selon le roman).  Suite à cette dernière offense, Henriette décide de quitter Montréal. 

 

La jeune mère de famille, aussi démuni face à ses devoirs familiaux, déménage donc à L’Assomption afin de pouvoir nourrir sa famille plus facilement tout en étant respecté par la population y habitant.  Henriette et ses deux filles Zénoise et Stéphanie, finiront leurs jours dans cette localité d’accueil.  Elles s’occuperont toutes les trois de blanchir le linge de plusieurs des habitants et de broder pour Monsieur le curé et les religieuses de l’endroit.  Parfois, la petite famille Cadieux-de Lorimier n’aura que des légumes du jardin à se mettre sous la dent mais se serrant les coudes, elles survivront pendant plusieurs années tout en gardant leur dignité. 

 

En 1883, le docteur Fortier fait paraître un article dans la Tribune de Montréal, dévoilant la pauvreté de la veuve de Lorimier et de ses filles.   Dès lors, une souscription est organisée pour leur venir en aide.  Très affaiblie par la maladie, Henriette Cadieux perd connaissance quand Honoré Beaugrand, fondateur du journal La Patrie, lui remet un chèque et qu’un hommage est rendu au patriote disparu. 

 

Le 06 décembre 1891, Henriette Cadieux, meurt à l’âge de 78 ans 9 mois et est inhumée au cimetière de L’Assomption en présence de ses deux filles, de son beau-frère Charles de Lorimier, juge à la Cour Supérieure et de plusieurs autres parents et amis.



 

Monument d'Henriette Cadieux de Courville

 

Cimetière de L'Assomption (Lanaudière) 

 

 

 

Le rôle des femmes dans le mouvement patriote...

 

 

En août 1837, des ‘Associations des dames patriotiques’ sont créées dans diverses régions telles Deux-Montagnes, Verchères et Richelieu.  On peut imaginer facilement Henriette Cadieux tissant ou cousant des vêtements en «étoffe du pays» pour éviter à avoir à consommer des produits textiles étrangers. Peut-être était-elle aussi parmi ces femmes à aider à la fabrication des cartouches de poudre ou à donner refuge à des fugitifs. Madame Cadieux de Courville a-t-elle aussi accompagné Mme Gamelin dans ses visites aux prisonniers patriotes afin de les nourrir ou de les soigner?  Hommage est faite à ces femmes courageuses qui n’étaient pas en première ligne dans la Rébellion 1837-1838, mais qui savaient se rendre utiles au mouvement impliquant leurs époux.

 

 

Lise Jolin

 

 

Sources :

 

http://www.nosorigines.qc.ca/genealogieQuebec.aspx?name=Henriette_Cadieux&pid=37634&lng=fr  (Généalogie du Québec et d’Amérique française)

http://www.nosorigines.qc.ca/biography.aspx?name=Henriette_Cadieux&id=37634&lng=fr  (biographie d’Henriette Cadieux)

http://canardscanins.ca/roots/portal.php?action=show&id=396

http://www.mrclassomption.qc.ca/index.php?id=340&parentId=culture-patrimoine&accordeonId=178#!prettyPhoto /0/  (Monument funéraire d’Henriette Cadieux)

http://www.hebdorivenord.com/communaute/2015/5/19/henriette-cadieux-notre-patriote-a-nous-4150904.html

https://www.ancestry.ca/interactive/1091/d13p_11781120/11413533?backurl=http%3a%2f%2fsearch.ancestry.ca%2fcgi-bin%2fsse.dll%3fdb%3ddrouinvitals%26gss%3dsfs28_ms_r_db%26new%3d1%26rank%3d1%26gsln%3 dde%2520lorimier%26gsln_x%3d0%26msbdy%3d1834%26msbdy_x%3d1%26msbdp%3d2%26ms ypn__ftp%3dMontr%25C3%25A9al%252C%2520Quebec%26MSAV%3d1%26MSV%3d1%26uidh%3d p01&backlabel=ReturnSearchResults

https://www.ancestry.ca/interactive/1091/d13p_11781120/11413533?backurl=http%3a%2f%2fsearch.ancestry.ca%2fcgi-bin%2fsse.dll%3f_phsrc%3drrf953%26_phstart%3dsuccessSource%26usePUBJs%3dtrue%26db%3dd rouinvitals%26so%3d2%26pcat%3d34%26gss%3dangs-c%26new%3d1%26rank%3d1%26gsfn %3dhenriette%2520marguerite%26gsfn_x%3d0%26gsln%3dde%2520lorimier%26gsln_x% 3d0%26msbdy%3d1832%26cp%3d0%26catbucket%3drstp%26MSAV%3d1%26MSV%3d1%26uidh% 3dp01&backlabel=ReturnSearchResults (Baptême de Marguerite Henriette le 28-12-1832)

https://www.ancestry.ca/interactive/1091/d13p_11781202/7355527?backurl=http%3a%2f%2fsearch.ancestry.ca%2fcgi-bin%2fsse.dll%3f_phsrc%3drrf943%26_phstart%3dsuccessSource%26usePUBJs%3dtrue%26db%3dd rouinvitals%26so%3d2%26pcat%3dBMD_DEATH%26gss%3dangs-c%26new%3d1%26rank%3d1 %26gsln%3dde%2520lorimier%26gsln_x%3d0%26msddy%3d1834%26msddy_x%3d1%26msddp %3d2%26msypn__ftp%3dMontr%25C3%25A9al%2c%2520Quebec%26cp%3d0%26MSAV%3d1%26M SV%3d1%26uidh%3dp01&backlabel=ReturnSearchResults   (Sépulture de Marguerite Henriette le 18 mai 1833)

http://www.1837.qc.ca/1837.pl?out=article&pno=5425#14

 

Lectures suggérées :


http://www.ledevoir.com/culture/livres/393323/les-femmes-de-1837-et-notre-imaginaire(Les femmes des patriotes...)

http://quebec.huffingtonpost.ca/anthony-bergeron/journee-nationale-patriotes-quebec-droit-de-vote-femmes -egalite_b_7265818.html(Comment le parti Patriote a retiré le droit de vote aux femmes)

http://cafejasette.blogspot.ca/2011/02/femmes-patriotes-le-texte-de-la.html(Femmes patriotes)

http://www.jonathanlemire.com/articles/histoire-de-1837-recueil-2006/marie-victoire-felix-une-grande- femme-patriote/(Marie Victoire Félix, une grande femme patriote)

 

 

Mots-clés: Cadieux DeLorimier Patriotes Rébellion 1837-1838



signets:



Visionner 1 - 1 de 1 Commentaires

De: lisejolin
09/24/2017 07:41:12

Hommage
à Thomas Chevalier de Lorimier


http://canardscanins.ca/roots/portal.php?action=show&id=396 








*** Planète Généalogie ***