RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !
SIGNETS
29 369 122 données


Coffret 6 volumes des Trésors


Prix: 79.99



marcel12
PROFIL   MES PHOTOS   MES BLOGUES   MON LIVRE D'OR   MES AMIS   MES FAVORIS   MES VIDÉOS  
 


Visionner 1 - 4 de 4 Blogues.


Jean-Baptiste Laguë le patriote
Ajouté le 11/15/2007 15:11:32

LAGUE, JEAN-BAPTISTE (E072)

(CHARLES (D034), CHARLES LAGUE DIT SANSCARTIER, MICHEL, CLAUDE LAGU)

(MARIE-LOUISE STEBENNE (D034-SP1))

 

Naissance :           Le 22 janvier, 1792, St-Mathias de Rouville

Parrains :             Jean-Baptiste Stebenne, Josephte Benoit

Date de décès :     Le 13 avril, 1855, Bourhonnais, IL

Occupation :         Fermier, Aubergiste

Mariage :

        Le 24 juillet, 1815, St-Mathias de Rouville

        MARIE-DESANGES BRUNET (E072-SP1)

        FILLE DE RENE BRUNET et de MARIE-MARGUERITE CHALIFOUX
 

Note pour Jean-Baptiste Lague :La date du décès de deux de ses fils est la même et ils furent enterrés la même journée.Probablement à la suite d’une épidémie.

Note pour Marie-Desanges Brunet :
Contrat De Mariage 

      Canada-- Province De Québec--District De St-Hyacinthe
Extrait du Registre des Actes de Baptêmes, Mariages et Sépultures, faits dans la paroisse de St. Mathias Sur Richelieu en l'année mil huit cent quinze
       Ce 24e jour de juillet 1815, après publications de trois bancs effectués trois dimanche de suite, lors des sermons durant les messes paroissiales de la paroisse de St- Marie comme mentionné sur le certificat émis par le prêtre de la paroisse; Jean-Baptiste Lague fils de Charles Lague, cultivateur, et de Marie-Louise Stebenne de cette paroisse ; et de Marie-Desanges Brunnet, fille mineur du défunt Rene Brunnet et de Marie-Marguerite Chalifoux,  ses parents étant paroissiens de St. Marie d’autre part, n’ayant pas trouvé d’objections préalables, et avec le consentement des dits parents à cet union, et avec l’assentiment du prêtre de St-Marie, ainsi que de St-Mathias  ayant reçus toutes les approbations requises, et après leur avoir administrés les pratiques selon les coutumes et usages de l’église Catholique, et en présence de Charles Lague, son père; Joseph et Charles Lague, ses frères; Jean-Baptiste Stebenne, 1er  cousin, Louis Beauregard, ami et Charles  Vient, serviteur et employé de son père, Marie-Josephte Brunnet, sa soeur, Marie-Ange Brunnet, sa tante, Joseph  Vadnais, son oncle,  ont déclarés ne pas avoir signés d’ordonnances de recherches, comme souvent prescrit.   Prévost -- Prêtre
 

Les enfants de Jean-Baptiste Lague et de Marie-Desanges Brunet sont :

i.LAGUE, JEAN-BAPTISTE (F183) Naissance : le 22juin, 1816, St-Mathias de Rouville

ii.LAGUE, MARIE-ZOE (F184)  Naissance : le 27 décembre, 1817, St-Mathias de Rouville

iii.LAGUE, NOEL (F185)  Naissance : le 10 novembre, 1819, St-Mathias de Rouville

iv.LAGUE, MARIE-SOPHIE (F186)  Naissance : le 30 mars, 182 1, St-Mathias de Rouville

v.LAGUE, MATHILDE (F187)   Naissance : le 3 juillet, 1822, St-Mathias de Rouville

vi.LAGUE, TIMOTHE (F188)   Naissance : le 15 mars, 182 4, St-Mathias de Rouville

vii.LAGUE, PIERRE (F189)  Naissance : le 8 août, 1825, St-Mathias de Rouville

viii.LAGUE, DOMINIQUE STANILAS (F190)  Naissance : le 15 mars, 1827, St-Mathias de Rouville

ix.LAGUE, MARIE-SOPHIE (F191)  Naissance : le 8 août, 1828, St-Mathias de Rouville

x.LAGUE, ELEANORE (F192)    Naissance : le 24 avril, 183 0, St-Mathias de Rouville

xi.LAGUE, MARIE-MELZINA (F193)     Naissance : le 14 novembre, 1831, St-Mathias de Rouville

xii.LAGUE, MARIE-VIRGINIE (F194)   Naissance : janvier,  1833, St-Mathias de Rouville

xiii.LAGUE, MARIE-CAROLINE (F195)    Naissance : le 17 janvier, 1834, St-Mathias de Rouville

xiv.LAGUE, ANTOINE (F196)    Naissance : le 5 décembre, 1835, St-Césaire de Rouville

xv.LAGUE, VIRGINIE (F182)    Naissance :  le 22 janvier 1836 Ste-Marie-de-Monnoir, Rouville, PQ

xvi.LAGUE, JOSEPH (F197)    Naissance : le 31 mai, 1837, St-Mathias de Rouville

xvii.LAGUE, MARIE-VIRGINIE (F198)    Naissance : mars 1839, St- Mathias de Rouville

Comme on peux voir, Jean-Baptiste a eu tous ses enfants au Québec, mais il est décédé en Illinois, on ne sait pas si la tourment du patriotisme l'a forcé à l'exil ou le manque de terre a exploiter durant cette période le poussa à s'expatrier.

Le document ici-bas a été trouvé dans une recherche sur google books 
Ce document est intitulé  Report of the State trials before a general court martial held at montreal in 1838-9:
The late Rebellion in Lower Canada  Volume II
Le nom de Jean-Baptiste Lague se retrouve en page 543-4-5 dans un appendice no 10,
Il semble selon la liste des accusés contenu dans l’index, que Jean-Baptiste aurait été relâché sans procès, car aucune accusation ou sentence ne peut êtres trouvés sous ce nom.

 

 

 

APPENDIX           & nbsp; 543

(No. 10.)

 


DISTRICT DE
MONTRÉAL.

 

L'an mil huit cent trente-huit, le trente de Décembre, par devant moi, Theophile Lemay, Ecuier, Juge de Paix de Sa majesté, résidant en la paroisse Ste. Marie de Monnoir, dans le district de Montréal.
Est comparu Louis Degrange, Charron de la paroisse de St. Mathias, lequel après serment prêté sur les Saints Évangiles à dit et déposé ce qui suit.

 

Premièrement, qu'il est âgé de cinquante huit ans, qu'il demeure depuis la fin du mois d’Aout dernier, chez Jean Baptiste Lague dit Sancartier, menuisier, charpentier et cultivateur de la paroisse St. Mathias.

 

Secondement, qu'environ quinze jours agrès son avivée chez le dit Jean Bte. Lague, ce dernier a fait un voyage à St. Valentin après lequel voyage il a dit au dit déposant " il s'est fait une assemblée en haut ou il y avait assez de monde pour couvrir cinq arpents de terre en superficie et il n'y a eu que deux personnes qui n'ont pas voulu être de cette assemblée, et elles ont été chassées, et cette assemblée est la fortune du Pays," ajoutant «  si vous voulez venir à St. Jean je vous y amènerai et ça vous vaudra bien de quoi.

 

Troisièmement, que quelques jours après ce voyage le nommé Jean Baptiste Tétro, de Ste. Marie, et maintenant absent pour causes poli­tique, est venu chez le dit Jean Bte. Laque, et tous les deux ont eu un entretien particulier ; qu'ensuite le dit Jean Bte. Lague s’est pres­que constamment occupé à voyager dans les environs, et à aller très souvent avec plusieurs personnes du côté de Ste. Marie, où il a voulu emmener le dit déposant, lui disant qu'il deviendrait dans ce voyage, aussi savant que lui.

 

Quatrièment, que vers le commencement d'Octobre dernier, le dit Jean Bte. Lague ayant eu un entretien secret avec un nommé garçon Steben, voyageur sachant lire et écrire a cessé ses voyages, et que très souvent il allait chez lui, sur les huit et neuf heures du soir, plusieurs hommes qu'il faisait entrer en un appartement de sa maison où le dit Lague se trouvait seul de sa maison avec eux et le dit garçon Steben, et si ce dernier n'y était pas, le dit Lague l'envoyait chercher à chaque fois qu'il venait quelqu'un chez lui vers les dites heures du soir, et cela a duré jusqu'au Vendredi soir, le deux de Novembre dernier, et pendant la durée de ces entretiens secrets et nocturnes qui se faisaient chez le dit Jean Bte. Lague, ce dernier à souvent sollicité le dit déposant pour le faire mettre du conseil lui disant que c'était son bonheur et que s'il ne s'en mettait pas il serait tué et culbuté avec bien d'autres.

 


 

APPENDIX           & nbsp;     544

 

Cinquièment, que dans la nuit du trois au quatre de Novembre der­nier environ soixante hommes sont arrivés armés d'environ vingt-trois fusils à baïonnettes, chez le dit Jean Bte. Lague, et presqu’aussitôt la dit Jean Bte. Lague a envoyé son fils a la Pointe, chez Louis Meunier pour avoir, a-t’il dit, des nouvelles de St. Jean, et le dit fils à son re­tour vers quatre heures du matin, a rapporté que l'homme n'était pas revenu de St. Jean ; en conséquence le dit Jean Bte. Lague a dit aux gens, " et bien mes amies, c'est difficile pour nous d'aller en avant seuls, tâchez de vous placer ici alentour, on va avoir la nouvelle de moment en moment, et l'on vous fera avertir."

Sixièmement, que dans le cours de la journée du trois de Novem­bre dernier, le dit Jean Bte. Lague a fait préparer ses hardes, en disant qu’il allait partir pour un voyage et qu'il ne savait pas s’il en revien­drait.

Septièmement, que le soir du même jour, le dit Jean Bte. Lague dit au déposant avant l'arrivée des gens armées, " vous qui ne dormez pas beaucoup, regardez donc du côté de St. Jean cette nuit, et si vous voyez du feu vous me réveillerez, car s’il y a du feu C’est que St. Jean sera pris, et alors nous marcherons à l’instant pour prendre Chambly, et nous le prendrons sans peut être tirer un coup de fusil, car il n'y a pas beaucoup de soldats et nous ferons bruler les Casernes et pillerons tous les bureaucrates."

Huitièmement, que dans le cours de la semaine suivante le dit Jean Bte. Lague à passé une grande partie de son temps à faire des cartouches, et que le Dimanche au matin qui était le onze de Novem­bre, Jean Baptiste Tétro surnomme Eustache Tétro de Ste. Marie est arrivé chez le dit Jean Bte. Lague à la tête d'un grand nombre d’hommes armés, et a dit au dit Lague, et bien tes gens sont ils prêts ?, à quoi le dit Jean Bte. Lague a répondu " oui mes amis, bonne nouvelle; Mr. Malhiot m'a envoyé la nouvelle hier au soir qu’il avait reçu de St. Ours et de St. Denis, mille à onze cent fusils, qui étaient au camp ; et je vais envoyer Chercher mon sergent pour commander," et le sergent étant arrivé a l'ordre, a dit au dit Jean Baptiste Lague. J'irais bien commander, mais les gens ne voudront pas partir, ils n’ont pas de fusils, " a quoi le dit Jean Bte Lague a répondu, " je n'en ai pas, mais il y en a à la montagne " parlant de la montagne de Boucherville, " et bien a-t-il dit je sais où il y a des fusils,  nous allons partir une vingtaine armés et aller de maison en maison pour " faire partir le gens, et ceux qui ont des fusils et qui ne veulent pas partir donneront leurs fusils à d'autres," a quoi le dit Jean. Bte Tétro a répondu, " non, allons au camp tous ensemble, nous verrons comment c’est, " et demain nous reviendrons et il faudra bien qu’ils partent, " et alors le dit Tétro et ses gens se sont mis en route pour la montagne de Boucherville, en disant ai dit Lague, prépare toi et viens nous rejoindre, a quoi le dit Jean Baptiste Lague à répondu " je vais aller déjeuner et " aller de suite vous rejoindre, allez toujours" ; et environ une heure et demi après le dit Jean Bte. Laque a pris  son fusil et en a donné un autre qui était neuf, à un nommé Guertin et se sont mis en route pour le camp de Boucherville.

 


 

APPENDIX           & nbsp;     545

 

Neuvièmement que le lendemain au midi, le dit Jean Bte. Laque est revenu chez lui et le dit déposant lui a dit, quoi vous voilà revenu, votre guerre est bientôt faite : a quoi le dit Jean Bte. Lague a répon­du, « Ha, Ha! C’est pas fini, Eustache Tétro est allez faire des prisonniers à Ste. Marie et faire partir son monde pour le camps de Boucherville, et Mercredi nous allons prendre prisonniers les Franchéres, Soupras, Davîgnon, Gathien et Mr. Rouville, et il faut que ces gens là nous donnent chacun six cens louis, et Mr. de Rouville quinze cens, et plutôt que de se voir hacher ils les donneront bien ; ont va gagner le pays, et il faut que tous les bureaucrates culbutent, Cheffers, Théophile Lemay et Mr. Hatt eux autres on les tue et on se partage leurs biens, il n'y a point de grâce pour eux." Le dit déposant dit et dépose : que Mardi au soir un homme est arrivé chez le dit Laque, venant du camp de Boucherville, il lui a dit que les gens avaient abandonné le camp, ce qui a paru bien mortifier le dît Lague qui a dit plusieurs fois au dit déposant que ce n'était pas fini ; enfin le dit déposant dit que le dit Jean Bte. Laque, a fait tout ce qui était en son pouvoir pour renverser le Gouvernement, et a paru bien disposé à piller et tuer tous ceux qui n'étaient pas disposés à l'aider dans ses plans de révoltes, si toute fois il gagnait le dessus. Le dit deposit dit et dépose,, queue Judi le vingt-sept de Décembre dernier, il a vu le dit Jean Bte. Lague, à son retour de Montréal, trainer Marie Brunette son épouse gui est enceinte, par demis des pierres jusque dans le chemin du Roi, et en suite dans sa maison, et que depuis ce temps là le dit Lague a fait beaucoup de trouble dans sa maison et a maltraité sa femme, et a dit que le trouble n'était pas fini, que les Américains venaient. Le dit déposant ne dit rien de plus, et avant déclaré ne savoir signer, de ce enquis a fait sa marque d'une croix après lecture faite.

Sa

Louis  ×  Degrange.

Marque  

Affirmé par devant moi, à St. Marie de
Monnoir, ce 30 Décembre, 1838.
M. Lemay, J. P.

 

 


Petite histoire de pêche
Ajouté le 10/27/2007 15:05:33

 Histoire retrouvé dans les dossiers généalogiques de la famille Laguë

 

       Dans un courriel, en date du 27 juin, 2004 1:44:13 AM  houdini47@msn.com écrit:

      Le shérif du comté de Howard Jerry Marr reçu un appel perturbateur un samedi après-midi il y a quelques mois. Le petit fils du Shérif Mikey (L899) avait été frappé par une automobile, lors d’une excursion de pêche avec son père à Greentown. Le père et son fils pêchaient près d’un pont près du réservoir de Kokomo, lorsqu’une dame perdit le contrôle de sa voiture, dérapa et est allé frapper Mikey en roulant à une vitesse approximative de 50 miles à l’heure. Le Shérif Marr avait déjà vu des accidents de ce genre et craignait le pire.

      Lorsqu’il est arrivé à l’hôpital Saint Joseph, il s’est précipité à la salle d’urgence pour trouver Mikey conscient et en assez bonne condition considérant les circonstances. "Mikey, qu’est-il arrivé?"  demanda le Sheriff Marr.

      Mikey répondu,   "Eh bien, Papy, je pêchais avec père et une dame m’a frappée avec son auto. Je suis retombé dans une marre de boue, j’ai brisé ma canne à pêche et je n’ai pas attrapé de poisson.

       Comme il semblait, la collision avait repousser Mikey environ 500 pieds, au-dessus des arbres et un fossé, et il retomba au milieu d’un étang de boue. La seule blessure dont souffrait Mikey était une double fracture du fémur de la jambe droite. Mikey a subi une opération pour installer des tiges afin de réparer son fémur. Le garçon se portait bien si ce n’est de la fracture.

      Comme la seule chose qui préoccupait le garçon était sa canne à pêche brisée, le Sheriff est allé au Wal-mart et lui acheta une nouvelle canne à pêche durant son opération, afin qu’il puisse la recevoir à la sortie de la salle d’opération.

      Le jour suivant, le Shérif s’est assis près de Mikey pour lui tenir compagnie à l’hôpital. Mikey profitait déjà de sa nouvelle canne à pêche en prétendant pêcher au-dessus d’une poubelle, et il parlait de choses et d’autres. Mikey,  dit au Shérif,   "Papy,  crois-tu à l’existence de Jésus?

     Bien," le Shérif lui répond, un peu surpris de la question. “Oui,  Jésus est bien réel pour tous ceux qui l’aime et le conserve dans leur cœur.”

        "Non," répondu  Mikey.   "Je veux dire existe-t-il vraiment."

      "Que veux-tu dire?" demanda le Shérif.

       "Je sais qu’il existe pour de vrai, parce que je l’ai vu." Répliqua Mikey,  tout en pêchant des poissons imaginaires dans la poubelle.

    "Tu l’a vu ?" répliqua le Shérif.

     "Oui," rétorqua Mikey.   "Lorsque la dame m’a frappé et a brisé ma canne à pêche, Jésus m’a attrapé dans ses bras, et m’a déposé au milieu de l’étang de boue."

          Mikey est le petit-fils de William Singleton.

    Marcel Laguë généalogiste pour la famille Laguë


François Ponton décède sur le champ de bataille
Ajouté le 10/21/2007 14:37:31

François Ponton décède sur le champs de bataille à Vicksburg en 1863

 ( Catherine LAGUE-E079 et Marcel Michel LAGUE-J454 (L'auteur de ce document) sont deuxième cousins 5 générations distantes. Leur ancêtre commun sont Michel-Guillaume , dit Sanscartier LAGUE-B001 et Catherine LECLERC-B001-SP1. )

            &nb sp;   Il était le petit-fils de Catherine (Lague) Ponton, le premier fils de son fils aîné, et il fut nommé en l'honneur de son grand-père, François Ponton. Le jeune François avait 18 ans lorsqu'il s'engagea dans l'armée, le premier jour d'octobre 1862, 16 jours seulement après la mort de son oncle, Magloise.

             Il s'était joint à la compagnie B du 113e Régiment des Volontaires de L'Illinois lorsque cette compagnie s'organisa à Kankakee. Dans les dossiers de l'armée, conservées aux archives nationales, une lettre rendue terne par le temps, fut retrouvée. Elle s'adresse à sa sœur. Mary, "Youngs Point, Louisiane, le 31 mars (1863),

            &nb sp; Chère sœur, Votre lettre du 8 à été bien reçue, et j'en ai éprouvé beaucoup de satisfaction en la lisant. J'étais très heureux d'avoir de tes nouvelles. Ma santé est bonne et j'espère que ces quelques lignes pourrons vous parvenir, et vous satisfaire de la même façon que moi de les écrire.

            &nb sp; Nous sommes de retour d'une expédition en amont de la rivière, après avoir navigué 20 milles nous avons accostés sur la rive, et nous nous sommes dirigé vers Black Bayou. Puis nous avons utilisé une barge servant au transport de charbon. Nous avons parcouru un autre mille. Puis nous nous sommes à nouveau accosté. Nous avons alors parcouru deux milles à pied, puis nous avons effectué une pause à « Hills Plantation » nous avons reçu à ce moment beaucoup de viande fraîche. Il y avait du mouton, du bœuf, du porc, du poulet et de la dinde. Aussi il y avait du « Johnny cake » en provenance de « nigger wenches ». Après cette pause, nous sommes avancés vers « Big Deer Creek » pour appuyer les bateaux d'artilleries qui s'étaient avancés pour contourner vers « Rolling Fork ».

             Dimanche dernier, notre compagnie a eue une escarmouche avec l'ennemie. Nous avons fait feu à 7 ou 8 reprises vers des rebelles. Les bateaux d'artilleries ont fait feu vers leur direction, ils ont aussi lancé des obus. Ils se sont enfuient comme des moutons. Mais lorsqu'ils nous ont attaqués, ils nous ont vraiment effrayés. Leur tir était près, mais nous avons eu plus de peur que de mal. Nous n'avons eu aucun blessé

             "Chère sœur, j'ai envoyé 10 dollars en express, Louis Cazeau a aussi envoyé 10 dollars. Nous l'avons expédié à H. H. White de Clifton. Je voudrais que père en soit averti, et d'aller chez Mde. Cazeau à Clifton pour récupérer l'argent. Lors de votre prochaine lettre, dites-moi si vous l'avez bien reçu."

            &nb sp;  Je m'attends à quitter dans quelques jours en direction de fort Warrington. On s'attend alors à avoir d'autres bagarres avec l'ennemie. Comme je n'ai rien de bien important à te communiquer, je vais terminer ma lettre en vous saluant, vous et toute la famille. Saluez aussi mes amis. Écrivez moi aussitôt que possible. Je suis heureux de voir que vous ne m'oubliez pas, et je ne vous ai pas oubliez non plus. J'espère que vous allez continuer à m'écrire, et j'en ferai de même. J'ai envoyé 55 dollars à père. Lorsqu'il l'aura reçu, j'espère que vous allez m'en aviser par courrier. Comme je n'ai pas d'autres nouvelles à vous faire parvenir, je vous salut. Affectueusement, votre frère, Francois Ponton."

carte représantant le siège de Vicksburg           

         Carte du champs de bataille.   Le siège de Vicksburg débuta avec la défaite de l'assaut du 22 mai, et continua jusqu'au 4 juillet, 1863. au fur et à mesure de l'avance du siège, les forces des 20,000 soldats de la garnison de Pemberton furent réduit à la maladie et à la famine.

 

gunboats utilsé lors du siege de Vicksburg
Des gunBoat de type IronClad furent utilisés pour le siège de Vicksburg.

            &nb sp;   Les résidents de la ville furent contraints de se réfugier dans des cavernes à l'épreuve des obus, qui entouraient la ville. La famine et les bombardements quotidiens, par les   vaisseaux d'artilleries de Grant et de Porter obligèrent Pemberton de demander les conditions de capitulations, le 3 juillet. Grant n'en offrit aucune, mais avec la capitulation de la garnison, il libéra la majorité des forces armées. Plusieurs de ces hommes, vont d'ailleurs s'opposés à Grant un peu plus tard à Chattanoga.

             La capitulation de Pemberton mit un terme au siège de Vicksburg. Mais durant ce siège, un peu à l'est, Johnston avait réussit à regrouper une armée de 31,000 hommes dans la région de Jackson. Le 4 juillet, lorsque les Confédérées furent libérés, Sherman avança ses troupes pour faire face à ce nouvel obstacle. Le résultat en fut un nouveau siège, celui de Jackson.

Marcel Laguë


origine du nom Laguë
Ajouté le 09/01/2007 09:43:04
Les origines d’un nom de famille : LAGUE

Laguë, Lagüe

Nom de famille surtout porté dans les Landes (département 40). C'est un toponyme, forme gasconne du mot laguna (= étang, lagune).

Lagune

Nom porté en Gironde (département 33). Variante : Lagunes. On trouve dans les Pyrénées-Atlantiques la forme Laguna. Variante espagnole : Lagunas. Le mot 'lagune', inconnu de la langue française avant le XVIIIe siècle, était par contre utilisé en toponymie occitane. Il y désigne un étang. Forme gasconne : Laguë (40). Formes catalanes : Llagone, Llagonne (nom d'une commune des P.O).

Origine du nom de famille Laguë est probablement trouvé dans la commune de Doazit, région des Landes département 40 

         Plusieurs individus avec des noms similaires ou associés au nom de Lague sont présents dans les documents retrouvés dans cette commune de Doazit. Il y a tous lieux de croire que le nom de famille de Lague origine de cette région de la France, et remonte au début des années 1600. Il ne fut pas possible pour moi de retracer d’autres individus ayant utilisé des noms communs à Lague avant 1600. Il m’est donc possible d’extrapoler que Claude Lagu, que l’ont retrouve en 1656 à Orléans France, département 45, est probablement issu d’un individu ayant vécu dans la région des Landes., département 40.

Claude Lagu l'ancêtre connu des Lague d'Amérique aurait quitté la région des Landes département 40 pour s’établir à Orléans département 45, pour épouser Marie Merrain, et avoir un fils du nom de Michel Lague en 1682

Liste des Lague retrouvés dans les documents de la commune de Doazit: 

Jean Lague (Abt 1609)


         Thomas de Laborde fils ainné a roger de laborde peboüé fut déseritté par son pere roger qui fit donnation a pierre laborde son petit fils par acte du 3 avril 1609 retenu par raimont dubroca notaire royal ; de thomas de laborde et jeanne dubernet sa femme sont icus neuf enfens scavoir pierre laborde sont fils ainé jean henry et raimont ; jeanne arricotte clermontine jeanotine et jeannette de laborde peboüé. jeanne fut marié a roger duprouilh dit che arricotte fut marié a jean moringlanne dit patin clermontine Laborde fut marié a jean lague faure (abt 1609) jeannotine fut marié a pierre barrouilhet dit de mora jeannette laborde je n'ai pas trouvé si elle fut marié ou ce quelle deveint au louproulh de st criq (6)

 

2 Clermontine de Lague (1610)                    

Clermontine de Lague, fille de Jehan de Lague, faure, et de Clermontine de Laborde, est née en 1610, au Hau de Peeboee.


Au Hau de Peeboee


            Le mesme jour dernier de decembre fut aussi batisée dans ladite eglise du Mus Clarmontine de Lague filhe legitime et naturelle de Jehan de Lague faure et Clarmontine de Laborde mary et femme ses parrin et marrine Pierre de Laborde et Clarmontine de Lagrace et ce par moy soubs signé

        Dezest pbre

3 Jehan de Lague (1613) (29 Janvier 1687)


            Jehan de Lague, né le 14 juin 1613 ; fils de Jehan de Lague, faure, et de Clermontine de Laborde

 

Au Hau du Bourg (1687)

            Jean Lague agé de 75 ans ou environ décéda le 29 janvier 1687 ; enterré le lendemain dans le cymetiere d'Aulès ; l'office fait par Filhucat vicaire ; assistèrent au convoy Ramond Dezest et Jean Plantier ses voisins qui n'ont sçeu signer. 

 

4 Ramond de Lague (1616)

Au Hau (1616)

            &nb sp;  Le septiesme jour du mois de febvrier après midy mil six cens seze (1616) dans la chapelle notre Dame du present lieu de Doazit Ramond de Lague filz legitime de Jehan de Lague et Clarmontine de Laborde mariés fust baptizé et ledit Ramond nasquit le vendredy cinquiesme dudit mois de febvrier environ les deux heures après midy et sont ses parrin et marrine Me Ramond Dubroca notaire royal et greffier dudit Doazit et Jehannetine de Dezest et fust faict ledict baptesme par moy Me Ramond Debic pbre et vicaire de monsieur l'archiprestre dudit Doazit a la presence et assistance de Mes Jehan Darcet Jehan de Justes Ramond de Cès Bernard de Lespiaub Pierre de Camescasse Jehan de Sarrest pbres Jehan de Montauzé notaire royal Jehan de Cès Pierre Dupoy sergent royal Jehan de Lasalle praticien Francois de Cès bayle et plusieurs autres quy se sont soubz signés
 Darcet pbre  J.Justes pbre

 Clarmontine de Lague (1618)

 Au Hau (1618)

            &nb sp;  Le tredziesme jour du moys de janvier mil six cens dixhuict (1618) fust baptizée Clarmontine de Lague filhe de Jean de Lague faure et Clarmontine de Laborde mariés et sont ses parrin et marrine Me Pierre Dupoy sergeant royal et Clarmontine de Lagrace mary et femme et feust fait ledict baptesme par Me Pierre de Camescasse pbre et vicaire en la chapelle notre Dame en présences des soubz signés
         Dupoy parrin          Depayros         

6 Jehan de Lague (1620)


             Au Fau (1620)
 

            Le vingthuictiesme d'aoust jour de vendredy mil six cens vingt (1620) nasquit Jehan de Lague fils legitime de Jehan de Lague faure et de Clarmontine de Laborde et feust baptisé le trentiesme dudit moys jour de dimenche et sont ses parrin et marrine Me Jehan Dubroca notaire royal et Jehanne de Payros sa femme et a esté faict ledit baptesme dans la chapelle notre Dame la chapelle de Doazit par moy Ramond Debic pbre en présences de Me Jehan Dupoy prebendier et Pierre de Laserre dict Codas et pleusieurs autres

        Delaserre pnt         Dupoy pnt         Debic pbre

7 Jeanne de Lageue (1625)


            Au Hau (1625)
 

            Le dix septiesme avril mil six cens vingtcincq nasquit Jeanne de Lageue filhe legitime de Jean de Lague et Clarmontine de Laborde et feust baptisée le dixneufviesme dudit moys dans la chapelle de Doazit et sont ses parrin et marrine Me Dominicque de Cabiro juge de Serresloux et Banos et Arricote Jeanne de Laborde dits de Patin et a esté faict ledit baptesme par moy Arnault Dengomau pbre et vicquaire de monsieur l'archipbre présents Me Jean Debic pbre Jean Dubroca notaire royal Pierre de Laserre Pierre de Laborde et autres du présent lieu de Doazit
        Decabiro parrin         Debic pnt         Broca pnt         Delaborde pnt
        Dengomau pbre et vicaire
 

8 Jean de Lague (1627) 

A Lagrue faure (1627)
 

            Le mardy tresiesme apvril mil six cens vingt sept naquit Jean de Lague filz légitime de Jean de Lague et Clarmontine de Laborde mariés et fust baptisé le mesme jour dans l'eglize du presant lieu estant ses parrin et marrine Jean Dabadye et Arriquotte de Lespiaub mariés par moy Arnault Dengomau pbre et vicaire de Doazit presens les soubz signés et autres asistans
        Delespiaub pnt         Broca pnt         Lespiaub pnt         Montausé pnt

        Dengomau pbre et vicaire         Dengomau pnt

9 Jehanne de Lagueue (1630)
  

          Au Hau (1630)


            Le vingt sixiesme mars mil six cens trente avant midy dans la chapelle notre Dame du présent lieu de Doazit fust baptizée Jehanne de Lagueue fille légitime et naturelle de Jehan de Lagueue et de Clarmontine de Laborde mariés estant ses parrin Jehan de Mauringlane et Jehanne de Lagueue dictz de Bertrane marine aussi mariés et nasquit le dixseptiesme jour du susdit mois de mars et fust ledit baptesme faict par moy Arnault Dengomau pbre et vicaire soubz signé présents les assistans soubz signés et autres
        Decès bayle pnt         Dedezest pnt         Dengomau pnt
        Dengomau pbre et vicaire
 

10 Jeanne de Lague (1639)
   

         Au Hau (1639)
 

            Le sixiesme febvrier 1639 nasquit Jeanne de Lague fille legitime de Jean de Lague et Mative Deyris ses père et mère et feust babtisée le neufiesme dudict moys sont ses parrin et marrine Pierre de Laborde et Jeanne de Dezest ledict babtesme faict par moy
        Dubroca archipbre         Decès pnt         Delaborde parrin
        Jacques tesmoin(?)        Berry pnt         Decès         Dumarsan
        Dedezest pnt          Despoys
 

11 Jean de Lague (1640) 

Au Hau (1640)
 

            Le vingt huictiesme desembre mil six cens quarante nasquit Jean de Lague filz d'autre Jean de Lague faure et Mathibe Deyris maryés et feust baptisé le dixseptiesme janvier mil six cens quarante un estans ses parrin et marrine Me Jean de Laborde pbre curé de Laneplan et Jeanne de Payros présents les soubz signés et autres ledit baptesme faict par moy archipbre soubzsigné
   Laborde parrin         Debic pbre contre

12 Jean de Lague (1644) 

           Au Hau (1644)
 

            Le mercredy vingtroysiesme jour du mois de mars mil six cens quarante quatre nasquit Jean de Lague fils legitime de Jean de Lague forgeron et Mative Deyris maryés dits du Fau et a esté batisé dans la chapelle notre Dame du présent lieu le dernier desdits moys et an estans ses parin et marine Francoys Dupoy et Jeanne Darcet maryés et a esté fait ledit baptesme par moy vicquaire soubz signé présents les soubz signés et autres
        Dupoy assistant         Camescasse pbre
 

13 Jean de Lague (1645) 

Au Hau (1645)
 

            Le dernier du moys de septembre mil six cens quarante cincq nasquit Jean de Lague fils d'aultre Jean de Lague et Mative Deyris et a esté baptizé le second d'octobre ensuyvant sont ses parrin et marrine Jean de Laborde et Gracy de Justes mariés ledit baptesme a esté fait en la chapelle de Doazit par moy soubz signé en présences des soubz signés et autres
     Camescasse pbre      Delaborde parin         Justes pnt         Candale
         Dubroca pnt         Dezest
 

14 Jeanne de Lague (1648)
   

         Au Hau (1648)
 

            Le troysiesme jour du mois d'avril mil six cens quarante huit nasquit Jeanne de Lague fille de Jehan Lague forgeron et Jeanne Deyris mary et femme et fust baptisée par moy soubz signé le quatriesme dudit mois estans ses parrin et marrine Me Pierre Dupoy praticien et Jeanne de Lanefranque présents et assistans les soubz signés et autres
        Camescasse         Montausé         Dengomau
        Dupoy parrin         Defautous         Dussier pnt
 

15 Jean de Lague (1651) 

Au Hau (1651)
 

            Jean et aultre Jean de Lague frères jumeaux fils légitimes de Jean de Lague forgeron et Mative Deyris nasquirent et furent baptisés le sixiesme avril mil six cens cincquante un scavoir l'un desdits Jeans dans la maison accause de nécessité et l'aultre dans la présente chapelle de Doazit ou les cérémonies de baptesme ont esté administrées a suitte du baptesme estans leurs parrins et marrines Jean de Dezest chirurgien et Arricote de Lasale, et Jean de Lespiaub et Jeanne Deyris mere et fils lesdits baptesmes ont esté faicts par moy archipbre de Doazit
        Justes archipbre
 

16 Anne de Lague (1652)
   

         Au Hau (1652)
 

            Anne de Lague fille legitime de Jean de Lague et Mative Deyris dicts du Hau nasquit le quatorziesme juin mil six cens cincquante dulx et fut baptisée le sedziesme des mesmes moys et an en la présente chapelle sont ses parrin et marrine Raymond de Laborde et Anne de Ribes le baptesme a esté faict par moy archipbre soubssigné
        Justes archipbre         Camescasse         Decès pbre         Justes
 

17 Jean de Lague (1658)

             Au Hau (1658)

             Le neufiesme decembre mil six cens cincquante huit la benediction nuptiale a esté par moy administrée a Jean de Lague forgeron et Jeanne de Cazelis et sur sur la permission et dispence des bans et du temps des advance donnée par monsieur de Cloche vicaire général et official d'Ayre ladite benediction a esté administrée en présences de Me Jean de Dezest pbre Jean de Dezest Me chirurgien et plusieurs autres qui ont signé avec moy
        Justes archipbre de Doazit         Dedezest         Dezest pbre
        Delague         Decaselis      Justes(?)
 

18 Pierre  de Lague (1658)
   

         Au Hau (1658)
 

            Le sedsiesme jour du mois de janvier mil six cens cinquante neuf naquit Pierre  de Lague fils legitime de Jean de Lague et Jeanne de Caselis mariés et fust baptisé le dix sept estant parrain et marrine Me Pierre de Justes notaire royal et Francoise Decès le baptesme a esté faict par moy soubzsigné
        Dezest pbre         Justes         Dengomau         Dedezest
 

19 Jean Lague (1689)

         Au Baile du Coy (1689)

            &nb sp;   Les 3 annonces du futeur mariage entre Jean Lague fourgeron et Audete de Claverie tous deux de la pnte parroisse ayant esté faites dans l'église St Jean d'Aulès, ils ont contracté le 18 janvier dans la chapelle de Doazit ; de Dezest vicaire a receu leur mutuel consentement et leur a donné la benediction nuptiale ; ez présences de Bernard Decès et Bernard de Dezest qui ont signé et autres. 
 

20 Eugene de Lagüe (1690)
   

         Au Baille  (1690)

            &nb sp;       Eugene de Lagüe fils legitime de Jean de Lague et Audete de Claverie est née et baptisée le ler septembre 1690 par Sainct Espes archipbre ; p. et m. Eugene de Lagüe qui a signé, et Margueritte de Hontans qui n'a sçeu. 
 

21 Jean Lague (1690)
   

         Au Baile  (1690)
 

            Jean Lague forgeron agé de 36 ans ou environ deceda le 8 octobre 1690 ; enterré le lendemain dans le cymetiere d'Aulès, l'office fait par Mr l'archiprestre ; assisterent au convoy François Burguerieu et Ramond Poisegur ses voisins qui n'ont sçeu signer.

Tentative d'Arbre généalogique des Lague repertoriés dans les documents de Doazit: 

Jean LAGUE

État civil 

Né vers 1585 

Décédé 

Faure (= forgeron).

     Mariage(s) et enfant(s)

 Marié vers 1609 avec Clarmontine LABORDE-PEBOUÉ ca 1590, dont 

i.        Clarmontine LAGUE 1610 

ii.        Jean LAGUE 14 Juin1613 -29 Janvier 1687

   Jean De Lague épousa Mative Deyris : Ils eurent les enfants

       1.Jeanne de LAGUE 6 Février 1639

       2.Jean de Lague 26 Décembre 1640

       3.Jean de Lague 26 Mars 1644

       4.Jean de Lague 30 Septembre 1645

       5.Jeanne de Lague 3 Avril 1648

       6.Jean de Lague 6 Avril 1651- 8 Octobre 1690 :

Jean de Lague épousa Audette de Claverie le 18 Janv. 1690 :

            &nb sp;   Ils eurent un enfant

            &nb sp;  1. Eugene de Lague 1 Septembre 1690

      7.Jean de Lague 6 Avril 1651 (frère jumeaux prob.décédé)

      8.Anne de Lague 14 Juin 1652

            &nb sp;   Jean De Lague épousa Jeanne de Cazelis : 

  Ils eurent les enfants

         9.Pierre de Lague 7 Janvier 1658

iii.        Ramond LAGUE 7 Février 1616 

iv.        Clarmontine LAGUE 13 Janvier 1618 

v.        Jehan LAGUE 28 Août 1620 

vi.        Jehanne LAGUE 17 Avril 1625 

vii.        Jean LAGUE 13 Avril 1627 

viii.        Jehanne LAGUE 26 Mars 1630

 

Commentaires                 &nb sp;    

  Comme vous pouvez le constater, la création d’un arbre généalogique, en utilisant les données inscrites dans le tableau précédent semble devenir un travail extrêmement ardu. L’utilisation des prénoms de Jean, utiliser à outrance rend ce travail pratiquement impossible.  Les seules conclusions que l’on peu établir, est que le nom de famille de Lague semble avoir son origine au début des années 1600 dans la région des Landes, département 40, au Sud-ouest de la France. Et que probablement Claude Lagu notre ancêtre commun, s’est probablement déplacé vers la paroisse de St-Paul ville D’Orléans département 45 du centre de la France. Il a par la suite pris épouse, Marie Merrain, et a par la suite donné naissance à Michel Lague.         

     Claude, Marie et Michel, ont par la suite émigré en Nouvelle-France, (d’autres sont d’opinion que seulement Michel est venu en Nouvelle-France), probablement à partir du port de La rochelle. Possiblement entre les années 1700 et 1709, car un contrat de mariage entre Michel et Catherine Leclerc à Boucherville en 1710, Québec, Canada à été retrouvé.

 

       *Note:     Ce document se trouve être une hypothèse sur l'origine du nom de famille Lague.

           Si d'autres informations seraient trouvé venant confirmer ou infirmer cette thèse, Le document présent pourrait très bien être adapter en conséquences.  

Marcel Laguë

 





*** Planète Généalogie ***