RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



FORUM
Derniers messages | Mes sujets | Forum de ma page personnelle | Ma configuration | Mes abonnements
view_topic
Ajouter une réponse
Histoire de l'ancêtre français Jean Baptiste Vinet dit Souligny *RÉSOLU grâce à Hebert2*
Vues: 6127 - Total des réponses: 4
Jul 20 2012, 8:32 pm - par Venus

J'aimerais bien trouver une petite histoire concernant Jean Baptiste Vinet dit Souligny né vers 1644 à St-Pierre de Pérignac, Saintonge, France. J'ai beau chercher sur le net mais ne trouve pas. Est-ce que quelqu'un saurait en quelle année il est arrivé au Canada ? Le "dit Souligny" me porte à avancer qu'il était un soldat ? Si oui, de quel régiment ?

 

Je sais qu'il s'est marié le 6 novembre 1672 à Trois-Rivières, Qué. avec Jeanne Philippe dit Étienne (née le 23 septembre 1657 à Trois-Rivières, Qué. et décédée le 6 août 1747 à Montréal, Qué. ).

 

Jean Vinet est décédé le 2 avril 1723 à Pointe-aux-Trembles, Montréal, Qué. Il était le fils de Pierre Vinet dit Souligny et de Marie Guillet mariés à Pérignac.

 

Est-ce que quelqu'un peut m'aider ?

Simonne Boudreau (Venus)
Jul 20 2012, 10:11 pm - Répondu par: Hebert2

Réponse privée

VINET Jean (c.I641-1723)

 

Fils de Pierre Vinet et de Marie Guillet, de Pérignac, évêché

 

de Saintes en Saintonge, il épouse à Trois-Rivières, le

 

dimanche 6 novembre 1672, Jeanne Étienne, née à Trois-

 

Rivières le dimanche 23 septembre 1657,fille de Philippe Étienne

 

et de Marie Vien. De leur union naissent cinq enfants.

 

Cet ancêtre est témoin au contrat de mariage de Jean Bellet

 

et de Marie Boyer à Trois-Rivières le 13janvier 1663. Il est

 

enseigne de la garnison de Trois-Rivières. Lors des recensements

 

de 1666 et 1667, il est toujours à Trois-Rivières et dit

 

volontaire. Il va par la suite s'établir à Boucherville. Le premier

 

janvier 1670, en compagnie de Joseph Huet, il confie au

 

charpentier François Pillet la construction d'une maison de

 

vingt-deux pieds par seize pieds, moyennant 30 écus. Le premier

 

juin suivant, alors qu'il s'apprête à partir pour la traite, il

 

passe un accord avec son voisin Joseph Huet. Ce dernier

 

promet de cultiver sa terre et la sienne pendant son absence et

 

ils partageront de moitié les profits à son retour. Le 5 juin

 

1671, toujours en compagnie de Joseph Huet, ils louent leurs

 

deux terres à Jacques Glinel et Marin Joubert pour une durée

 

de trois ans, moyennant quarante minots de blé par année. Le

 

25 août suivant, Jean Vinette lui donne quittance, ainsi qu'à

 

son associé Marin Joubert, d'une somme de 120 livres pour

 

toutes les hardes qu'ils ont reçues de lui. Le mêmejour, il loue

 

sa terre à Jean Bellet pour un an, moyennant quatorze minots

 

de blé et il annule le bail fait avec Glinel et Joubert. Il se marie

 

à Trois-Rivières en 1672.

 

Il est du nombre des habitants de Boucherville à qui Pierre

 

Boucher remet les titres officiels de leur terre et d'un

 

emplacement au bourg le 4 avril 1673. Pierre Goislard lui

 

vend un emplacement d'un demi-arpent de front par un quart

 

d'arpent de profondeur au bourg de Boucherville le 18janvier

 

1674, au prix de 45 livres. Au recensement de 1681, il possède

 

quatre bêtes à cornes et sept arpents de terre en valeur.

 

Le 30 avril 1683, Jacques Lemaire lui fait don de la moitié de

 

ses biens au cas où il mourrait pendant le voyage de traite

 

qu'il va faire aux Outaouais. Le même jour, il s'associe à

 

Lemaire pour faire valoir ce congé de traite de 1200 livres. Le

 

14juin 1686,en compagnie de Paul Guay, Jean Haudecoeur et

 

Mathurin Cadeau, il achète deux congés de traite de Louis

 

Lecomte Dupré, au prix de 2200 livres. Le 4 août 1688, il

 

s'associe à Jean Haudecoeur, Mathurin Cadot et Jacques

 

Beaujean pour un voyage de traite. Toutefois, le lendemain

 

Jacques Beaujean se désiste. Le 8 mai 1690, Jean Sicot s'engage

 

envers lui à se rendre aux Outaouais et à y apporter ses

 

effets, moyennant 150 livres. Le 15 mai suivant, en compagnie

 

de Mathurin Cadot, il contracte une obligation de 406

 

livres et 9 sols en marchandises envers le sieur Patri, marchand

 

de Québec. Le 18 mai suivant, il doit 170 livres et 13

 

sols au sieur Charles Delaunay.

 

Le 9juin 1692, il échange son emplacement d'un quart d'arpent

 

de front par deux arpents de profondeur à Boucherville

 

avec sa maison contre l'emplacement et la maison de Gilles

 

Dufaux au même endroit. Il entreprend de nouveau un voyage

 

de traite. Le 19juin 1694,en compagnie d'Étienne Dumais il

 

doit à Nicolas Janvrin 380 livres pour des marchandises de

 

traite. Le 12 décembre 1695, il vend sa terre de Boucherville

 

Jul 20 2012, 10:15 pm - Répondu par: Hebert2

Réponse privée

Suite...

 

et ses animaux ainsi que son emplacement à Jacques-Charles

 

Sabrevois pour la somme de 1800 livres. Le 26 mai 1696, il

 

achète de Pierre Chauvin une habitation de deux arpents de

 

front par trente arpents de profondeur à la Côte Saint-François

 

dans le fort de Longue-Pointe, avec deux boeufs, une vache,

 

une charrue garnie, le tout pour 1200 livres qu'il paie comptant.

 

Le 4 janvier 1698, les Sulpiciens lui concèdent une terre

 

de quatre-vingt-quinze arpents à la Longue-Pointe. Le 17

 

mars 1702, il vend sa terre de la Longue-Pointe à Pierre

 

Chauchet pour la somme de 900 livres. Ce dernier en fait don

 

à Prudent, Philippe et FrançoisVinet. Le 27 juin suivant,.

 

Jean-Baptiste Neveu lui donne quittance ainsi qu'à ses associés

 

de la somme de 555 livres et 15 sols pour toutes les

 

affaires passées avec la compagnie de traite. Le 23 mai 1705,

 

Philippe Étienne lui doit 260 livres pour la pension de sa fille

 

Charlotte pendant plusieurs années. Son beau-frère Étienne

 

Étienne lui cède ses droits sur la succession de ses parents le

 

25 janvier 1707. Il passe une entente avec ses enfants le 11

 

mars 1708. Ces derniers voulant s'acquitter de leur tâche de

 

nourrir et entretenir Philippe Étienne, il se charge avec son

 

épouse de prendre soin de lui jusqu'à son décès et en retour,

 

les héritiers lui cèdent leurs droits de succession. Le 30 juillet

 

1713, pour ses enfants, il vend à Jean Redday un emplacement

 

de quatre-vingt-quatre pieds de front avec une maison

 

au quartier Bon Secours, pour le prix de 1000 livres. Son

 

épouse, qui a obtenu la séparation de biens d'avec lui, crée

 

une fondation de deux grands-messes à l'Hôtel-Dieu de

 

Montréal le 23 juillet 1719 pour la somme de 1000 livres de

 

cartes qu'elle remet aux religieuses. Il donne quittance à son

 

fils Philippe le 9 juillet 1721 de 500 livres en cartes pour du

 

blé qu'il a vendu à Québec; cette somme, selon la déclaration

 

du roi, en date du 5 juillet 1717, vaut 187 livres et 10 sols de

 

France. Le même jour, il passe un accord avec son fils

 

François. Ce dernier, pour compenser le fait que lors du

 

partage des biens le 5 février 1718, son père n'a pas prévu

 

garder de l'argent pour faire dire des messes pour le repos de

 

son âme après son décès, il promet d'engager 200 livres à

 

cette fin au moment de la succession. Le 19 novembre suivant,

 

lui et son épouse passent un accord avec leurs enfants.

 

Pour faire cesser les différends entre leurs enfants au sujet de

 

la succession, ils s'entendent pour que le partage fait devant

 

le curé Seguenot de Pointe-aux-Trembles soit exécuté tel quel

 

sauf pour 80 livres qu'ils réserveront pour faire dire des mes-

 

ses pour le repos de l'âme de leurs père et mère. Il décède à

 

Pointe-aux-Trembles de Montréal où il est inhumé le 2 avril

 

1723.

ANQ GN Ameau 13-01-1663 ; Frérot 01-01-1670; 01-06-1670; 05-

 

06-1671; 25-08-1671 (3); 04-04-1673; Adhémar 18-01-1674; 26-

 

05-1696; 04-01-1698 ; 17-03-1702; 27-06-1702 ; Maugue 30-04-

 

1683 ; 04-08-1686 ; 08-05-1690 ; 18-05-1690; 19-06-1694 ; Basset

 

14-06-1686 ; 05-08-1686 ; Pothier 15-05-1690 ; Moreau 09-06-

 

1692; 12-12-1695 ; Lepailleur 23-05-1705 ; 30-07-1713 ; 23-07-

 

1719; Raimbault 25-01-1707; 11-03-1708; Senet 09-07-1721 (2);

 

19-11-1721.

 

Source:  Dictionnaire des Ancêtres Québécois, 1608-1700

par Michel Langlois.

 

Bonne fin de soirée,

 

Diane  ;)

 

Jul 20 2012, 10:55 pm - Répondu par: Hebert2

Réponse privée

Re-bonsoir,

 

Au PRDH il y a 14 Jean Vinet et le vôtre n'a pas le surnom de "Souligny"...

 

 

Diane

Jul 22 2012, 9:02 pm - Répondu par: Venus

Réponse privée

Merci énormément Diane. Je n'aurais pas pu trouver ces renseignements par moi-même. Avec les données que tu m'as données, cela m'a permis de découvrir sur http://naviresnouvellefrance.com/html/vaisseaux2/soldats/soldatsVerZ.html

que Jean Vinet est arrivé en 1662. Je n'ai pas le nom du navire ni le nom de son régiment mais je suis bien satisfaite de tout cela.

 

Merci encore. Mamie Simonne

 

** VINET, Jean

 

(Pierre et Marie GUILLET), de Pérignac, ar. et év. Saintes, Saintonge (Charente-Maritime); s 02-04-1723 Pointe-aux-Trembles (80 ans); selon Trudel, 17 ans de Saintonge, arrivé en 1662; première mention : témoin ct m 13-01-1663, qualifié d’enseigne de la garnison à Trois-Rivières  20 ans au rec. 66 volontaire, célibataire, 22 ans au rec. 67 à Trois-Rivières; 37 ans au rec. 81 à Boucherville; cité ct 06-01-1669 Frérot, Boucherville; m 06-11-1672 Trois-Rivières avec Jeanne ÉTIENNE; famille établie à Boucherville; 5 enfants. (CI : 495; DGFQ : 1130)

 

Navire ?

1662

 

Québec

 

Simonne Boudreau (Venus)
Ajouter une réponse

*** Planète Généalogie ***