RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



FORUM
Derniers messages | Mes sujets | Forum de ma page personnelle | Ma configuration | Mes abonnements
view_topic
Ajouter une réponse
Dasilva Pedro
Vues: 7410 - Total des réponses: 5
Apr 06 2011, 12:34 pm - par fdassy

recherche information sur l'arrivée de Pedro Dasilva, arrivé en Nouvelle France vers les années 1673
May 11 2011, 6:58 pm - Répondu par: Pilote_Qc

Réponse privée

Bonsoir fdassy, voici une notice à son sujet:

 

La famille de Pedro Da Silva, notre premier facteur

 

Au cours du Régime français, une demi-douzaine de Portugais se sont fixés en Nouvelle-France et s'y sont mariés. Nul ne retient davantage l'attention que Pedro

Da Silva, qui était d'ailleurs dit Le Portugais, et ce, à cause du rôle qu'il a joué dans le domaine des communications et que rappelle une inscription rue

Saint-Jacques, à Montréal, près de la rue de la Cathédrale; elle est apposée sur l'édifice des Postes.

 

[Dès 1693, y lit-on, le transport des lettres se faisait par messagers entre Québec et Montréal]. Le premier courrier connu est Pierre DaS ilva, dit Le

Portugais. Notre premier facteur devait avoir de solides biceps, car il n'existait pas encore de route terrestre entre Québec et Montréal, la première ne devant

être inaugurée qu'en 1734: c'est donc par eau qu'il livrait les lettres.

 

La commission que lui délivra l'intendant Raudot témoigne de la confiance dont il jouissait. [Étant nécessaire pour le service du roi et le bien public d'établir

en cette colonie un messager pour porter les ordres en tous lieux de ce pays ou besoin sera, spécifiait le document, et étant informé de la diligence et fidélité

de Pierre Dasilva dit le Portugais, Nous, sous le bon plaisir de Sa Majesté, avons commis et établi ledit Portugais messager ordinaire pour porter les lettres de

M. le gouverneur général et les nôtres pour le service du Roi dans toute l'étendue de cette colonie, lui permettant de se charger de celles des particuliers pour

les rendre à leur adresse et en rapporter les réponses.]

 

Fils de Joseph Da Silva et de Marie François, Pedro était originaire de la paroisse Saint-Julien de Lisbonne. Arrivé vers 1673, il s'engageait, le 28 décembre de

cette année-là, pour une période de six mois, à servir Bertrand Chesnay, sieur de la Garenne, qui, en 1664, avait acquis l'arrière-fief de Lothainville, sur la

côte de Beaupré. Conformément au contrat, dont le contenu a été porté à notre attention par un descendant, le journaliste Martial Dassylva, l'employeur devait

nourrir et loger Pedro et le traiter humainement.

 

Le 16 mai 1677, Pedro passa un contrat de mariage avec Jeanne Greslon dite Laviolette, fille de Jacques et de Jeanne Vignault. Tout d'abord établi à Beauport où

naissent ses deux premiers enfants, le couple se fixe à Québec où une douzaine d'autres verront le jour. La famille débuta par cinq filles. Marie-Louise épousa

Jean Guilbault en 1696. La deuxième, Marie-Madeleine, songea à donner sa main au fils d'un tapissier de Paris, mais l'entente fut annulée et elle se laissa

conduire à l'autel par Jacques Gervais, en 1680. Marie-Thérèse décéda de la petite vérole à 18 ans. La quatrième, Élisabeth, unit sa destinée à celle du

voiturier Jean Morand et lui donna 16 enfants dont une demi-douzaine seulement atteignirent la maturité. Jeanne-Catherine, enfin, ne vécut que six semaines.

Pierre, le premier des fils, épousa en 1713 Marie-Jeanne Mingou, fille de Jean et d'Anne Bruneau dite Joliceeur. En 1716, le suivant, Jean-Baptiste, qui était

voiturier, jeta son dévolu sur Marie-Angélique Mingou, la soeur de Marie-Jeanne. Il fut père de neuf fils et de huit filles.

 

Une sixième fille, Marie-Anne, née en 1694, devint la conjointe, en 1714, d'un Italien originaire de Gênes, Barthélemi Rosa, et fut mère d'une douzaine

d'enfants.

 

Cinq autres fils virent ensuite le jour. François ne vécut que cinq ans, mais les autres élevèrent de nombreuses familles.

 

En 1722, Pierre, qui était dit Nicolas, fonda un foyer avec Élisabeth Lainé, fille de Bernard et d'Anne Dionne. Le couple eut neuf fils et trois filles. En

secondes noces, Pierre épousa Marie-Gabrielle Laroche, veuve d'Antoine Vicque, en 1759, une union qui semble être demeurée sans postérité. Sa réputation

d'entrepreneur maçon était certes reconnue, car c'est à lui et à un collègue que Guillaume Estèbe, membre du Conseil souverain, confia la construction de sa

maison.

 

Une septième fille, Marie-Jeanne, décéda au berceau, victime de la petite vérole.

En 1725, Dominique, lui aussi maçon, épousait Élisabeth-Geneviève Millier [ou Millet], fille de Pierre et de Marie-Madeleine Pelletier. Les sources généalogiques

signalent qu'il contracta une seconde union avec une certaine Elisabeth-Genevieve Cliche. En fait, nous dit M. Martial Dassylva, déjà cité, c'est la première

épouse que l'on mentionne sous ce nom, fort probablement, car sa mère, décédée à la naissance d'Élisabeth-Geneviève, avait eu Nicolas Cliche comme premier mari.

M. Dassylva a repéré un second mariage de Dominique, en 1747, avec Élisabeth Jahan dite Laviolette. Une quinzaine d'enfants naquirent de ces deux unions.

 

Toujours selon M. Dassylva, deux fils prénommés Jean-Marie virent ensuite le jour. Le premier, qui était charretier, épousa à Québec, le 26 octobre 1727,

Angélique-Rosalie Amyot dite Lincourt, fille d'Étienne et de Jeanne Derome. Le couple eut 10 enfants dont quatre survivaient au moment du décès de la mère, dont

Geneviève qui, en 1774, mit au monde un enfant illégitime qui reçut au baptême le prénom de Jean-Baptiste et dont le père s'appelait Joseph Halden (ou Alden). Ce

Jean-Baptiste HaldenDa Silva serait l'ancêtre de tous les Dassylva de la région Saguenay–Lac-Saint-Jean, du pays de Charlevoix et du Bas-Saint-Laurent.

 

Enfin, le deuxième Jean-Marie épousa à Saint-Joachim, le 21 mai 1731, Marguerite Poulin, fille de Jean et de Marie Gagné. Marguerite décéda en couches après la

naissance d'un troisième enfant. Jean-Marie contracta une seconde union, le 25 avril 1739, à Québec, avec Marie-Anne Croteau, fille de Louis et de Louise

Bordeleau. Le couple aurait eu au moins huit enfants.

 

Les fils de Pedro lui donnèrent donc de nombreux petits-fils. On comprend qu'il compte autant de descendants, et davantage peut-être qu'on serait porté à le

croire au premier abord, car l'épellation du patronyme a connu peut-être une douzaine de variantes, les plus répandues étant Da Silva, Dasilva et Dassylva.

 

Pedro fut hospitalisé pendant douze jours à l'Hôtel-Dieu de Québec en 1717, et c'est alors que décéda notre premier facteur, le 2 août de cette année-là. Sa

veuve lui survécut et, l'année suivante, elle épousait Jacques Morand, le père de son gendre.

 

Source: Robert Prévost, Portraits de Familles Pionnières.
________

 

Dasylva dit [le] Portugais, Pierre [Joseph & Marie Franois] de St-Julien, v. et archev. Lisbonne, Portugal ; d et s 02-08-1717 Qubec [70ans] ; 30 ans au rec. 81,

à Beauport ; 70 ans au rec. 16, à la basse ville Québec.
m ct 16-05-1677 Vachon [Ange-Gardien]
Greslon, Jeanne [Jacques & Jeanne Vignault] rem. 1718 Jacques Morand.
1. Louise n et b 20-01-1681 Beauport m 1696 Jean Guibault.
2. Marie-Madeleine b 23-02-1682Beauport m 1700 Jacques Gervais m annulé ct 17-10-1699 Charles Rageot: Jacques Dionet.
3. marie-Thérèse n et b 26-05-1684 Québec s 26-12-1702 id.
4. Élisabeth n et b 30-01-1687 Québec m 1705 Jean Morand.
5. Jeanne-Catherine n 12 b 13-12-1688 Québec s 25-01-1689 id.
6. Pierre n 08 b 09-04-1690 Québec m 1713 Marie-Jeanne Mingou.
7. Jean n et b 23-10-1692 Québec m 1716 Angélique Mingou.
8. Marie-Anne n 05 b 06-09-1694Québec m 1714 Barthélemi Rosa.
9. François n 10 b 14-01-1697 Québec s08-01-1703 id.
10. Pierre dit Nicolas n et b 12-07-1698 Québec m 1722Élisabeth Laîné.
11. marie-Jeanne n 12 b 14-02-1700 Québec s 17-01-1703 id.
12. Dominique n et b 27-03-1702 Québec m 1725 Élisabeth-Geneviève Millier.
13. Jean-Marie n et b  11-09-1704 Québec m 1727 Angélique-Rosalie Amiot.
14. Jean-Marie n et b 30-05-1706 Québec.

 

Source: Dictionnaire généalogique des familles du Québec.
________


Prends garde à toi: Connais-toi toi-même!
Jan 11 2012, 9:25 pm - Répondu par: Flanie

Réponse privée

Je suis le décendante directe de Marie-Anne Dasylva et Barthélémi Rosa; Intéressent de lire les détails sur mon ancêtre. Merci!
Sep 08 2012, 7:53 pm - Répondu par: tuff

Réponse privée

Bonjour  sé un plaisir a lire, mon origine est de Pédro Dassylva et comme le hasard fait bien les chose je fait le meme métier que lui

Ajouter une réponse

*** Planète Généalogie ***